Articles récents

Raymond Cauchetier

19 septembre 2014

PHOTOGRAPHE DE LA NOUVELLE VAGUE > 1956-1968
Texte : Aurélie Journée

Cauchetier 13

Fig. 1

Fig. 1

L’expression « Nouvelle Vague » a été utilisée pour la première fois en France en 1957, par Françoise Giroud, dans le magazine L’Express. Il s’agissait alors de qualifier, non pas un mouvement cinématographique, mais une enquête sociologique sur les tendances et les évolutions de mœurs d’une génération. Cet article n’a pas pour but d’analyser un film ou l’approche d’un réalisateur en particulier. Il ne constitue pas davantage une tentative d’interprétation, ou d’exégèse, d’une réalisation de l’époque. Son objet d’étude se focalise davantage sur les « coulisses » de ces productions. Ainsi, l’esthétique nouvelle proposée par ce courant cinématographique a été diffusée au travers de photographies « de films » qui ont pleinement participé de sa renommée. Néanmoins, rares sont ceux pouvant mettre un nom sur les instigateurs de ces clichés. Qui se cache donc derrière les images les plus connues des films de Jean-Luc Godard, de François Truffaut, ou encore de Jacques Demy ? Un homme, resté dans l’ombre, se cache bel et bien derrière les clichés immortalisant cette révolution visuelle et technique : Raymond Cauchetier. Paradoxalement méconnu en France, son nom est célèbre aux Etats-Unis et au Japon notamment. Suite

A Walk Among the Tombstones

18 septembre 2014

Semaine du 19 au 25 septembre 2014

A Walk Among the Tombstones

Sortie : Vendredi 19 septembre 2014
V.o. : anglais
V.f. – Entre les tombes

Suite

Daawat-e-Ishq

Semaine du 19 au 25 septembre 2014

Daawat-e-Ishq

Sortie : Vendredi 19 septembre 2014
V.o. : hindi
S.-t.a. – Feast of Love

Genre : Comédie romantique | Origine :Inde – Année : 2014 – Durée : 2 h 03 – Réal. : Habib Faisal – Int. : Aditya Roy Kapoor, Parneeti Chopra, Anupam Kher, Sumit Gaddi, Karan Wahi – Dist. / Contact : Imtiaz Mastan | Horaires / Versions / Classement : Cineplex

En quelques mots
Bien qu’elle soit illégale selon l’article 498A du code pénal, la pratique de la dot offerte par la famille de la future mariée est une coutume en Inde. La famille du futur mari voit cette forme de rituel comme étant la contribution économique de la jeune mariée à la nouvelle alliance ou encore soit comme un moyen de payer pour son entretien, soit comme une forme d’héritage qui est censée remédier au fait que malgré tout, les femmes ont moins de droits de propriété que les hommes. Suite

2009 © SÉQUENCES - La revue de cinéma