En salle à Montréal

Amanda

21 mars 2019


| PRIMEUR |
Semaine 12
Du 22 au 28 mars 2019

RÉSUMÉ SUCCINCT
David, la vingtaine, vit au présent. Il jongle entre différents petits boulots et recule, pour un temps encore, l’heure de choix plus engageants. Solitaire et rêveur, il tombe sous le charme de Lena, une voisine fraîchement débarquée. Le cours tranquille des choses vole en éclat quand sa sœur aînée meurt brutalement dans un attentat. Suite

Ca$h Nexu$

| PRIMEUR |
Semaine 12
Du 22 au 28 mars 2019

RÉSUMÉ SUCCINCT
Jimmy est coincé dans le cercle vicieux de la dépendance et de l’itinérance. Abandonné par sa mère alors qu’il était enfant, il tente d’apaiser sa profonde souffrance avec les drogues dures. Son existence marginale frustre son frère aîné Nathan, un chirurgien qui vit lui-même des problèmes émotifs avec sa conjointe Juliette. Suite

Gloria Bell

| PRIMEUR |
Semaine 12
Du 22 au 28 mars 2019

RÉSUMÉ SUCCINCT
Divorcée depuis douze ans, Gloria est arrivée à la cinquantaine sans avoir refait sa vie. Ses deux enfants, d’âge adulte, n’ont pas beaucoup de temps à lui consacrer. Pour tromper son ennui et rencontrer des gens de son âge, elle sort en boîte de nuit. Un soir, elle fait la connaissance d’Arnold, propriétaire d’un centre d’amusement, divorcé et père de deux grandes filles. Suite

Kesari

| PRIMEUR |
Semaine 12
Du 22 au 28 mars 2019

RÉSUMÉ SUCCINCT
Le 12 septembre 1897, la bataille de Saragarhi entre des soldats sikhs de l’armée indienne britannique et des membres de la tribu pachtoune.

SANS
COMMENTAIRES

FICHE TECHNIQUE

Sortie
Vendredi 22 mars 2019

Réal.
Anurag Singh

Origine(s)
Inde

Année : 2019 – Durée : 2 h 05

Genre(s)
Drame historique

Langue(s)
V.o. : hindi / s.-t.a.

Saffron

Dist. @
Imtiaz Mastan

Classement
Interdit aux moins de 13 ans
[ Violence ]

Info. @
Cineplex

Les éternels

| PRIMEUR |
Semaine 12
Du 22 au 28 mars 2019

RÉSUMÉ SUCCINCT
En 2001, la jeune Qiao est amoureuse de Bin, le chef de la pègre locale de Datong. Lors d’une rixe entre bandes rivales, elle prend la défense de son petit ami et tire plusieurs coups de feu, pour lesquels elle est condamnée à cinq ans de prison. À sa sortie, elle part à la recherche de Bin.

CRITIQUE
| Élie Castiel |

★★★★

MUTATIONS ÉRODÉES

Quelle belle histoire d’amour que celle racontée par le Chinois Jia Zhang-ke, peu banale, sujette aux temps qui basse et à ses multiples soubresauts, imprévus, résultats de la vie qui passe et de l’amour qui s’éteint. Aussi, histoire sociale et politique d’un pays en développement économique et social, aux coutumes ancestrales remplacées par une occidentalisation sans précédent.

La première partie ne donne pas véritablement le ton, car la narration rappelle les films de règlements de compte. Et puis soudain, au hasard des évènements dramatiques, un nouveau récit, sentimental cette fois-ci, mené de main de maître. Nous nous habituons à ce changement rapidement, tant on assiste à quasi un discours sur l’art d’interprétation.

Belle proposition de la part de Jian Zhangke qui, par le biais du récit d’un couple hors du commun, confirme que la Chine actuelle s’est occidentalisée non sans obstacles et compromis ayant laissé des traces.

D’une part, la puissance de Zhao Taro, changeant de registre d’un moment à l’autre avec une grâce et un savoir-faire assurés. Elle plonge totalement dans ce qu’on peut appeler le « discours de la méthode », méthode à construire un personnage, à se l’approprier, à le faire sien le temps du tournage et, plus que tout, le rendre émouvant.

Il y aussi Liao Fan, qui se démarque pleinement des autres protagonistes masculins, entre le machisme contrôlé, quoique respectueux, et la vulnérabilité attachante d’une jeunesse passée. Entre les deux, un dialogue amoureux interrompu par le temps, mais qui reprend par la force des choses, et bien plus, par le hasard d’une vie qui ne fait que tourner.

Belle proposition de la part de Jian Zhang-ke qui, par le biais du récit d’un couple hors du commun, confirme que la Chine actuelle s’est occidentalisée non sans obstacles et compromis ayant laissé des traces.

