En salle à Montréal

Fahrenheit 11/9

20 septembre 2018

| PRIMEUR |
Semaine 38
Du 21 au 27 septembre 2018

RÉSUMÉ SUCCINCT
Regard acerbe sur le Président des États-Unis, Donald Trump. Signé par nul autre que Michael Moore.

CRITIQUE
[ Anne-Christine Loranger ]

 ★★★★

L’AMÉRIQUE 9-1-1

Au fil des années, Michael Moore nous a habitué à son style de question délibérément naïf, à ses montages corrosifs et à sa façon extravagante de prendre position. En tant que cinéaste, il fait rarement fausse route, même si on peut contester certaines de ses analyses. Fahrenheit 11/9 ramène tous les éléments chers aux fans, en y ajoutant pour la première fois un élément d’auto-critique face à Trump. Surtout, en laissant davantage la parole à ses intervenants. Le résultat a l’effet d’un bulldozer.

En 2016, alors que tous les sondages donnaient la victoire d’Hillary, Moore fut l’un des rares à prédire celle de Trump. Tandis que des images de démocrates catastrophés le soir du 8 novembre déferlent à l’écran, le cinéaste interroge « Comment diable en sommes-nous arrivés là !  ». Son film porte sur les conditions qui ont mené à cette victoire, en tirant autant et plus sur les démocrates que les républicains. Moore ne se gêne pas pour critiquer l’apathie libérale et la dérive à droite de l’intelligentsia du parti démocrate, de Bill Clinton à Barack Obama.

Moore est particulièrement habile dans sa volonté de sonner
l’alarme de l’autocratie trumpienne, en comparant le discours nazi
à celui du Président et en exposant ses stratégies de communication.

Il critique amèrement le soutien d’Obama à Rick Snyder, le gouverneur républicain du Michigan, lors du scandale de l’eau potable à Flint, ville natale de Moore. Dix mille enfants y avaient été empoisonnés au plomb à cause des manœuvres capitalistes de Snyder, qui alla jusqu’à demander de faire falsifier les tests, tout en permettant à GM de bénéficier d’eau propre parce que l’eau contaminée corrodait les carrosseries de leurs voitures fabriquées à Flint. Et le Michigan démocrate vota pour Trump…

Moore est particulièrement habile dans sa volonté de sonner l’alarme de l’autocratie trumpienne, en comparant le discours nazi à celui du Président et en exposant ses stratégies de communication. En même temps, son film est enlevant alors qu’il célèbre la force des mouvements populaires, en donnant pour exemple les jeunes activistes de Parkland militant pour le contrôle des armes à feu et la grève des enseignants à West Virginia, qui obtinrent gain de cause à force d’acharnement et entraînèrent tout le pays. Fahrenheit 11/9 demeure cependant un signal d’urgence, tel un numéro 911 pour l’Amérique : « Dépêchez-vous, la tyrannie est à vos portes et vous menace ! Agissez ! »

Sortie
Vendredi 21 septembre 2018

V.o.
anglais; s.-t.f.
Fahrenheit 11/9

Réal.
Michael Moore

Genre
Documentaire

Origine
États-Unis

Année : 2018 – Durée : 2 h

Dist.
TVA Films.

Horaires & info. @
Cinéma du Parc
Cineplex

Classement
Tous publics

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon.
★★ Moyen. Mauvais. 0 Nul
½ [Entre-deux-cotes]

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.