Articles récents

The Emoji Movie

27 juillet 2017

Semaine du 28 juillet au 3 août 2017

RÉSUMÉ SUCCINCT
Pour Alex, élève du secondaire, le téléphone intelligent est un objet de la plus haute importance. Or, à l’intérieur de son appareil se cachent un vaste univers secret et de multiples applications.

SANS
COMMENTAIRES

Sortie :  vendredi 28 juillet 2017
V.o. :  anglais / Version française
Émoji le film

Genre :  Animation – Origine : États-Unis –  Année :  2017 – Durée :  1 h 27  – Réal. : Tony Leondis – Voix (v.o.) : Christina Aguilera, James Corden, Jennifer Coolidge, Anna Faris, T.J. Miller, Maya Rudolph  –  Dist. :  Columbia Pictures.

Horaires
Cineplex

Classement
Tout public

Séquences_Web

Tokyo Idols

Semaine du 28 juillet au 3 août 2017

RÉSUMÉ SUCCINCT
Au Japon, un phénomène marginal hier encore prend de l’ampleur depuis quelques années. Concentrées à Tokyo, quelque 10 000 jeunes filles se qualifiant elles-mêmes d’idoles, des adolescentes pour la plupart, chantent et dansent pour un public restreint mais qui leur voue un véritable culte, majoritairement composé d’hommes adultes.

COUP DE CŒUR
Texte : Charles-Henri Ramond

★★★★ 

TROUBLANTE IDOLÂTRIE

Dans les transes fanatiques des salles de concerts tokyoïtes, devant un parterre de mâles bien plus âgés qu’elles, Yuzu, 10 ans, Auru, 14 ans, Rio 19 ans et Yuka, la plus vieille du haut de ses 22 ans, exercent un « métier » qui les dévore.  Elles et des milliers d’autres reines de la J-Pop sont les idoles éphémères d’une société japonaise malade. En jupettes carottées et costumes coquins, sur des trémoussements qui nous rappellent que trop les danses lascives des effeuilleuses professionnelles, ces jeunes filles aux couettes pourtant sages font partie d’un système qu’elles entretiennent consciemment ou non, et que ni leurs proches ni le corps social dans son ensemble ne semblent vouloir remettre en cause. Tout au contraire. Dans cette hiérarchie ultra patriarcale qu’est le Japon, elles participent à l’équilibre instable (absurde serait-on tenté de dire) de leurs admirateurs qui leur vouent une passion proche de la dévotion. Ces hommes seuls, souvent désespérés et capables de tout dépenser pour acheter leurs disques, assister à leurs concerts et même avoir le privilège de leur serrer la main , parviennent grâce à elles à continuer de croire en quelque chose.

Évitant toute forme de jugement – on imagine
pourtant que la tentation a dû être forte – Miyake
construit une mosaïque troublante, fusion parfaite
de drame et de légèreté, de factuel et d’intime.

Ayant eu un accès privilégié aux dessous de ce show-biz lucratif, dont la popularité est étroitement liée à Internet et aux réseaux sociaux, la cinéaste Kyoko Miyake (qui a fait le choix de vivre hors de son pays) nous offre une étude rigoureuse, tout en sachant garder à son propos une rare limpidité. En outre, elle fait le tour d’une problématique complexe en évoquant un ensemble de facteurs touchant toutes les sphères de la société nipponne actuelle. Exploitation de ces enfants par les promoteurs, surmenage des salariés mâles, solitude, échec personnel, manque de confiance en soi, les rêves d’une jeunesse en mal de repères, et bien d’autres sujets se cristallisent ici, dans ces « Idols » objets de tous les fantasmes.

Tokyo Idols_Critique

En somme, Miyake se livre à une dissection en règle des travers d’un mode de vie principalement urbain qui, pour des dizaines de milliers de résidents, est loin d’être un univers doré. Évitant toute forme de jugement – on imagine pourtant que la tentation a dû être forte – Miyake construit une mosaïque troublante, fusion parfaite de drame et de légèreté, de factuel et d’intime. Certaines remarques, de la part de Rio notamment, sont d’une lucidité bouleversante, mettant en lumière l’immense fragilité de ces étoiles montantes dont l’avenir en dehors des pistes de danse reste en suspens. Déstabilisés par ces visages d’enfants portant les stigmates d’une hyper-sexualisation socialement acceptable, gênés d’en être les témoins impuissants, un profond malaise ne cesse de nous étreindre.

Sortie :  vendredi 28 juillet 2017
V.o. :  japonais ; s.-t.a. / s.-t.f.
Tokyo Idols

Genre : Documentaire  – Origine :  Canada [Québec] / Grande-Bretagne –  Année :  2017 – Durée :  1 h 29 – Dist. :  Eye Steel Inc.

Horaires
@
   Cinéma du Parc –  Cinémathèque québécoise

Classement
Tout public

MISE AUX POINTS
★★★★★  Exceptionnel★★★★  Très Bon.  ★★★  Bon★★  Moyen★  Mauvais½  [Entre-deux-cotes]  –  LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

Séquences_Web

Vekh Baraatan Challiyan

Semaine du 28 juillet au 3 août 2017

RÉSUMÉ SUCCINCT
Jaggi est chauffeur d’autobus. Sarla est étudiante. Il est Sikh, elle est Hindoue. Malgré leurs différences, ils s’aiment et désirent unir leurs passions.

Bande-annonce sans sous-titres

SANS
COMMENTAIRES

Sortie :  vendredi 28 juillet 2017
V.o. :  punjabi ; s.-.t.a.
Ware Kitchenware

Genre :  Comédie romantique – Origine : Inde –  Année :  2017 – Durée :  2 h 06  – Réal. : Ksshitij Chaudhary –  Int. : Kavita Kaushik, Binnu Dhillon, Jaswinder Bhalla, Karamjit Anmol –  Dist. :  n.d.

Horaires
@
  Cineplex

Classement
E/C
(En attente)

Séquences_Web

2017 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.