Et nous restons parfaitement ébahis devant la richesse de la direction photo d’Éric Gautier, dont on admirera sans doute bientôt The Truth, de Hirokazu Kore-eda, avec entre autres, Catherine Deneuve et Juliette Binoche.

FICHE TECHNIQUE

Sortie
Vendredi 22 mars 2019

Réal.
Jia Zhang-ke

Origine(s)
Chine
France
Japon

Année : 2018 – Durée : 2 h 15

Genre(s)
Drame sentimental

Langue(s)
V.o. : mandarin / s.-t.f. & s.-t.a.

Ash Is Purest White
Jiang hu er nü

Dist. @
Eye Steel Films

Classement
Interdit aux moins de 13 ans

Info. @
Cinéma du Musée
Cinéma du Parc

Cinéma Moderne

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel.  ★★★★ Très Bon.  ★★★ Bon.
★★ Moyen.   Mauvais. 0 Nul.
½ [Entre-deux-cotes]

Tenir tête

| PRIMEUR |
Semaine 12
Du 22 au 28 mars 2019

RÉSUMÉ SUCCINCT
Mathieu, Frédérique et Louis souffrent tous trois d’un problème de santé mentale. Leurs épisodes de dépression et de manie ont eu des répercussions sur eux-mêmes et sur leurs proches.

SANS
COMMENTAIRES

FICHE TECHNIQUE

Sortie
Vendredi 22 mars 2019

Réal.
Mathieu Arsenault

Origine(s)
Québec [ Canada ]

Année : 2018 – Durée : 1 h 18

Genre(s)
Documentaire social

Langue(s)
V.o. : multilingue / s.-t.a. & s.-t.f.
Head First

Dist. @
InformAction

Classement
Tous publics

Info. @
Cinéma du Parc
Cinémathèque québécoise

The Hummingbird Project

| PRIMEUR |
Semaine 12
Du 22 au 28 mars 2019

RÉSUMÉ SUCCINCT
Deux cousins originaires de New York se lancent dans la folle aventure de construire un câble de fibre optique entre Kansas et New Jersey pour gagner une milliseconde sur les transactions à la bourse. C’était sans compter la rancune de leur ancienne patronne qui fera tout pour les arrêter.

CRITIQUE
| Élie Castiel |

★★★

SPÉCULATIONS DÉTOURNÉES

Kim Nguyen, parmi les cinéastes québécois sur qui on a toujours pu compter. Avec Rebelle, par exemple, proposant un concept innovateur et explorant de nouveaux cadres narratifs. Avec The Hummingbird Project, il est question d’une incursion dans l’univers de la finance, des transactions boursières, sujettes, à chaque seconde, à des croissances ou au contraire, des chutes considérables. Un monde au rythme cardiaque constamment irrégulier.

D’où une mise en scène menée à une cadence frénétique, faisant bouger la caméra quasi en temps réel. Et pour atténuer l’impact, un humour corrosif à l’américaine qui confirme que notre cinéaste s’est fortement imprégné de films de nos voisins du sud.

Kim Nguyen renvoit à un cinéma de genre qui ne se complaît pas dans ses codes habituels. Entre le chic, le splendidement trash et encore plus, le subversif. Véritable claque.

The Hummingbird Project est surtout un regard sur les risques de l’argent vite gagné, ses risques, ses imbroglios, ses mensonges et tricheries, d’un réalisme à couper le souffle. Plus que tout, nous avons droit à un scénario admirablement ciselé de points forts et de touches d’esprit abracadabrantes. Il y a une Salma Hayek, comme jamais vue auparavant, assumant son trône de femme d’affaires nouvelle-version comme rarement vue. Et des rivaux, incarnés par un Jesse Eisenberg, à la fois insupportable et brillant, et Alexander Skarsgård, d’une naïveté diabolique.

Et surtout, il y a un ton glauque dans cet étonnant mélange de jeu de pistes et de joute psychologique qui défient les conventions en les transcendant. C’est faussement du « déjà-vu » car tout bien considéré, Kim Nguyen renvoit à un cinéma de genre qui ne se complaît pas dans ses codes habituels. Entre le chic, le splendidement trash et encore plus, le subversif. Véritable claque.

FICHE TECHNIQUE

Sortie
Vendredi 22 mars 2019

Réal.
Kim Nguyen

Origine(s)
Belgique
Canada

Année : 2018 – Durée : 1 h 51

Genre(s)
Drame

Langue(s)
V.o. : anglais / Version française & s.-t.f.
Le projet Hummingbird

Dist. @
Entract Films


Classement
Tous publics
[ Déconseillé aux jeunes enfants ]

Info. @
Cinéma Beaubien
Cineplex

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel.  ★★★★ Très Bon.  ★★★ Bon.
★★ Moyen.   Mauvais. 0 Nul.
½ [Entre-deux-cotes]

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.