Articles récents

Junior majeur

23 novembre 2017

Semaine du 24 au 30 novembre 2017

RÉSUMÉ SUCCINCT
Lors d’un accident de la route impliquant son collègue Joey Boulet, Janeau Trudel, vedette de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, doit faire face à des chefs d’accusation suite à l’intervention des médias dans cette affaire.

| PRIMEUR |
SANS
COMMENTAIRES

Sortie :  vendredi 24 novembre 2017
V.o. :  français ; s.-t.a.
Major Junior

Genre :  Drame sportif – Origine :  Canada [Québec] –  Année :  2017 – Durée :  1 h 55  – Réal. : Éric Tessier – Dist. :  Les Films Séville.

Horaires/Info.
Cinéma BeaubienCineplex

Classement
Tout public

Séquences_Web

L’amant double

Semaine du 24 au 30 novembre 2017

RÉSUMÉ SUCCINCT
Les rapports ambigus entre une jeune Parisienne du milieu de la mode et le psychothérapeute qu’elle consulte régulièrement.

CRITIQUE
|
PRIMEUR |

Élie Castiel

★★★

CLAIRS-OBSCURS

Une chose est claire : le cinéma hexagonal a toujours eu des problèmes à aborder convenablement le thème de l’homosexualité, particulièrement la masculine. Même les auteurs ouvertement gais ne se prononcent pas comme il faut sur la question, sauf pour quelques aventureux qui risquent de ne pas trouver des distributeurs locaux ou étrangers. Un exemple parmi tant d’autres : le duo Olivier Ducastel-Jacques Martineau n’a pas trouvé preneur ici pour le sensible et attachant Théo et Hugo dans le même bateau, qui sans détours, allait droit au but. Merci à Image+Nation 2016 de l’avoir programmé.

L'amant double

Jadis, François Ozon prenait des risques. Conscient d’où cela aurait pu le mener, il a donc décidé d’hétérosexualiser ses films (un peu comme Pedro Almodóvar) et L’amant double n’en est pas exempt ; il agrémente cependant les personnages principaux féminins de touches androgynes, caractéristique qu’il dépeint avec quelques onces de faux-semblant classique, voire même BCBG.

Tout compte fait, L’amant double est le genre de
films qu’on aime détester, mais qu’on déteste aimer
également, car Ozon est un brillant manipulateur.

Tel un Visconti « au placard », ses protagonistes masculins se trouvent dans des situations que le principal chef d’orchestre crée pour faire plaisir à tout le monde (je ne dévoilerai pas la séquence en question). La mise en scène dans L’amant double empreinte au thriller, et sur ce point, les fausses pistes, les apparences, les dialogues renversants et dissimulés, l’interprétation quasi fantomatique et distanciée des deux (trois) principaux comédiens sont autant d’arguments qui octroient au film une aura inquiétante de mystère aussi sensuelle qu’enivrante. Ozon excelle dans cet aspect narratif.

Tout compte fait, L’amant double est le genre de films qu’on aime détester, mais qu’on déteste aimer également, car Ozon est un brillant manipulateur. Il aime ses acteurs, et encore plus ses actrices, prouvant une fois pour toutes qu’en général, et je souligne bien « en général », les metteurs en scènes gais savent bien comment les diriger. Tout simplement parce qu’ils comprennent totalement la pronfonder de leur âme et la quintessence de leur vérité.

Sortie :  vendredi 24 novembre 2017
V.o. :  français ; s.-t.a.
The Double Lover

Genre :  Suspense psychologique – Origine :  France / Belgique –  Année :  2017 – Durée:  1 h 48  – Réal. : François Ozon – Dist. :  MK2 | Mile End.

Horaires/Info.
@ Cinéma BeaubienCineplex

Classement
Interdit aux moins de 16 ans
(Érotisme)

MISE AUX POINTS
★★★★★  Exceptionnel★★★★  Très Bon★★★  Bon★★  Moyen★  Mauvais½  [Entre-deux-cotes]  –  LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

 

Séquences_Web

Lady Bird

Semaine du 24 au 30 novembre 2017

RÉSUMÉ SUCCINCT
Coincée à Sacramento, la jeune Christine rêve d’aller étudier à New York. Lorsqu’elle commence à prendre des cours de théâtre à l’école, sa vie prend un nouveau tournant.

CRITIQUE
| PRIMEUR |

Élie Castiel

★★★ ½

PUR DÉLICE

Premier long métrage solo de la comédienne accompli Greta Gerwig, après la coréalisation, avec Joe Swanberg, de Nights and Weekends (2008), Lady Bird est une révélation. D’une part celui d’une cinéaste issue du mouvement américain indie, particulièrement inspiré par Noah Baumbach, faisant partie de l’intelligentsia new-yorkaise influencé par les codes de la nouvelle vague française, mais agrémentée à la sauce américaine.

Lady Bird

Un premier film accompli qui pourrait se retrouver
dans la course aux Oscars, quelle que soit la catégorie.

Si Lady Bird déchaîne les passions dans la jeunesse actuelle, c’est que le film lui parle, notamment aux filles, de leur place dans la société, de leur sexualité, de leur maturité à faire face aux problèmes à venir. On peut ne pas être intéressé par le sujet, mais force est d’admettre que la réalisation de Gerwig est d’une spontanéité triomphante, magique, quasi subliminale. Justement parce que le réalisme comtemporain est mis au service de la caméra et non vice-versa. C’est un film qui respire le plan, transcende ses conventions et, mine de rien, dépend des personnages, notamment celui de Christine (parfait et indispensable Saoirse Ronan) pour parfaire la fiction et lui concéder un je-ne-sais-quoi de diablement provocateur sans l’être trop.

Le déjà-vu attribué au récit est transcendé par une imagination sans bornes, créant des séquences d’anthologie aussi perverses que candides. Les rapports mère/fille sont présentés selon un parcours psychologique qui a à voir avec l’aventure féminine. Tout en évitant le pamphlet féministe, Gerwig donne à la femme la liberté d’être, de décider et d’exister.

Un premier film accompli qui pourrait se retrouver dans la course aux Oscars, quelle que soit la catégorie.

Sortie :  vendredi 24 novembre 2017
V.o. :  anglais / Version française
Lady Bird

Genre :  Comédie dramatique – Origine :  États-Unis –  Année :  2017 – Durée :  1 h 35  – Réal. : Greta Gerwig – Dist. :  Entract Films.

Horaires/Info.
@ Cineplex

Classement
Tout public
(Déconseillé aux jeunes enfants)

MISE AUX POINTS
★★★★★  Exceptionnel★★★★  Très Bon★★★  Bon★★  Moyen★  Mauvais½  [Entre-deux-cotes]  –  LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

 

Séquences_Web

2017 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.