En salle

Louise en hiver

2 février 2017

RÉSUMÉ SUCCINCT
En séjour saisonnier à sa résidence secondaire de Biligen-sur-Mer, Louise rate le dernier train pour retourner en ville. Restée seule dans la station balnéaire désertée au départ des vacanciers, la retraitée nostalgique observe les changements de la nature et décide de vivre en autosuffisance jusqu’au retour des estivants au printemps prochain.

EN QUELQUES MOTS
★★★ ½
Texte :  Charles-Henri Ramond

Le charme suranné des aquarelles de Jean-François Laguionie répond merveilleusement au dépouillement du récit de ce Louise en hiver, chronique douce-amère sur la solitude et le temps qui file, plongée dans l’automne miraculeux des souvenirs d’une vie qui s’achève. La plage déserte, la cabane délabrée, les falaises abruptes, et même une décharge publique recelant mille mémoires, deviennent autant de lieux métaphoriques traversés par la féérie du dessinateur et procurent l’occasion rêvée pour faire des retours en arrière sur une enfance troublée, d’évocations irréelles sur les mystères de l’amour et des rappels à l’acceptation de l’autre.

Pour les plus grands spectateurs, voilà donc un poème
visuel chaleureux s’offrant comme une probante alternative
au cinéma d’animation américain qui inonde nos écrans.

Délicatement esquissés par la tendresse du pinceau de Laguionie, les différents tableaux proposent de subtiles variations de styles, allant du rythme baroque du bal des années trente à l’univers éthéré des rencontres avec un jeune tourtereau, en passant par les fantasmagoriques moments de dialogue avec l’aviateur anglais pendu à son arbre depuis des lustres. Resserré dans le temps, laissant les silences faire leur œuvre, le film déploie une riche palette émotionnelle, qui se décline aussi bien en gris sombre pour signifier le drame d’une vie qui se termine qu’en jaune éclatant pour illuminer la fantaisie et la beauté du monde. Pour les plus grands spectateurs, voilà donc un poème visuel chaleureux s’offrant comme une probante alternative au cinéma d’animation américain qui inonde nos écrans.

Louise en hiver

Sortie :  vendredi 3 août 2017
V.o. :  français

Genre :  ANIMATION – Origine : France / Canada [Québec]  – Année :  2016 – Durée :  1 h 26 – Réal. : Jean-François Laguionie – Voix : Dominique Frot, Diane Dassigny, Antony Hickling, Jean-François Laguionie  – Dist./Contact :  Axia.
Horaires :  @  Cinéma Beaubien Cinémathèque québécoise

CLASSEMENT
Tout public
(Déconseillé aux jeunes enfants)

MISE AUX POINTS
★★★★★  Exceptionnel★★★★  Très Bon★★★  Bon★★  Moyen★  Mauvais½  [Entre-deux-cotes]  –  LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

sequences_web

2020 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.