En salle

Un homme idéal

23 juillet 2015

RÉSUMÉ SUCCINCT
Mathieu Vasseur, qui gagne sa vie comme déménageur, aspire à devenir écrivain, mais se heurte au refus de maisons d’édition de publier ses manuscrits. Appelé à vider l’appartement d’un vieil homme décédé, il met la main sur le journal de guerre du défunt, qui a servi en Algérie.

Un homme idéal

L’INSOUTENABLE DUALITÉ DE L’ÊTRE

Élie Castiel
CRITIQUE
★★★

Réalisateur de deux courts métrages et d’un premier long, Captifs (2010), présenté à Fantasia, Yann Goslan se joint à Guillaume Lemans et Grégoire Vigneron pour concocter un récit hitchcockien qui réussit à captiver malgré des situations parfois invraisemblables. Dans son ensemble, la prémisse tient pourtant debout tant l’angoisse du personnage principal à devenir écrivain dépasse les lois de l’entendement. Sur ce point, le réalisateur se soumet volontairement aux codes de l’incohérence pour laisser le spectateur angoissé devant la tournure des événements.

Film sur les faux-semblants, les simulacres,
sur l’accaparation des idées, sur la création
comme exercice à la fois insoutenable et
en fin de compte valorisant, Un homme idéal
suggère un titre qui, derrière le qualificatif
positif, cache un vocable qui résiste à la morale
et aux valeurs intègres de l’individu.

Pierre Niney, après son rôle éclatant dans Saint Laurent, trouve ici l’occasion de déployer divers registres d’interprétations. L’ironie dans tout cela, c’est de constater qu’il ne semble pas réaliser le simulacre qu’il a créé. Si dans le film de Bonello, Niney pratique un jeu impeccable, dans Un homme idéal il s’en sort tout de même assez bien avec ce mélange de candeur inquiétante et de cynisme constant, non assumé. On pourrait se poser bien des questions sur la présence de certains personnages, comme celui de l’ami de la famille (Thibault Vinçon, d’un sarcasme jouissivement insupportable), mais sans qui l’intrigue ne pourrait pas évoluer.

Film sur les faux-semblants, les simulacres, sur l’accaparation des idées, sur la création comme exercice à la fois insoutenable et en fin de compte valorisant, Un homme idéal suggère un titre qui, derrière le qualificatif positif, cache un vocable qui résiste à la morale et aux valeurs intègres de l’individu.

La fin, dont on ne dévoilera pas les détails, montre jusqu’à quel point l’ironie du sort peut avoir des conséquences non seulement brutales, mais tragiques, laissant « la vraie victime » dans l’anonymat d’un terrain vague, une sorte de no man’s land évanescent. Sur ce point, la dernière image est d’une puissance dramatique dans sa signification indicible. Il s’agit bien d’un film visuellement soigné, soutenu par un récit palpitant.

 revuesequences.org

Sortie : Vendredi 24 juillet 2015
V.o. : français
S.-t.a. > A Perfect Man

Genre : Suspense – Origine : France – Année : 2015 – Durée : 1 h 37 – Réal. : Yann Gozlan – Int. : Pierre Niney, Ana Girardot, André Marcon, Thibault Vinçon, Valeria Cavalli, Marc Barbé – Dist. / Contact : A-Z Films.
Horaires : @ Beaubien Cineplex

CLASSIFICATION
Interdit aux moins de 13 ans

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon. ★★ Moyen. Mauvais. ½ [ Entre-deux-cotes ] – LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

2021 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.