En salle à Montréal

Médecin de campagne

15 décembre 2016

RÉSUMÉ SUCCINCT
Jean-Pierre, médecin généraliste en province, s’occupe de ses patients selon une approche psychologique. Lorsque son propre médecin lui recommande un arrêt de travail pour suivre des séances de chimiothérapie, il ne peut se faire à l’idée d’abandonner ses malades.

LE FILM DE LA SEMAINE
CRITIQUE

★★★ 
Texte : Charles-Henri Ramond

QU’ELLE ÉTAIT VERTE MA VALLÉE

Engagé à défendre la cause noble de praticiens dévoués, Thomas Lilti reprend le thème de son Hippocrate (lire notre critique), dressant à nouveau le portrait d’un métier voué au don de soi et à l’abnégation. Avec Médecin de campagne, il propose une vision teintée d’amertume sur l’état des régions françaises, malmenées par les crises successives et les compressions de tout acabit. Cette France aux fondements républicains que l’on voudrait indéracinables, fait face à des mutations radicales, et de plus en plus rares sont les services publics de proximité qui tentent de garder encore vivant un noyau social cohérent. Le médecin de campagne en fait partie, de même que le postier, lui aussi en proie aux incessants remaniements de sa profession.

Moins mordant qu’Hippocrate, le film, supporté par un
humanisme sensible, presque naïf, déborde d’empathie.

Comme bien d’autres avant lui, c’est donc à un contexte rural difficile que Thomas Lilti arrime son sujet, sans pour autant se laisser emporter par la colère de la revendication, même si derrière le discours du généraliste désabusé (François Cluzet, très juste comme à l’habitude) pointe la lucidité d’un cinéaste-médecin circonspect sur la tournure des choses. Moins mordant qu’Hippocrate, le film, supporté par un humanisme sensible, presque naïf, déborde d’empathie. La transmission du savoir sur une pratique en voie de disparition est centrale, au même titre que la monstration de gestes apaisants, de mots rassurants, et va en fin de compte, à la défense de valeurs inaliénables. Sous ses airs de documentaire de fin d’époque, le récit rejoint la fiction en pimentant son naturalisme d’une romance simple, s’offrant même des moments de comédie pure (les rites d’initiation subis par Marianne Denicourt, la nouvelle fraîchement débarquée de la ville).

Certes, on pourrait regretter le classicisme du schéma narratif, reprenant une nouvelle fois le couple mal assorti qui devra apprendre à s’apprivoiser, ainsi qu’une intrigue sentimentale qui semble plaquée. Cependant, par sa capacité à dépeindre avec sensibilité un microcosme idéal soutenu par l’entraide et la chaleur humaine, Médecin de campagne est une petite « vue » qui fait du bien à l’âme, en espérant que ce qu’elle décrit parvienne à passer sans trop de dommages l’épreuve du temps.

medecin-de-campagne_en-salle

Sortie :  vendredi 16 décembre 2016
V.o. :  français  / S.-t.a.
Irreplaceable

Genre :  DRAME – Origine : France  – Année :  2016 – Durée :  1 h 42  – Réal. : Thomas Lilti – Int. : François Cluzet, Marianne Denicourt, Isabelle Sadoyan, Félix Moati, Patrick Descamps, Christophe Odent – Dist./Contact :  Eye Steel Inc.
Horaires :  @  Cinéma BeaubienCineplex

CLASSEMENT
Tout public

MISE AUX POINTS
★★★★★  Exceptionnel★★★★  Très Bon★★★  Bon★★  Moyen★  Mauvais½  [Entre-deux-cotes]  –  LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

sequences_web

2017 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.