En salle

David Lynch: The Art of Life

20 avril 2017

RÉSUMÉ SUCCINCT
Un voyage intime dans l’art créatif de David Lynch, cinéaste de génie.

CRITIQUE
★★★★
Texte : Élie Castiel

CONFESSIONS D’UN
CINÉASTE DU SIÈCLE

Plus que pour les inconditionnels de David Lynch, le film du trio Jon Nguyen, Rick Barnes et Olivia Neergaard-Holm est l’histoire d’une genèse, le récit d’une formation, l’appétit d’un jeune homme du siècle pour le cinéma. Enfance relativement heureuse loin de la grande ville, parents miraculeusement normaux, physique standard, bref, le genre qu’on apelle communément the-guy-next-door. Et pourtant, un imagination fertile, un style qu’il s’invente depuis ses jeunes années pour tout ce qui est difforme, comme un enfant qui n’arrivait pas à peindre un premier travail de cours de dessin et se réfugiait dans le sordide, non pas par provocation, mais pour s’assumer.

Une candide naïveté dans le propos, dans l’irrégularité des lignes ; avec le temps, une déclaration sociale ou politique. Et des amis, peu par contre, auxquels ils se lient au collège. École d’art, rencontre avec une jeune femme de son temps et qui le comprend, la naissance d’un enfant. Une vie de famille rangée, mais qui ne l’est pas. Et il arrive à concilier les deux. C’est ce qui fait l’originalité des grands artistes.

Dans tout acte cinématographique, l’imagination
est essentielle, la démocratie est une contrainte, la liberté
doit s’assumer, et toute initiative de transgression se doit
nécessaire et mesurée ; en fin de compte, les images en
mouvement ne sont en fait que le cœur et le cerveau
de cette immense et parfaite aventure du regard.

David Lynch. The Art of Living

Et une caméra de Jason S. qui respire la sérénité, même si elle se lance partout. Un montage adroit de Neergaard-Holm, coréalisatrice, qui, justement grâce à son maniement intentionnellement bordélique, s’harmonise avec les peintures abstraites et macabres d’un David Lynch devenu artiste multimédia, concret, maniant le travail manuel comme outil de création. Son espace de création : un véritable laboratoire expérimental d’où jaillissent des œuvres dont certaines ne verrons jamais le jour.

Mais aussi, on soulignera l’absence des réalisateurs dans ce processus de captation, honnêtes, respectueux envers le personnage filmé ; David Lynch, présent dans presque tous les plans. Voix off en général, pour se raconter dans une voix monocorde non pour la moins articulée, comme s’il récitait le poème d’une partie de sa vie. Rarissimement, on le voit parler. Pour nous, comme un rêve qui se réalise. Moments prenants dans un film qui en fin de compte se dirigent ultimement et comme s’il s’agissait d’une prophécie venant des cieux vers un premier long métrage culte, Eraserhead, dont on voit de très courts moments de tournage. Et puis rien, laissant le spectateur naviguer dans son for intérieur et revoir dans sa propre tête ce que le grand Lynch nous a donné depuis.

Pour lui-même, pour l’amour du cinéma et pour prouver que dans tout acte cinématographique, l’imagination est essentielle, la démocratie est une contrainte, la liberté doit s’assumer, et toute initiative de transgression se doit nécessaire et mesurée ; en fin de compte,  les images en mouvement ne sont en fait que le cœur et le cerveau de cette immense et parfaite aventure du regard. Les trois documentaristes ont ainsi atteint leur but : la boucle est ainsi bouclée dans ce document exceptionnel et nettement inusité.

Sortie :  vendredi 21 avril 2017
V.o. :  anglais
Sous-titres : français
David Lynch : La vie artistique

Genre :  Documentaire  – Origine : États-Unis –  Année :  2016 – Durée :  1 h 30  – Réal. : Jon Nguyen, Rick Barnes, Olivia Neergard-Holm – Dist. :  TVA Films.

Horaires
@
  Cinéma du Parc

Classement
Tout public

MISE AUX POINTS
★★★★★  Exceptionnel★★★★  Très Bon★★★  Bon★★  Moyen★  Mauvais½  [Entre-deux-cotes]  –  LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

Séquences_Web

2021 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.