Articles récents

After the Ball

26 février 2015

After the Ball

Genre : Comédie sentimentale – Origine :   Canada [Québec]– Année : 2014 – Durée : 1 h 42 – Réal. : Sean Garrity – Int. : Portia Doubleday, Marc-André Grondin, Chris North, Lauren Holly, Anna Hopkins, Natalie Krill – Dist. / Contact : TVA.
Horaires :
Cineplex

CLASSIFICATION
Visa GÉNÉRAL

Sortie : Vendredi 27 février 2015
V.o. : anglais
V.f.  – Les 12 Coups de minuit

 LOGO_Séquences

Autrui

D’un altruisme utopique

Élie Castiel
CRITIQUE
★★★

Autrui

L’affiche du film nous pose la question évidente, à savoir si à l’instar de l’héroïne, nous aurions accueilli le sans-abri dont il est question. Réponse que Micheline Lanctôt donne par le biais d’un regard sur l’altruisme dans une société actuelle qui a perdu ses repères. Lanctôt, qui a toujours eu une prédilection pour les sujets sociaux – pensons récemment au mystico-religieux Pour l’amour de Dieu et ultérieurement à l’injustement froidement accueilli Suzie – n’a pas encore atteint la poésie urbaine de Sonatine, qui bénéficiait dans le même temps de la présence d’une Pascale Bussières annonçant déjà sa brillante carrière et une Marcia Pilote d’un naturel rafraîchissant.

Autrui, titre christique, évoquant la notion du partage, de soutien aux plus démunis, d’amour du prochain ; titre prophétique d’une fiction qu’il faut, pour l’apprécier, la voir comme une métaphore du Bien et de son impossibilité dans la société actuelle. Sur ce point, la réalisatrice soulève un discours sur les notions d’entraide dans le monde contemporain et tout particulièrement dans la société occidentale telle qu’elle a évolué dans les dernières décennies.

Il [Robin Aubert] s’inscruste dans son personnage
jusqu’à lui octroyer une aura extra-sensorielle.

Des faiblesses, on les sent. Notamment dans l’hésitation à traiter du sujet avec plus de fracas, d’agressivité. Au contraire, le parti pris de Lanctôt la mène vers une démarche humaniste plutôt que clinique du sujet.

Sur ce point, Brigitte Pogonat, éthérée dans l’iconoclaste Le Météore de François Delisle, montre jusqu’à quel point l’art d’interprétation relève de mille et une transformations selon les sujets traités. Parfois, elle nous laisse perplexes, pour aussitôt donner à son personnage un niveau plus crédible. Mais il y a aussi Robin Aubert, pour qui le cinéma ne semble pas un univers secret. Sa transformation s’organise selon une approche rationnelle de l’art du comédien. Il s’inscruste dans son personnage jusqu’à lui octroyer une aura extra-sensorielle.

Sans doute qu’avec Autrui la réalisatrice n’est pas parvenue à totalement aboutir sa proposition, comme par exemple cette question du rapport à l’autre, plutôt furtivement abordée, mais force est de souligner son entêtement salutaire à se démarquer de la norme, quel que soit le prix à payer.

Genre
: Drame psychologiqueOrigine :   Canada [Québec] – Année : 2014 – Durée : 1 h 40 – Réal. : Micheline Lanctôt – Int. : Robin Aubert, Brigitte Pogonat, Gabriel Océciuk, Frédéric Blanchette – Dist. / Contact : Métropole.
Horaires :
Beaubien Excentris

CLASSIFICATION
Visa GÉNÉRAL

Sortie : Vendredi 27 février 2015
V.o. : français

MISE AUX POINTS
★★★★★ (Exceptionnel) ★★★★ (Très Bon) ★★★ (Bon) ★★ (Moyen) (Mauvais) ½ (Entre-deux-cotes) – LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

LOGO_Séquences

 

 

Awake: The Life of Yogananda

Survol d’une vie spirituelle

Luc Chaput
CRITIQUE

★★ ½

Awake

Une de deux réalisatrices, Paola di Florio, est spécialiste de biographies filmées sur des personnes étonnantes ou placées dans des circonstances exceptionnelles. Que ce soit une Américaine blanche tuée à Selma pendant la lutte des droits civiques des années 60 dans Home of the Brave ou sur une jeune violoniste qui bouleverse les codes d’interprétation classique dans Speaking in Strings. Le livre Autobiographie d’un yogi est en constante réédition depuis sa publication en 1946 et son auteur est le vulgarisateur du Kriyā Yoga aux États-Unis et partout en Occident.

Ce long métrage est donc une relecture filmique partielle de ce livre qui emploie de multiples archives souvent inédites pour promener le spectateur de l’Inde à Boston puis en Californie et dans de nombreux événements qui passent souvent à une vitesse imposante. Plusieurs témoins souvent célèbres viennent exprimer de diverses manières la grandeur des enseignements de Yogananda et sa pertinence dans le monde d’aujourd’hui. Il manque quelques voix discordantes dont on peut d’ailleurs trouver les échos par une recherche sur Internet. Des plans larges de groupes d’adeptes pratiquant des positions de yoga agrémentent le tout. La narration garde malgré tout un côté prêchi-prêcha qui risque de ne captiver que les intéressés.

Genre : Documentaire – Origine :   États-Unis – Année : 2014 – Durée : 1 h 27 – Réal. : Paola di Florio, Lisa Leeman – Dist. / Contact : Counterpoint Films.
Horaires :
Cinéma du Parc

CLASSIFICATION
Non classé

Sortie : Vendredi 27 février 2015
V.o. : multilingue
S.-t.a. / S.-t.f. – Une âme s’éveille : La vie de Yogananda

MISE AUX POINTS
★★★★★ (Exceptionnel) ★★★★ (Très Bon) ★★★ (Bon) ★★ (Moyen) (Mauvais) ½ (Entre-deux-cotes) – LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

LOGO_Séquences

 

 

2009 © SÉQUENCES - La revue de cinéma