En salle à Montréal

Human Flow

26 octobre 2017

| PRIMEURS |
Semaine du 27 octobre au 2 novembre 2017

RÉSUMÉ SUCCINCT
Depuis la Seconde Guerre mondiale, plus de 65 millions de personnes dans le monde ont été obligés de quitter leur pays à cause de la guerre, la famine et, entre autres, les changements climatiques. Ai Weiwi se penche sur cette situation qui ne fait qu’empirer.

CRITIQUE
ÉLIE CASTIEL

★★★ ½

MARÉES-MÉDITERRANÉE

Personnage politico-culturel, dissident dans son pays (la Chine), devenu métèque par la force des choses, Ai Weiwei jette cette fois-ci l’objectif de la caméra sur les migrants. Divers pays vulnérables du monde sont évoqués, mais seules sont entendues les voix de tous ces exilés de la terre. Un très court passage dans les territoires « occupés » en Palestine cède la place aux réfugiés Syriens, Afghans et autres mutilés du monde. Ils ont la parole ; les « accueillants » de ces marées humaines sont montrés comme des mal informés, dépassés par les évènements, pris soudain dans un nouveau mouvement social auquel ils n’ont pas été habitués. L’Occident ne sera plus le même. Les règles ont changé.

Soulignons la rigueur d’une mise en scène au
diapason des créations visuelles de l’artiste.
Le plan est ici l’occasion de cadrer les
silences, d’opter pour le non-dit, de poser
le verbe seulement quand il le faut.

La bleue Méditerranée des dieux antiques est devenue un passage entre deux continents, celui d’une Afrique invivable où l’aide monétaire massive de l’étranger ne dépasse pas la poche des dirigeants et une civilisation occidentale prise dans un engrenage sans précédent qui doit aussi composer avec les élans xénonophes de ses habitants et les nouveaux arrivants.

Weiwei se fait l’avocat de opprimés et sa présence dans le film est un moyen de défendre leur cause. L’Italie, la Grèce, la République macédonienne, la Turquie, des pays hôtes devenus des cibles pour un monde dit « civilisé » qui, dans un sens, n’a rien à en tirer de ces oubliés.

Human Flow

Mais la question démographique selon laquelle le monde a déjà dépassé de loin la capacité totale de ses habitants n’est jamais posée. Interrogation taboue qui pourrait défier une des lois fondamentales de la société : la procréation. C’est dans cette optique inquiétante que le film de Weiwei, disons même tous les documentaires sur la question, se basent. La réponse n’existe pas. Mais aujourd’hui, le monde n’a jamais été aussi divisé. On constatera l’absence de voix des grands dirigeants du monde. Weiwei cite au contraire des extraits d’œuvres d’auteurs orientaux, s’attachant à leur philosophie sur la vie.

La civilisation mondiale s’écroule. La thèse de Weiwei
n’a jamais été aussi claire. Quant à la Méditerranée,
elle n’a jamais été aussi multiplement partagée.

D’autre part, soulignons la rigueur d’une mise en scène au diapason des créations visuelles de l’artiste. Le plan est ici l’occasion de cadrer les silences, d’opter pour le non-dit, de poser le verbe seulement quand il le faut. Et soudain, ces visages de l’ordinaire, ces plongées de la caméra sur des contrées dévastées où des humains tentent de sauver leur peau, tous ces territoires deviennent pour nous des prisons à ciel ouvert où il ne fait pas bon vivre.

La civilisation mondiale s’écroule. La thèse de Weiwei n’a jamais été aussi claire. Quant à la Méditerranée, elle n’a jamais été aussi multiplement partagée.

Sortie :  vendredi 27 octobre 2017
V.o. :  multilingue ; s.-t.a.
Human Flow

Genre :  Documentaire – Origine :  États-Unis / Allemagne –  Année :  2017 – Durée :  2 h 21  – Réal. : Ai Weiwei – Dist. :  Entract Films.

Horaires
@  Cineplex

Classement
Tout public

MISE AUX POINTS
★★★★★  Exceptionnel★★★★  Très Bon★★★  Bon★★  Moyen★  Mauvais½  [Entre-deux-cotes]  –  LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

Séquences_Web

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.