En salle à Montréal

Paris pieds nus

6 juillet 2017

RÉSUMÉ SUCCINCT
Venue à Paris pour rencontrer sa tante, installée depuis plusieurs décennies, la Canadienne Fiona rencontre Dom, un itinérant, avec qui elle vit des situations aussi rocambolesques que surréalistes.

CRITIQUE
Texte : Charles-Henri Ramond

★★★

ROMANCE DES TEMPS RÉVOLUS

Certains types de films se font rares. Aussi rares que ceux du duo Fiona Gordon et Dominique Abel, auteurs et réalisateurs infatigables de bonheur qui, depuis L’Iceberg (2005), ne cessent d’envelopper nos écrans dans une magie absurde composée d’histoires improbables, de gags clownesques et de chorégraphies débonnaires, sensuelles et cosmiques. Bienvenue dans l’art naïf et iconoclaste d’Abel et Gordon, dignes héritiers de Chaplin, Keaton, Tati ou encore Kaurismaki. À l’instar de leurs maîtres, ils excellent dans le mélange des genres, enveloppent leurs univers de mille couleurs et abusent du loufoque sans pour autant oublier la profondeur du propos. Car si leurs récits en forme de point d’interrogation peuvent paraître légers et absurdes ils n’oublient pas de remettre en question une contemporanéité qu’ils semblent bel et bien avoir définitivement renié.

Une vision décalée du couple dont la pureté
et le romantisme possèdent un charme fou.

Paris pieds nu_Crtique

Imperméable aux diktats de la mode, oublieux des techniques modernes, Paris pieds nus nous offre une agréable alternative à la production commerciale habituelle, résistant en particulier aux standards établis de la comédie française. Cependant, malgré toutes ses bonnes intentions et en dépit d’une prémisse prometteuse, marquée par l’un des gags les plus drôles du cinéma hexagonal récent, le film laisse un goût d’inachevé. Le récit est trop ténu pour soutenir la durée d’un long métrage et la mise en scène peine à tirer le plein potentiel d’un récit pourtant rempli de trouvailles. En dépit de ses faiblesses évidentes, Paris pieds nus nous offre malgré tout un plaisir sans prétention duquel trois ou quatre moments hilarants se démarquent, ainsi qu’une vision décalée du couple dont la pureté et le romantisme possèdent un charme fou.

Autre texte
du même auteur

Séquences
Nº 310 (Septembre-Octobre 2017)
En kiosque : Septembre 2017

Sortie :  vendredi 7 juillet 2017
V.o. :  anglais, français / s.-t.f.

Lost in Paris

Genre : Comédie  – Origine : France / Belgique –  Année :  2016 – Durée :  1 h 23 – Réal. :  Fiona Gordon, Dominique Abel – Int. : Fional Gordon, Dominique Abel, Emmanuelle Riva, Pierre Richard, David Palatino, Frédéric Meert  – Dist. :  MK2 | Mile End.

Horaires
@
 
  Cinéma Beaubien Cinémathèque québécoise

Classement
Tout public

MISE AUX POINTS
★★★★★  Exceptionnel★★★★  Très Bon★★★  Bon★★  Moyen★  Mauvais½  [Entre-deux-cotes]  –  LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

Séquences_Web

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.