AccèsCulture

2018 revue et corrigée

7 décembre 2018

CRITIQUE
| SCÈNE |
Élie Castiel

★★★ ½

UNE APPROCHE QUI S’IMPOSE SANS ANICROCHES

C’est bien le cas pour la revue de l’année au TRV. L’édition 2018 se présente comme l’une des plus intéressantes depuis quelque temps. Raison principale : sans dénigrer les metteurs en scène des années précédentes, loin de là, Natalie Lecompte signe une première fois selon une approche nouveau-siècle. Faire vite, montrer juste ce qu’il faut et rendre les spectateurs heureux.

Formule d’autant plus convaincante que la jeune metteure en scène peut compter sur des années de collaborations au spectacle en tant qu’auteure, comédienne et script-éditeure. Des textes rafraîchissants prouvant que ce Bye-Bye-TRV est conçu pour tous les groupes d’âge.

Crédit photo : © François Laplante Delagrave

Subtil (en lettres minuscules) s’arrête cependant au bon moment lorsque la blague semble aller vers des chemins minés, complicité magnétique avec les spectateurs, applaudissant à chaque moment de ce rendez-vous annuel incontournable.

La grande et imbattable Suzanne Champagne domine la scène mais ne vole en rien la vedette. Martin Héroux, Joëlle Lanctôt, Benoît Paquette ou encore l’inimitable Marc St-Martin procèdent à un rituel socio-médiatico-politico-culturel où personne n’est épargné : notre Premier ministre a droit à quelques minutes, idem pour Barette (ex-santé), Sonia Benezra (parfaite mouture) – À la sortie, la vraie SB était dans le hall d’entrée clamant qu’il paraîtrait qu’on s’était moqué d’elle – tout avec le sourire adorable qu’on lui doit / J’ai profité pour lui parler dans la langue espagnole des Tangérois, puisque nous sommes du même coin. Moment personnel de grâce.

Avouons qu’en matière de mise en scène, les femmes ont le tour.
Mais plus que tout, une finale où les membres de la troupe prédisent
aux spectateurs une meilleure année en 2019. Ainsi soit-il !

Retour au spectacle. Les sketches se limitent à quelques minutes, se suivent à une cadence d’enfer et cela n’empêche pas que le rythme parvient à être parfaitement dosé. Un des miracles de la mise en scène de Lecompte, c’est indéniable. Peut-on compter sur elle l’an prochain? Nous le souhaitons.

De qui d’autre(s) se moque-t-on avec candeur et bonne foi? Allez voir le spectacle, vous aurez bien des surprises. Et des voix admirables lorsqu’on pratique le chant. Et puis, comment oublier les 50 bougies de Céline Dion, un des moments les plus inoubliables. Avouons qu’en matière de mise en scène, les femmes ont le tour. Mais plus que tout, une finale où les membres de la troupe prédisent aux spectateurs une meilleure année en 2019. Ainsi soit-il !

REVUE SATIRIQUE
Texte
Cassandre Charbonneau-Jobin, Luc Michaud
Justine Philie, Dominic Quarré

Mise en scène
Natalie Lecompte

Script-édition 
Daniel Leblanc

Distribution
Suzanne Champagne, Martin Héroux
Joëlle Lanctôt, Benoît Paquette
Marc St-Martin

Musique
Christian Thomas

Éclairages / Projections
Lüdz Studio

Costumes
Suzanne Harel

Accessoires
Alain Jenkins

Chorégraphies
Émily Bégin

Perruques / Maquillages
Jean Bégin

Durée
1 h 30
[ Sans entracte ]

Représentations
Jusqu’au 5 janvier 2019
| Théâtre du Rideau Vert |

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon.
★★ Moyen. Mauvais. 0 Nul.
½ [ Entre-deux-cotes ]

 

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.