En couverture

Hong Sang-soo

12 mai 2017

EXTRAIT /
ENTREVUE

Questions, transcription et
traduction de l’anglais
Anne-Christine Loranger

UNE CIGARETTE AVEC HONG SANG-SOO

Hong Sang-soo, je fume une cigarette par année et j’ai décidé de la fumer avec vous.
Oh ! C’est bien ! Comme ça, ce sera quelque chose de spécial.

Avant cela, je dois prendre une minute pour réorganiser mon matériel, je suis désolée.
Faites, je vous en prie. Vous êtes Canadienne mais vous demeurez ici, à ce que j’ai compris ? Qu’est-ce qui vous a amenée à Berlin ?

L’amour.
Ah ! L’amour… Votre ami est Allemand ?

Hong Sang-soo

C’est maintenant mon mari. Cela fait un bout de temps que nous sommes ensemble. Bon ! Le matériel est prêt ! Allons-y, c’est parti… Quand j’ai une idée forte pour un roman, un article ou un essai, en général elle arrive pleinement constituée avec une précision de laser. Je n’ai qu’à la suivre. Vous fonctionnez différemment. Pouvez-vous expliquer comment ?
Ce n’est pas si fort. D’une certaine façon, je reconnais la bonne chose quand elle arrive. C’est silencieux, en fait. On voit comme des petites lumières et c’est… mignon. Et on sait alors presque instantanément qu’on a trouvé quelque chose. Après cela, je sais généralement que c’est l’idée dont j’ai besoin pour le film ou pour le dialogue, un arrangement de scènes, comment je progresse de ceci vers cela. Ce sont de petits trucs, la lumière par exemple. Je sais instantanément si c’est la bonne chose ou la mauvaise.

Quel sentiment avez-vous quand c’est la bonne chose ?
Cela remplit tous les critères.

Lesquels ?
Cela dépend. S’il y a un problème avec le dialogue et que tout à coup, ça devient juste, j’ai le sentiment d’une vérité. Cela satisfait tous les critères de ce que je sentais pour cette scène, pour ce personnage. Vous devez le sentir dans votre coeur. La bonne réplique survient et immédiatement vous le sentez. Parfois je ne connais pas tous les critères parce qu’il y en a trop ou parce qu’ils sont trop vagues mais vous écrivez la scène d’une telle manière parce que vous avez l’intuition que c’est juste. Et plus tard, vous réalisez que c’était la bonne chose à faire. Chaque fois que je trouve quelque chose de cette façon, je me sens chanceux… Et je prie pour que la chance se poursuive (rires).

( … )

Entrevue intégrale
Séquences

Nº 308 (Mai-Juin 2017)
Pp. 6-9
En kiosque

Séquences_Web

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.