Entrevues

At Eternity’s Gate

6 décembre 2018

| PRIMEUR |
Semaine 49
Du 7 au 13 décembre 2018

RÉSUMÉ SUCCINCT
Une évocation de la vie du peintre Vincent Van Gogh, durant son séjour à Arles et Auvers-sur-Oise.
Suite

Marc Bisaillon

18 novembre 2018

[ RENCONTRE ]
propos recueillis et retranscrits
par Élie Castiel

« EN GRANDE PARTIE, CE QUI RESSORT
LE PLUS, C’EST L’ÉMOTION. »

Nous avons rendez-vous avec Marc Bisaillon dans le foyer du Cinéma du Musée (nouvelle salle de cinéma). Quelques minutes avant qu’il aille rejoindre les caméras de télévision. L’homme est accueillant. Le réalisateur certain de son projet quelle que soit la réaction que le public aura ce soir de Première. Nous l’écoutons.

© Filmoption International

En somme, La lâcheté, La vérité et maintenant L’amour ; trois films dont le titre est composé d’un article et d’un mot. Un cycle sans doute ?
Effectivement. Chaque film est d’ailleurs inspiré d’une histoire vraie et présente un point de vue différent sur le silence coupable, à partir d’un personnage principal. Dans La lâcheté et La vérité, celui d’un homme témoin d’un crime et qui garde le silence, dans La vérité, celui d’un homme victime d’un crime et qui garde aussi le silence. Suite

Danae Elon

14 juin 2018

Sur La chambre du patriarche
[ propos traduits de l’anglais
par Élie Castiel ]

NID DE GUÊPES

S’entretenir avec Danae Elon, c’est comme discuter avec n’importe quel artiste de confession juive, orthodoxe ou laïc, ou mieux encore, aller d’un sujet à l’autre en sachant très bien comment on a débuté la conversation. En quelque sorte, passer du coq à l’âne sans qu’on nous fasse des remarques et avoir l’intelligence de reprendre le propos initial. C’est ainsi que Danae Elon me confirme qu’elle a réalisé un nouveau documentaire (A Sister’s Song) dont on vous parlera sans doute plus tard. Mais revenons à cette Chambre du patriarche.

Suite

Arnaud Desplechin

31 mai 2018

« Mathieu et moi, on a fait dans ce film tous les
tours de prestidigitation qu’on connaissait. Tout
ce qu’on sait faire ensemble, on vous l’a montré.. »

Figure majeure et incontournable du cinéma français contemporain, Arnaud Desplechin reste un cinéaste dont la présence et la parole se font plutôt rares au Québec. Heureusement pour nous, la sortie en salle cette semaine de son nouveau et éblouissant film, Les fantômes d’Ismaël, nous fournit l’alibi idéal pour aller à sa rencontre à Paris…. Nous vous en présentons ici un extrait.

| propos recueillis par Sami Gnaba |

(…)

Arnaud Desplechin (Crédit photo : © Jean-Claude Lother – Why Not Productions)

Suite

Jean-François Asselin

10 novembre 2017

ENTREVUE
Questions : Élie Castiel
Réponses : Jean-François Asselin
(envoyées par courriel)

« Quand on arrête de répondre aux besoins et aux attentes des autres, est-ce qu’on cesse d’exister ? »

Après quelques courts métrages et des expériences à la télévision, tu entames le long métrage avec une proposition plutôt ambitieuse. Quelle a été l’idée de départ ?
L’idée de départ vient d’une envie que nous avions Jacques Drolet (mon coscénariste) et moi, de parler de notre difficulté à s’abstraire du regard des autres pour se définir et vivre nos vies. Comment notre difficulté à devenir ce que nous sommes vient aussi de la peur de déplaire et du besoin de faire partie du groupe, de s’y identifier. Une question nous hantait : quand on arrête de répondre aux besoins et aux attentes des autres, est-ce qu’on cesse d’exister ? C’est un peu de cette prémisse que vient l’idée de la disparition de l’architecte reconnu qui perturbera la vie des autres qui voudront le remplacer. Dès le début, l’idée d’avoir un personnage qui se transforme concrètement (Frédéric) pour devenir l’autre et réussir à travers lui, a fait partie de la genèse du projet. Il était donc clair que le récit emprunterait le ton de la fable et qu’on décollerait du réalisme. On voulait aussi mettre en scène un personnage (Robert) qui revient à sa vraie nature en acceptant de déplaire à son entourage.  L’ambition première que nous avions était de raconter le mieux possible avec le plus d’émotion, ce thème et cette histoire qui nous habitaient très fort.

Nous sommes les autres photos: Sébastien Raymond. seb©sebray.com

Photo de tournage : Jean-François Asselin (à gauche), Jean-Michel Anctil (au centre) et Pascale Bussières (à droite) >>  © Sébastien Raymond

Suite

Festival de Cannes 2017 / Prise I

21 mai 2017

ÉVÉNEMENT
Texte : Pierre Pageau
(Délégué-Séquences à Cannes)

Nous sommes à Cannes et, comme d’habitude, nous couvrirons l’événement de façon plus détaillée dans un des prochains numéros en format papier de la revue. En attendant, ces notes vous donne un avant-goût de ce qui se passe autour de la Croisette.

CANNES 2017SÉCURITÉ AVANT TOUT
Au-delà des discussions habituelles sur les films, le grand sujet de préoccupation des journalistes c’est l’énorme renforcement des mesures de sécurité.  En fait, on a maintenant l’impression d’arriver dans un aéroport. Il y a la grande cabine à travers laquelle il faut passer.  Il y a les plateaux pour mettre nos pièces métalliques (clés, montre, objets qui vibrent, jusqu’aux bijoux et autres). Et il y a ensuite des fouilleuses professionnelles pour s’assurer qu’il n’y a rien de dangereux dans nos sacs.  Conséquence : pour la première fois dans l’histoire du Festival de Cannes il y a eu un retard de 15 minutes pour la projection du matin du film de Todd Haynes, Wonderstruck. Le soir, il a fallu attendre 10 minutes avant le début de Jupiter’s Moone, du cinéaste hongrois Kornel Mundruczo. Sans parler du temps d’attente pour la présentation d’Okja, de Boog Joon-ho, dû à un problème de réglage du cadrage. En quelques sorte, on a constaté que l’édition 2017 était celle la plus mal organisée depuis longtemps. Mais soyons indulgents : ne faut-il pas tenir compte de la menace terroriste qui pèse encore sur l’Hexagone ?
Suite

Santiago Bertolino

4 mai 2017

TÊTE À TÊTE
Questions et transcription
Élie Castiel

LE REGARD INTERVENTIONNISTE

Faisant suite à notre approche interventionniste, qu’il s’agisse de cinéma grand public ou de productions engagées, nous avons décidé de rencontrer Santiago Bertolino qui, suivant les traces de son père, Daniel Bertolino, se lance dans le documentaire. Il a décidé de suivre le journaliste pigiste Jesse Rosenfeld dans son périple semé d’embûches au Moyent-Orient. Nous vous présentons les grandes lignes de cette rencontre. Suite

2018 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.