En salle

Sieranevada

12 janvier 2017

RÉSUMÉ SUCCINCT
Pour commémorer la mort de son père décédé il y a quarante jours, Lary est convié avec sa conjointe à une veillée funèbre traditionnelle à la maison de sa mère à Bucarest.  En attendant la venue du prêtre pour entamer le repas, de vieilles rengaines font éclater un conflit, et la réunion familiale devient le théâtre d’antagonismes politiques et de règlements de comptes.

LE FILM DE LA SEMAINE
CRITIQUE
★★★★ ½
Texte : Élie Castiel

CAR AINSI VA LA VIE

Quelque chose de profondément suggestif s’anime dans Sieranevada, le tout dernier film de Cristi Puiu, dont on se souviendra, en 2005, du lucidement abouti  et ingénieux La mort de Dante Lazarescu (Moartea domnului Lãzãrescu), confirmant l’originalité d’un cineaste marqué du sceau d’un rapport moralement exigeant au cinéma et à l’écriture.

Déjà, avec un titre mal épelé (le « r » de plus manquant), le cinéaste roumain se permet de désorienter le spectateur en lui sommant de trouver lui-même sa propre interprétation : une société handicapée par une absence de repères? Situer l’individu dans la tourmente sociale d’aujourd’hui?  Incitation à la rebellion? Aucune leçon prise des erreurs du passé? Autant de possibilités que le cinéaste explore par métaphores, préférant rendre ce drame familial intense, surexcité, exposant des personnages aussi divers et complexes que le pays dont il est question,une Roumanie nouvelle, où l’urbanité sclérosée se conjugue paradoxalement avec le sens de survie des êtres.

La famille n’est plus une institution, mais un parti politique intime
où tous les obstacles finissent par se briser. Sieranevada,
une des plus belles propositions des quelques dernières années.

Sieranevada_Add

Sans souligner ce huis clos familial dont le rituel n’est en fin de compte que l’occasion de se prêter à un règlement de comptes magistral où le verbe et la répartie ont rarement atteint un tel niveau d’intelligence. Point de réthorique, mais un lien direct avec les mots simples de tous les jours; même lorsqu’on parle de politique. Comme c’est le cas dans toutes les familles normalement constituées.

Les préparatifs de ce rituel socio-religieux sont montrés avec une justesse de ton qui n’a rien à se reprocher. Cela ressemble à une pièce de théatre chorégraphiée, complice de la vie, de la gestuelle du quotidien qui, comme par un tour de magie inespérée, devient cinématographique. Les invités, famille et amis confondus, parlent, discutent, se disputent, respirent la vie et ne sentent pas l’exiguïté de l’appartment, image politique confirmant que malgré une certaine liberté acquise, l’économie n’a pas vraiment changer en Roumanie.

« Meilleur film / Gold HugoMeilleur réalisateur / Silver Hugo »
Chicago International Film Festival 2016

Le père est mort et selon la tradition, un des fils portera son meilleur habit. En attendant, l’âme du défunt restera présente, sans que personne ne fasse vraiment attention. Cette sensation de bien-être, Puiu la communiqué par le biais de l’atmosphère ambiante, surmenée, attachante, d’une chaleur humaine qui ressemble à une reconciliation avec l’existence.

Car Sieranevada est aussi un lieu géographique inventé à l’intérieur duquel les membres d’une famille prennent leur temps avant de libérer « leur mort ». Mais c’est aussi un film farouchement roumain, ne reculant devant rien pour remettre en question son identité, rappelant au monde extérieur qu’à travers les diverses périodes politiques de l’après-guerre qui se sont succédées, le peuple roumain demeure animé par une envie insatiable de survivre. La famille n’est plus une institution, mais un parti politique intime où tous les obstacles finissent par se briser. Sieranevada, une des plus belles propositions des quelques dernières années.

Sieranevada_En salle

Autre texte critique
Séquences
Nº 305 (Novembre-Décembre 2016)

Page 27
En kiosque

Sortie :  vendredi 13 janvier 2017
V.o. :  roumain / s.-t.a. ; s.-t.f.
Sieranevada

Genre :  DRAME FAMILIAL  – Origine : Roumanie / France / Bosnie-Herzégovine / Croatie / République de Macédoine  –  Année :  2016 – Durée :  2 h 53  – Réal. :  Cristi Puiu – Int. : Mimi Banescu, Judith State, Bogdan Dumitrache, Dana Dogaru, Sorin Medelini, Ana Ciontea – Dist./Contact :  A-Z Films.
Horaires : @  Cinéma BeaubienCineplex

CLASSEMENT
Tout public

MISE AUX POINTS
★★★★★  Exceptionnel★★★★  Très Bon★★★  Bon★★  Moyen★  Mauvais½  [Entre-deux-cotes]  –  LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

sequences_web

2020 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.