En salle à Montréal

Le Vrai du faux

3 juillet 2014

En quelques mots

Texte : Élie Castiel
Cote : ★★ 1/2

On aurait voulu être sincèrement positif à propos du nouveau film d’Émile Gaudreault, Le Vrai du faux, pour la simple raison que ce cinéaste a toujours exprimé son franc-parler à travers ses réalisations. La preuve, nous l’avons avec Mambo italiano et De père en flic, deux comédies honnêtement réussies.

Ici, l’idée de départ est bonne, mais malheureusement déconstruite jusqu’au point où on se demande sur quel pied danser. Le cinéaste grand public qui cherche à se racheter en proposant finalement un film d’auteur est une proposition de départ intéressante si elle se déroule à travers tout le film, montrant ainsi les coups de tête, les approches à prendre, étudier le sujet, le placer en contexte d’une narration plus inventive, s’approprier le médium cinéma pour ce qu’il est, art et non seulement industrie.

Mais Gaudreault s’est laissé tenter par une autre idée, celle du stress post-traumatique vécu par un soldat ayant servi en Afghanistan de retour au pays. Sujet plus apte au drame, il est ici au service de la comédie et c’est là où certaines situations ne peuvent être prises au sérieux. Nous avons donc deux récits qui tentent de se réconcilier pour finalement aboutir à une finale, en principe, rassembleuse, mais qui s’avère plutôt nébuleuse et bâclée.

Sur ce point, Stéphane Rousseau se débrouille du mieux qu’il peut, mais ne possède pas assez de charisme cinématographique ; d’autre part, Martin Quesnel se permet de montrer ses charmes intimes qui épateront certains le temps de quelques secondes, mais oubliant toutefois de donner à son personnage le poids psychologique et tourmenté qu’il méritait.

Si le réalisateur tente de juxtaposer le drame et la comédie en essayant de les réinventer, des problèmes d’écriture et des imperfections dans le ton ne font que les éloigner l’un de l’autre. Mais il y a finalement Guylaine Tremblay qui sauve la situation de façon magique. Sincère, entière, humaine, tendre et énergique, elle livre une performance sensationnelle dans un rôle atypique qui lui va comme un gant.

Sortie : Mercredi 9 juillet 2014
V.o. : français
S.-t.a. – Real Lies

[ COMÉDIE DRAMATIQUE ]
Origine :Canada [Québec] – Année : 2014 – Durée : 1 h 40 – Réal. : Émile Gaudreault – Int. : Stéphane Rousseau, Mathieu Quesnel, Julie Le Breton, Charles-Alexandre Dubé, Guylaine Tremblay, Marie-Ève Milot – Dist. / Contact : Séville | Horaires / Versions / Classement : Beaubien Cineplex

MISE AUX POINTS
★★★★★ (Exceptionnel) ★★★★ (Très Bon) ★★★ (Bon) ★★ (Moyen) (Mauvais) 1/2 (Entre-deux-cotes) – LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

2018 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.