En salle à Montréal

À la vie

19 mai 2016

RÉSUMÉ SUCCINCT
En 1962, au bord de la mer à Berck-Plage, Hélène retrouve Lili qu’elle n’avait pas revue depuis la fin de la guerre. Alors qu’elle accueille Lili à sa descente de l’autobus, Hélène s’aperçoit qu’elle est accompagnée de Rose, leur amie qu’elle croyait morte au camp. Au cours des jours, les retrouvailles entre les trois femmes vont laisser cours à des souvenirs bouleversants, mais aussi à des moments heureux.

À la vie

CRITIQUE
★★★
Texte : Élie Castiel

LE’HAÏM !

Le prologue annonce un autre film sur l’Holocauste alors que quelques minutes plus tard, le récit s’installe dans l’après-guerre et le retour des survivants. Elles sont trois, Hélène (Julie Depardieu), Lili (Johanna ter Steege) et Rose (Suzanne Clément). Elles ne s’étaient pas revues depuis leur séparation lors des purges allemandes antisémites.

Et c’est à partir de là que le film de Jean-Jacques Zilbermann prend son véritable envol. Des retrouvailles après quinze ans puisque chacune d’elle s’est installée dans un pays différent. Sur une plage du Nord de la France, elles tentent de rebâtir des liens dénoués par le destin. Rires, pleurs, moments d’humour, nouvelle fureur de vivre, envie de recommencer, se résigner à l’impact du souvenir de cette partie de leur jeunesse gâchée. Et pour Zilbermann, dont on se souviendra de son courageux L’homme est une femme comme les autres, l’occasion de simplifier la mise en scène, l’aérer du même vent que traverse cette plage des années 60 où l’insouciance balaie la mémoire d’une page de l’Histoire qu’on tient à oublier.

L’émotion traverse l’écran, mais le fait avec une délicatesse
inouïe. Et un pétillant décor sixties typiquement français
où on entonne du twist « Richard Anthony », où les couleurs
pastel autoproclament leur indépendance et leur état d’esprit…

Hommage à la femme, marque de respect envers la mère (l’une des trois femmes est la mère du réalisateur), prendre le risque d’une mise en scène qui ne cherche pas à épater par des trouvailles narratives ou des effets de style grandiloquents. C’est aussi cela À la vie. L’émotion traverse l’écran, mais le fait avec une délicatesse inouïe. Et un pétillant décor sixties typiquement français où on entonne du twist « Richard Anthony », où les couleurs pastel autoproclament leur indépendance et leur état d’esprit, et où l’individu est prêt à trinquer de nouveau à la vie. Elles sont juives, on l’aura compris, d’où le titre de ce texte en hébreu pour un film où le vif sentiment se manifeste par petites notes aussi harmonieuses que bienveillantes.

Et pour les trois comédiennes, un lien complice confirmé par des interprétations aussi limpides que soutenues.

Sortie : vendredi 20 mai 2016
V.o. : français / S.-t.a.
To Life

Genre :  COMÉDIE DRAMATIQUE – Origine :  France  –  Année :  2013 – Durée :  1 h 44 – Réal. : Jean-Jacques Zilbermann – Int. : Julie Depardieu, Johanna ter Steeger, Suzanne Clément, Hippolyte Girardot, Mataia Mlekuz  –  Dist. / Contact : Unobstructed View Inc.
Horaires :  @  Beaubien / Cineplex

CLASSEMENT
Tout public

MISE AUX POINTS
★★★★★  Exceptionnel★★★★  Très Bon★★★  Bon★★  Moyen★  Mauvais½  [Entre-deux-cotes]  –  LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

Séquences_Web

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.