Recensions

Brigitte Bardot plein la vue

19 septembre 2012

LE MIROIR À DEUX FACES

Brigitte Bardot, la femme libérée, affiche une image puérilement et perpétuellement égocentrique, sans doute comme pour se protéger, pour ne pas se laisser rapidement emporter par un star-system trop insensible et indéniablement insatiable. Elle laisse tomber son métier à un moment où le cinéma et le monde changent, où la femme publique se découvre une nouvelle façon de penser, de voir, de s’afficher, à un moment où l’homme va devoir lui aussi modifier son comportement quant à ses rapports au sexe opposé.

>> Élie Castiel

Bref, à un moment, Brigitte Bardot n’a plus de raisons de continuer. Bardot n’est pas du domaine collectif, mais de l’individuel, condition indispensable pour affirmer son statut de vedette. La star française l’a compris puisque son tempérament ne lui permet pas de s’adapter aux nouvelles normes des mentalités. Elle prend donc le chemin du social, s’élève pour la défense des animaux et se retire, droite, souveraine, paradoxale, ne reculant devant rien pour étaler publiquement ses idées controversées.

Suite

Chroniques européennes / Chroniques américaines

24 février 2012

AVANT ET APRÈS KAEL

>> Mario Patry


Il faut dire dès le départ qu’une génération complète d’intellectuels universitaires a grandi avec une certaine vénération pour Pauline Kael, la plus redoutée de toutes les critiques américaines auprès des réalisateurs des deux côtés de l’Atlantique. La lecture de ses deux bouquins, regroupant ses meilleures critiques, ne fait que confirmer notre admiration, autant pour son intégrité que pour son discernement (presque) sans failles.

Suite

Je n’ai pas de rôle pour vous

13 janvier 2012

Bruno, un adolescent français, est choisi pour jouer dans L’argent de poche par François Truffaut. Rien ne prédisposait à première vue ce fils de bonne famille bourgeoise de la région parisienne à jouer un élève dans cette petite ville du centre de la France qu’est Thiers. Bruno de Stabenrath, scénariste pour la télé et auteur de livres sur la musique populaire, s’est fait connaître en littérature, il y a dix ans, par son récit Cavalcade, où il racontait l’accident d’automobile qui l’a rendu tétraplégique et sa rééducation pour redevenir un être qui puisse goûter à certains plaisirs de la vie. Ici, il mélange, dans ce livre qualifié de roman, certains éléments autobiographiques sur la vie d’un jeune dont le père est militaire et la mère pianiste.

Suite

La mesure du monde

16 novembre 2011

La place de Philippe Lavalette comme directeur de la photographie, au Québec et ailleurs, est déjà reconnue et on lui a accordé de nombreux prix. Il a de plus réalisé plusieurs documentaires, dont Tipolis et Un Gamin de Paris. Il nous donne ici un livre de chroniques sur son travail au cinéma dans lequel on apprend comment le fait d’employer un objectif ou une focale différente peut modifier un regard sur le monde. D’ailleurs, n’est-il pas remarquable que la pellicule si mince garde en mémoire des gens et des objets ou immeubles disparus depuis peu ou longtemps ?

Suite

Turkish Cinema: Identity, Distance and Belonging

11 mars 2011

Les images en mouvement discursives de l’Anatolie

Texte : Élie Castiel

Spécialiste des cinémas de l’Asie centrale et du Moyen-Orient, dont Women, Islam and Cinema (voir Séquences, nº 237, p. 22), Cinemas of the Other: A Personal Journey with Filmmakers from the Middle East and Central Asia (nº 245, p.15), ainsi que The Cinema of North Africa and the Middle East (nº 259, p. 7), dont elle a assuré l’édition éditoriale, Gönül Dönmez-Colin réalise finalement un projet qui lui tenait à cœur depuis très longtemps, le cinéma turc (voir, entre autres, Séquences, nos 260, pp. 32-33/34-35 et 267, pp. 31-37).

Suite

L’Écriture du documentaire

4 mars 2011

Texte : Luc Chaput

La multiplication des petites caméras, DVD et autres, a entraîné la prolifération des reportages et documentaires de toutes sortes sur une pléthore de sujets qui trouvent maintenant diverses avenues de diffusion. L’auteure Jacqueline Sigaar est cinéaste et animatrice d’ateliers de création documentaire dans le Nord de la France. Elle revient sur les diverses étapes de constitution d’un dossier de présentation d’un projet, sur l’importance des repérages et de la recherche des intervenants ou des archives ainsi que sur l’utilité ou non d’un séquencier.  Sigaar montre bien que cette écriture continue tant dans les choix lors du tournage  que dans la place du commentaire et souligne l’importance du montage. Ces divers chapitres sont soutenus par de nombreuses interventions de cinéastes (dont André S. Labarthe), de producteurs et de responsables de diffusion qui témoignent de leurs démarches et attentes face au documentaire d’auteur et de création.

Suite

Pagnol et Raimu : L’histoire vraie

Texte : Luc Chaput

Un auteur de théâtre rencontre un acteur connu et lui propose un rôle majeur dans une pièce qui les rendra tous deux célèbres, voilà la base de nombreux scénarios de films ou même de romans. Dans la collection «Couples mythiques», le journaliste et historien du spectacle français Jean-Jacques Jelot-Blanc nous sert une chronique vivante de ces deux titans de la production théâtrale et cinématographique française de la première moitié du XXe siècle. L’auteur échelonne ces chapitres annuels de la naissance de Jules-Auguste-César Muraire dit Raimu en 1895 à sa mort en 1946 tout en terminant le livre sur la mort en 1974 de l’auteur et académicien français, premier cinéaste élu parmi les Quarante. Malgré la proximité géographique de leurs origines, le biographe montre bien la différence de caractère et d’éducation entre cet acteur qui fut tout d’abord vaudevilliste et le professeur d’anglais qu’est Pagnol.

Suite

2021 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.