Articles récents

In the Pursuit of Peace

18 août 2016

RÉSUMÉ SUCCINCT
Face à la violence et aux guerres qui alimentent quotidiennement quelques régions du monde, le cinéaste Garry Beitel rencontre des gens qui partagent avec lui un monde tourné vers l’espoir.

In the Pursuit of Peace

EN QUELQUES MOTS
★★★
Texte : Charles-Henri Ramond

Dès les premières minutes, un rappel de l’évolution des opérations canadiennes sur la scène internationale donne le ton à ce documentaire d’une actualité brûlante qui affirme d’emblée son jugement critique sur la position adoptée par notre pays, accusé de délaisser les missions pacifiques pour s’engager auprès de grandes puissances dans des zones de plus en plus violentes. Le film présente le cas de quelques Canadiens déployés de par le monde dans le maintien d’une certaine harmonie aussi fragile soit-elle, entre autres par le biais de la négociation, du face à face permettant ainsi une forme plus pérenne de compréhension mutuelle. Garry Beitel (Socalled the Movie, Chez Schwartz) nous transporte dans plusieurs endroits « chauds » de la planète (Soudan du Sud, Timor Oriental, Congo RDC…) et nous fait partager le travail de longue haleine de ces citoyens plongés au cœur de tensions tribales ou régionales, dont la propagation en dehors des conflits de grande envergure a tendance à se généraliser.

Bien que In the Pursuit of Peace (À la poursuite de la paix) ne soit pas exactement un pamphlet dirigé contre les institutions internationales, Beitel remet tout de même en question la pertinence de leurs actions et relève par la même occasion plusieurs enjeux de taille, ne serait-ce qu’en soulignant ces quelques exemples de médiation qui semblent avoir démontré leur efficacité. Construit à la manière d’un reportage alternant entrevues statiques et images de terrain, ce film de l’un de nos réputés documentaristes porte donc un regard nécessaire sur l’état de notre monde, qui confirme une fois de plus la valeur inestimable du dialogue et de la réconciliation. Certes on pourrait lui reprocher d’enfoncer des portes ouvertes, notamment dans sa conclusion plus que convenue, mais force est de constater que les spectateurs les plus sceptiques trouveront là une petite lueur au bout du tunnel.

Sortie : vendredi 19 août 2016
V.o. : anglais et multilingue
Sous-titres : français
À la poursuite de la paix

Genre :  DOCUMENTAIRE – Origine : Canada [Québec]  –  Année :  2015 – Durée :  1 h 25  – Réal. :  Garry Beitel – Dist. / Contact :  L’Atelier Distribution.
Horaires : @  Cinémathèque québécoise

CLASSIFICATION
Tout public

MISE AUX POINTS
★★★★★  Exceptionnel★★★★  Très Bon★★★  Bon★★  Moyen★  Mauvais½  [Entre-deux-cotes]  –  LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

Séquences_Web

Kubo and the Two Strings

RÉSUMÉ SUCCINCT
Kubo, un garçon japonais prenant soin de sa mère malade, ne retourne pas un jour à la maison au crépuscule malgré les conseils de celle-ci.

Kubo and the Two Strings

EN QUELQUES MOTS
★★★  ½
Texte : Luc Chaput

Après avoir illustré avec vivacité quelques formes du fantastique anglo-saxon que ce soit dans Coraline, Paranorman ou Boxtrolls, Laika, la société de production de films d’animation sise dans le nord-ouest des États-Unis, nous convie à un voyage initiatique explorant les codes ancestraux de l’imbrication de l’humain et de la nature dans la culture japonaise.

Kubo, jeune virtuose du shamisen et conteur émérite dans un village retiré, voit un soir certaines de ses histoires devenir réelles. Il rencontre alors la figure tutélaire d’un samouraï, un scarabée affublé de certaines caractéristiques humaines. De plus, une rusée macaque, douée de la parole, lui sert de guide dans des affrontements avec des forces nocturnes mues par la lune.

L’animation en volume, très bien servie par la stéréoscopie, tire parti du papier (origami) et de diverses autres matières dans un alliage complexe qui rend quasi palpable les diverses contrées et plus vivants les personnages de ce périple. La fluidité de l’animation et la qualité de l’interprétation vocale permettent de passer outre à certains accrocs dans l’épopée. Des moments plus comiques permettent de respirer après des périodes de tensions qui pourraient secouer certains jeunes enfants. Travis Knight, le président de Laika, mène à bon port sa première réalisation comme Kubo qui, à l’aide de diverses cordes, renoue les fils de son histoire ancestrale.

Sortie : vendredi 19 août 2016
V.o. :  anglais
Version française
Kubo et l’épée magique

Genre : ANIMATION  – Origine :   États-Unis  – Année :  2016 – Durée :  1 h 43  – Réal. : Travis Knight – Voix (v.o.) : Ralph Fiennes, Rooney Mara, Matthew McConaughey, Charliez Theron, Art Parkinson –  Dist. / Contact :  Séville.
Horaires :  @  Cineplex

CLASSIFICATION
Tout public
(Déconseillé aux jeunes enfants)

MISE AUX POINTS
★★★★★  Exceptionnel★★★★  Très Bon★★★  Bon★★  Moyen★  Mauvais½  [Entre-deux-cotes]  –  LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

Séquences_Web

Le chant des étoiles

RÉSUMÉ SUCCINCT
Secrètes, mystérieuses, les étoiles nous précèdent et nous survivent, se faisant le lieu de naissance des histoires les plus magiques comme  les plus réelles. Gilles Beaudet, astrophysicien plein de bonhomie, leur a consacré sa vie.

SANS
COMMENTAIRES

Sortie : vendredi 19 août 2016
V.o. :  français

Genre :  DOCUMENTAIRE  – Origine :   Canada [Québec] –  Année :  2015 – Durée :  1 h 16  – Réal. : Nadine Beaudet – Dist. / Contact :  Les Films du 3 mars.
Horaires :  @  Cinémathèque québécoise

CLASSIFICATION
Tout public

Séquences_Web

 

2016 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.