En salle à Montréal

Kurt Cobain: Montage of Heck

7 mai 2015

RÉSUMÉ SUCCINCT
Documentaire sur le chanteur-culte Kurt Cobain, de son enfance jusqu’au sommet de sa célébrité.

Kurt Cobain_Montage of Heck

Voyage au bout d’une nuit

Luc Chaput
CRITIQUE
★★★ ½

L’annonce début avril 1994 de la mort de Kurt Cobain fut un coup de tonnerre dans l’espace médiatique et affecta même, au moins indirectement, les personnes peu intéressées par le type de musique que proposait Nirvana. Depuis de nombreuses hypothèses sur cette mort et biographies sont sorties et même des films de fiction dont Last Daysde Gus Van Sant en 2005.

Le documentariste américain Brett Morgen a eu l’accord de la famille et des héritiers de Cobain et certains sont même producteurs exécutifs du film. On pouvait donc s’attendre à une version édulcorée de la vie de ce parolier-compositeur et interprète. Il n’en est rien tout au moins pour quelqu’un qui a n’a pas recherché de façon très poussée cette vie. Tout d’abord le sous-titre du film « Montage of Heck » fait référence à un travail de compilation fait par Cobain en 1988 et qui est utilisé de belle manière par Brett Morgen et son équipe, dont le monteur Joe Beshenkovsky.

L’ensemble orchestré par Morgen donne le tournis
et permet de côtoyer un temps une autre étoile
filante de ce merveilleux monde de la pop.

Heck étant un synonyme gentil de Hell, la référence à l’enfer perçu dans la vie de musicien est sensible tout au moins à partir du divorce des parents de cet hyperactif vivant dans une petite ville du Nord-Ouest des États-Unis.

Cobain, par ses écrits et ses paroles enregistrées, inspire aussi un dessin animé de Stefan Nadelman et Hisko Hulsing, pour illustrer certains épisodes et qui est une version plus calme et posée des dessins anguleux et rageurs qui ornent les pages de ses carnets. Des enregistrements des travaux musicaux de ses groupes de garage et de leurs premières prestations dans des bars permettent de comprendre l’ascension chaotique de cet artiste vu de manière condescendante par ses confrères pour qui son Grunge n’est que du bruit assourdissant. L’escalier en spirale vers la gloire démesurée se met en place assez rapidement. La rage de Cobain devant l’humiliation perçue ou réelle sert de moteur à ce groupe de musiciens peu préparés à une telle idolâtrie.

Des scènes étonnantes prennent place dans ce montage vivifiant d’une tournée mondiale où les pauses semblent rares. Même Courtney Love apparaît sur un meilleur jour dans la dernière partie où l’argent et la drogue trop facile mettent en péril une vie brûlée par les deux bouts. L’ensemble orchestré par Morgen donne le tournis et permet de côtoyer un temps une autre étoile filante de ce merveilleux monde de la pop.

 revuesequences.org
Sortie : Vendredi 8 mai 2015

VO : anglais
STF > Kurt Cobain: Montage of Heck

Genre : Documentaire – Origine :   États-Unis– Année : 2015 – Durée :2 h 25 – Réal. :Brett Morgen – Dist. / Contact :HBO (Cinéma du Parc).
Horaires : Cinéma du Parc

CLASSIFICATION
Non classé

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon. ★★ Moyen. Mauvais. ½ (Entre-deux-cotes) – LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.