Articles récents

Saisissez l’occasion

28 février 2019

C’EST FACILE DE S’ABONNER À LA PLUS ANCIENNE
REVUE FRANCOPHONE DE CINÉMA QUÉBÉCOISE ET
CANADIENNE… TROISIÈME DANS LE MONDE APRÈS
LES PRESTIGIEUSES CAHIERS DU CINÉMA ET POSITIF.

ABONNEZ-VOUS À SÉQUENCES OU ACHETER
DES ANCIENS NUMÉROS EN UN SEUL CLIC…

https://www.revuesequences.org/abonnement/

The Hummingbird Project

21 mars 2019

| PRIMEUR |
Semaine 12
Du 22 au 28 mars 2019

RÉSUMÉ SUCCINCT
Deux cousins originaires de New York se lancent dans la folle aventure de construire un câble de fibre optique entre Kansas et New Jersey pour gagner une milliseconde sur les transactions à la bourse. C’était sans compter la rancune de leur ancienne patronne qui fera tout pour les arrêter.

CRITIQUE
| Élie Castiel |

★★★

SPÉCULATIONS DÉTOURNÉES

Kim Nguyen, parmi les cinéastes québécois sur qui on a toujours pu compter. Avec Rebelle, par exemple, proposant un concept innovateur et explorant de nouveaux cadres narratifs. Avec The Hummingbird Project, il est question d’une incursion dans l’univers de la finance, des transactions boursières, sujettes, à chaque seconde, à des croissances ou au contraire, des chutes considérables. Un monde au rythme cardiaque constamment irrégulier.

D’où une mise en scène menée à une cadence frénétique, faisant bouger la caméra quasi en temps réel. Et pour atténuer l’impact, un humour corrosif à l’américaine qui confirme que notre cinéaste s’est fortement imprégné de films de nos voisins du sud.

Kim Nguyen renvoit à un cinéma de genre qui ne se complaît pas dans ses codes habituels. Entre le chic, le splendidement trash et encore plus, le subversif. Véritable claque.

The Hummingbird Project est surtout un regard sur les risques de l’argent vite gagné, ses risques, ses imbroglios, ses mensonges et tricheries, d’un réalisme à couper le souffle. Plus que tout, nous avons droit à un scénario admirablement ciselé de points forts et de touches d’esprit abracadabrantes. Il y a une Salma Hayek, comme jamais vue auparavant, assumant son trône de femme d’affaires nouvelle-version comme rarement vue. Et des rivaux, incarnés par un Jesse Eisenberg, à la fois insupportable et brillant, et Alexander Skarsgård, d’une naïveté diabolique.

Et surtout, il y a un ton glauque dans cet étonnant mélange de jeu de pistes et de joute psychologique qui défient les conventions en les transcendant. C’est faussement du « déjà-vu » car tout bien considéré, Kim Nguyen renvoit à un cinéma de genre qui ne se complaît pas dans ses codes habituels. Entre le chic, le splendidement trash et encore plus, le subversif. Véritable claque.

FICHE TECHNIQUE

Sortie
Vendredi 22 mars 2019

Réal.
Kim Nguyen

Origine(s)
Belgique
Canada

Année : 2018 – Durée : 1 h 51

Genre(s)
Drame

Langue(s)
V.o. : anglais / Version française & s.-t.f.
Le projet Hummingbird

Dist. @
Entract Films


Classement
Tous publics
[ Déconseillé aux jeunes enfants ]

Info. @
Cinéma Beaubien
Cineplex

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel.  ★★★★ Très Bon.  ★★★ Bon.
★★ Moyen.   Mauvais. 0 Nul.
½ [Entre-deux-cotes]

Ulan

| PRIMEUR |
Semaine 12
Du 22 au 28 mars 2019

RÉSUMÉ SUCCINCT
Elle est inconditionnellement romantique. Mais tous les hommes lui ont brisé le coeur. Jusqu’à ce que…

