En salle à Montréal

Loving Vincent

26 octobre 2017

| PRIMEURS |
Semaine du 27 octobre au 2 novembre 2017

RÉSUMÉ SUCCINCT
Le frère de Vincent van Gogh reçoit une lettre d’Armand Roulin indiquant que le peintre s’est suicidé. Un concours de circonstance pousse Armand à mener une enquête qui lui permet de mieux connaître l’artiste.

CRITIQUE
ÉLIE CASTIEL

★★★★

ENQUÊTE SUR UN ARTISTE
AU-DESSUS DE TOUT SOUPÇON

C’est le genre de film d’animation qu’on voudrait voir plus souvent, contrairement aux produits animés hollywoodiens où les animaux se mettent à parler, et qui ne font qu’infantiliser une société qui l’est déjà. Des œuvres comme La tortue rouge et ceux des studios Ghibli du Japon sont des exemples récents, auxquels s’ajoute le magnifique et touchant Loving Vincent. Le récit d’une enquête, tel un thriller, qui s’étale sur un immense canevas et tourné en rotoscopie et en peintures, travail, comme l’indique le générique, d’une centaine d’artistes d’Europe, s’étalant sur plus de cinq ans.

Loving Vincent

La fiction est au service de la vie d’un artiste qui a pourtant commencé à peindre à un âge avancé. Existence difficile puisqu’elle est confrontée aux caprices et à l’incompréhension des gens ordinaires, a ses propres fantasmes, souvent propres à ceux de sa profession et à une multitude d’enjeux psychologiques.

Car sans véritablement l’illuster, il faut pour cela lire entre les lignes, Loving Vincent est aussi un regard sur la solitude des artistes, sur ce qu’ils doivent traverser pour accomplir des œuvres uniques, originales, qui traversent le temps et le rendent plus harmonieux. Le film est ultimement le travail réciproque de deux réalisateurs fort épris du personnage. Comme s’ils avaient inventé cette histoire de toutes pièces, quels que soient les résultats.

On sort de la projection émus, emballés,
tout à fait  convaincus que l’art peut, dans|
un sens, changer le cours de l’existence.

Les évènemens décrits se sont-ils vraiment passé tels quels ? Cette enquête sur un étranger au-dessus de tout soupçon (pour ne pas paraphraser le film d’Elio Petri) se transforme en un tour de force visuellement imposant, donnant au film d’animation la place qu’il mérite, alors qu’il s’agit d’un genre difficile à maîtriser. À l’intérieur de ces personnages confectionnés à base de peinture à l’huile, se dresse un toile gigantesque dont chaque séquence représente un détail. Cette mise en scène multiforme dote le film d’un pouvoir magnétique, avec comme résultat, une meilleur connaissance de l’artiste, nonobstant si les actions montrées sont inventées ou pas.

Entre Théo, le frère, et Vincent, le peintre néerlandais, une étrange filiation qui les conduit jusqu’à la mort, le premier peu de temps après le supposé suicide du second. Cette fin de vie devient la véritable thèse du film : une interrogation sur l’art et ses rapports avec la vie. On sort de la projection émus, emballés, tout à fait  convaincus que l’art peut, dans un sens, changer le cours de l’existence.

Sortie :  vendredi 27 octobre 2017
V.o. :  anglais ; s.-t.f. / Version française
La passion Van Gogh / Twój Vincent

Genre :  Animation – Origine :  Grande-Bretagne / Pologne –  Année :  2017 – Durée :  1 h 34  – Réal. : Hugh Welchman, Dorota Kobiela – Voix : Hugh Welchman, Saoirse Ronan, Chris O’Dowd, Jerome Flynn, Robert Gulaczyj –  Dist. :  Métropole Films.

Horaires
@ Cinéma BeaubienCinéma du ParcCineplex

Classement
Tout public

MISE AUX POINTS
★★★★★  Exceptionnel★★★★  Très Bon★★★  Bon★★  Moyen★  Mauvais½  [Entre-deux-cotes]  –  LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

Séquences_Web

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.