Articles récents

Thierry Jousse

6 février 2016

«J’AVAIS QUAND MÊME L’IDÉE QUE LA CRITIQUE,
AUX CAHIERS EN TOUT CAS, C’ÉTAIT UN ENDROIT
OÙ ON ESSAYAIT DE TRACER LA CARTE DU CINÉMA..

Après une série d’entretiens réalisés avec des journalistes et des critiques du Québec, Il était impératif pour « États Critiques » (version imprimée, ndlr) de s’ouvrir à d’autres horizons et d’accueillir d’autres expériences plus éloignées des nôtres. Comme en témoigne cette rencontre avec Thierry Jousse, ancien rédacteur en chef des Cahiers, qui revient ici sur son rapport à la critique et, plus largement, au cinéma.

RENCONTRE
propos recueillis
par Sami Gnaba

Thierry Jousse 01 (Gnaba)

Avec la permission de Thierry Jousse

Je souhaiterais revenir sur les origines de votre parcours de critique. Quel a été le moment où le désir d’écrire sur le cinéma s’est imposé pour vous ?
C’est sûrement durant les années de mon adolescence quand j’ai découvert certains textes critiques, notamment le livre écrit par François Truffaut, Les films de ma vie. Qui réunit un certain nombre de ses textes, mais pas tous.… À l’époque j’étais déjà très intéressé par le cinéma, mais je ne sais pas si je pensais forcément à écrire dessus. Mais je me souviens que cette lecture a été très importante pour moi, parce que j’ai été frappé par sa façon d’écrire sur des films et des cinéastes que je ne connaissais pas forcément bien à l’époque, des gens comme Lubitsch par exemple. Après, ça a pris un petit moment avant de se décanter. J’ai écrit des choses pour moi, d’une manière assez informelle. Et ensuite, j’ai envoyé quelques textes aux Cahiers du cinéma qui ont retenu l’attention de Serge Toubiana.
Suite

Everything About Her

4 février 2016

RÉSUMÉ SUCCINCT
Une femme autoritaire, mais atteinte d’une maladie, entretient des rapports difficiles avec son aide-soignante et le fils de celle-ci.

Everything About Her

SANS
COMMENTAIRES

Suite

Fatima

RÉSUMÉ SUCCINCT
Mère monoparentale de confession musulmane, Fatima immigre en France avec ses deux filles où elle fait de son mieux pour assurer leur avenir professionnel dans un monde occidental.

LE FILM DE LA SEMAINE
Prix Louis Delluc 2015

Fatima_En salle

CRITIQUE
★★★★★

DE L’ESPOIR MALGRÉ TOUT
Texte : Charles-Henri Ramond 

Sorti dans un pays qui peine toujours à s’extirper d’un marasme social vieux de plusieurs décennies et qui ne semble pas prêt de s’éteindre, Fatima de Philippe Faucon est un petit bonheur qui arrive à brûle pourpoint. Par l’universalité de son portrait de mère dévouée, par sa simplicité et son naturel, le film est parvenu à émouvoir une population en mal de réconfort. Inédits au Québec, ces films forment le corpus cohérent d’un réalisateur qui a beaucoup à dire.

Sans tomber dans le sensationnalisme ni le fatalisme,
Faucon ne fait pas de Fatima une martyre de
l’exclusion, ni ne rejette la faute sur le « système ».

Suite

2009 © SÉQUENCES - La revue de cinéma