SANS
COMMENTAIRES

FICHE TECHNIQUE

Sortie
Vendredi 22 mars 2019

Réal.
Irene Villamor

Origine(s)
Philippines
Année : 2018 – Durée : 1 h 34

Genre(s)
Drame romantique

Langue(s)
V.o. : tagalog / s.-t.a.
Rain

Dist. @
Maison 4:3
[ N2 Productions ]

Classement
Tous publics

Info. @
Cineplex

Us

| PRIMEUR |
Semaine 12
Du 22 au 28 mars 2019

RÉSUMÉ SUCCINCT
Les vacances s’annoncent reposantes pour Adelaide et Gayle Wilson et leurs deux enfants. À peine les valises sont-elles posées dans la maison située au bord d’un lac qu’Adelaide, cédant à la pression, accepte à contrecoeur d’aller passer la journée à la plage de Santa Cruz, mais Adelaide est troublée par le souvenir d’un évènement qu’elle y a vécu dans son enfance.

CRITIQUE
| Pascal Grenier |

★★

FOURRE-TOUT INFORME

Après avoir pris tout le monde par surprise avec le succès critique et public de Get Out il y a deux ans le comédien Jordan Peele propose un nouveau film d’épouvante mettant en scène des Afro-américains. Avec Us, ce dernier poursuit dans la même veine du film d’épouvante à saveur allégorique et social avec encore plus de moyens et d’ambitions que son premier coup de maître. Or cette fois-ci, le cinéaste à la main moins heureuse avec ce suspense horrifique brouillon et confus dont le résultat décevant est loin d’être est à la hauteur des attentes.

Us s’inspire librement de l’œuvre du romancier Lewis Carroll (Through the Looking Glass, and What Alice Found There) qu’il adapte aux goûts du jour.

En empruntant une formule populaire des dernières années (la série Purge, The Strangers ou encore Funny Games), Peele propose une fable réflexive et humoristique sur l’Amérique d’aujourd’hui et la montée du racisme qu’il déguise sous forme d’un huis clos où une famille est menacée par des assaillants. Après un départ canon, le film perd rapidement de son charme et de son efficacité, car à force de vouloir trop en faire et de jouer sur tous les fronts, le cinéaste se fourvoie dans son propre embrouillement. L’humour caustique s’agence parfois maladroitement avec le climat anxiogène qu’il essaie d’instaurer alors que les moments plus tendus souffrent d’un manque de tension qui s’appuie trop sur des effets télégraphiés. 

Dans le dernier tiers, le  récit devient de plus en plus chaotique et se transforme en genre d’épisode tout droit sorti du feuilleton The Twilight Zone. Truffé de fausses pistes, de clins d’œil et de (fausses) finales qui s’imbriquent sens dessus dessous, on constate les dommages d’un cinéaste talentueux qui cherche coûte que coûte à surprendre et se prendre pour Kubrick sans toutefois en posséder la rigueur et la brillance de ce dernier. Car finalement, Us n’est plus ni moins qu’un fourre-tout informe dont la somme n’a d’égal que la volonté et les prétentions de son auteur.

L’humour caustique s’agence parfois maladroitement avec le climat anxiogène qu’il essaie d’instaurer alors que les moments plus tendus souffrent d’un manque de tension qui s’appuie trop sur des effets télégraphiés. 

FICHE TECHNIQUE

Sortie
Vendredi 22 mars 2019

Réal.
Jordan Peele

Origine(s)
États-Unis
Année : 2019 – Durée : 1 h 57

Genre(s)
Suspense d’épouvante

Langue(s)
V.o. : anglais / Version française
Nous

Dist. @
Universal Pictures

Classement
Interdit aux moins de 13 ans
[ Violence / Horreur ]

Info.@
Cineplex

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel.  ★★★★ Très Bon.  ★★★ Bon.
★★ Moyen.   Mauvais. 0 Nul.
½ [Entre-deux-cotes]

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.