En salle à Montréal

Miles Ahead

15 avril 2016

RÉSUMÉ SUCCINCT
À la suite du vol d’un de ses enregistrements, le célèbre Miles Davis prend une pause dans sa carrière.

LE FILM DE LA SEMAINE
Prix « Directors to Watch / Cinéastes à surveiller »

Palm Springs International Film Festival 2016

Miles Ahead_En salle

CRITIQUE
★★★★
Texte : Élie Castiel

LE MYTHE RÉINVENTÉ

Le premier long métrage du talentueux comédien Don Cheadle, suite à la signature de trois épisodes de téléséries, confirme l’originalité de la mise en scène, totale, tourmentée, volontairement dispersée, nerveuse, reniant totalement la linéarité du récit comme s’il s’agissait d’un acte de soumission face à l’industrie, préférant se doter d’une liberté d’action et de mouvement au profit de la créativité.

Et pourtant, il se dégage de Miles Ahead, titre on ne peut plus significatif (À des miles de Davis ou encore Loin de Davis) un romantisme suranné qui, par le biais de trouvailles techniques inusitées, dont certaines par contre prises d’ailleurs, soumettent le spectateur à une véritable traversée du désert cinématographiques où se dressent régulièrement des oasis d’inventions. Cheadle n’a pas froid au yeux ; il bouscule les conventions, savoure ces moments de pur cinéma, insiste pour déconstruire la légende, refaire le mythe. Et il n’hésite pas à se donner le rôle principal d’où on s’aperçoit dès le début qu’il va constamment illuminer l’écran. Il se l’approprie et se confond en lui, et de là jaillit un sain équilibre entre la réalité et la fiction.

Car Miles Ahead est aussi un film sur la notion de fiction, sur ce qu’on peut se permettre d’inventer, quitte à déformer la réalité. Le film montre jusqu’à quel point, avec le passage du temps, le passé n’est plus la même. Il se métamorphose, ne laissant que de vagues indices sur son passage.

… c’est la forme que privilégie Cheadle, puisant
ses sources dans les vieux classiques américains,
leur rendant un hommage sincère et privilégié, faisant
de son premier film une œuvre incandescente qui
confirme déjà la naissance d’un nouveau réalisateur…

Dire que tout le récit est inventé serait un pari perdu puisqu’à partir de quelques événements de la vie de Miles Davis, le cinéaste construit une fiction de toute pièce, inventant même un autre personnage saisissant dans son mélange de candeur et de cupidité, mais n’ayant pas existé, celui de Dave Brill, sorte de mélange de plusieurs  journalistes ayant tourné autour de Davis. Dans ce rôle, Ewan McGregor brille tout simplement. Et puis, un épisode où tout semble vrai : sa relation houleuse avec sa femme, Frances Taylor (excellente Emayatzi Corinealdi), sorte de muse qu’il ne parvient tout de même pas à totalement posséder.

Si le récit a lieu particulièrement en 1979, les décennies antérieures se juxtaposent aux Seventies, formant un kaléidoscope surréaliste qui loin de désorienter, séduit le spectateur au plus haut point, le sommant de respecter l’acte de création.

Car c’est la forme que privilégie Cheadle, puisant ses sources dans les vieux classiques américains, leur rendant un hommage sincère et privilégié, faisant de son premier film une œuvre incandescente qui confirme déjà la naissance d’un nouveau réalisateur, sans laisser pour autant tomber son métier de comédien. Du moins, nous l’espérons.

Sortie : vendredi 15 avril 2016
V.o. : anglais

Genre :  DRAME BIOGRAPHIQUE – Origine :  États-Unis  –  Année :  2015 – Durée :  1 h 41  – Réal. : Don Cheadle – Int. : Don Cheadle, Ewan McGregor, Emayatzu Corinealdi, Lakeith Lee Stanfield, Michael Stuhlbarg, Christina Karis –  Dist. / Contact : Métropole.
Horaires :  @  Cineplex

CLASSEMENT
Interdit aux moins de 13 ans

MISE AUX POINTS
★★★★★  Exceptionnel★★★★  Très Bon★★★  Bon★★  Moyen★  Mauvais½  [Entre-deux-cotes]  –  LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

Séquences_Web

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.