En salle à Montréal

Chocolat

10 novembre 2016

RÉSUMÉ SUCCINCT
Paris. Les rapports d’amitié solide et de mésententes entre deux artistes de cirque de la fin du XIXe siècle.

chocolat

CRITIQUE
★★★★
Texte : Élie Castiel

RIRE POUR VIVRE

Après, entre autres, le fait divers inquiétant Omar m’a tuer (2011), l’acteur français aux plus de 80 rôles, signe un quatrième long métrage dont l’originalité réside dans son sujet : retracer une partie de la vie du premier clown noir du cirque français – en s’inspirant d’un ouvrage de l’historien Gérard Noiriel.

Sur ce point, si la facture du film suit une approche classique, c’est justement par ce choix narratif que les protagonistes peuvent exister. La rencontre entre Rafael Padilla (alias « chocolat ») et son protecteur George Footit (dit « Footit ») est une histoire qui va se poursuivre pendant des décennies dans le monde particulier des artistes du cirque. Film non seulement sur l’art du clown, mais aussi et tout particulièrement sur les marginaux, les oubliés, ceux qui, le temps d’un spectacle, nous allègent la vie, nous font oublier les tracas du quotidien et, si nous observons de près, font paraître une immense solitude et une tristesse d’être, d’exister dans un monde devenu fou.

Car cet art est aussi un miroir de soi-même, un reflet qui traduit un mal d’être et une vision de la vie qui ne peut être tolérée qu’en lui adressant des gestes et des mots relevant de l’absurde. Zem l’a très bien compris et nous offre un film lucide, transparent, bouleversant, ouvrant son cœur et le nôtre, ne faisant rien pour nous épargner des larmes intérieures.

Film aussi sur la complicité, le partage de l’amour du métier, le racisme ordinaire d’une société occidentale qui affiche souvent et ouvertement ses préjugés. Et aussi, c’est important de le dire, film d’un réalisateur français de parents marocains – qui de mieux pour parler d’un sujet qui inclut cet autre et lui rend un hommage avec toute la tendresse du monde.

Mais c’est grâce aussi à l’intériorité de deux immenses comédiens : Omar Sy, impérial, alliant opportunisme naïf et sincérité avec une farouche énergie ; et James Thierrée, son protecteur George Footit, exprimant la jalousie lorsque Chocolat obtient un succès foudroyant, envie qui cache aussi les exploits féminins de son partenaire sur qui, au fond, et c’est très évident dans le film, il éprouve un amour homosexuel qui s’exprimera sans équivoque à la fin.

Film aussi sur la complicité, le partage de l’amour du métier, le racisme ordinaire d’une société occidentale qui affiche souvent et ouvertement ses préjugés. Et aussi, c’est important de le dire, film d’un réalisateur français de parents marocains – qui de mieux pour parler d’un sujet qui inclut l’autre et lui rend un hommage avec toute la tendresse du monde.

Chocolat, contrairement aux codes de la narration d’aujourd’hui, est un film à message. Roschdy Zem en est conscient et traduit la nécessité de renouer avec une approche pédagogique qui puisse transformer le spectateur. Il le fait avec une subtilité étonnante grâce à une mise en scène qui oscille allègrement entre le mélo biographique populaire et le regard posé sur l’art de la performance, vision progressiste, ne passant par quatre chemins, refusant la symbolique de l’image et, par-dessus tout, se permettant un des tabous du cinéma de fiction d’aujourd’hui : l’émotion

Comme, par exemple, la grande tirade d’Othello (oui, du grand William Shakespeare) magnifiquement exprimée par un Omar Sy aussi convaincu de ce tour de force que soucieux de provoquer le spectateur.

Sortie : vendredi 11 novembre 2016
V.o. : français ; s-t.a.
Monsieur chocolat

Genre :  DRAME – Origine : France –  Année :  2015 – Durée :  1 h 59  – Réal. :  Roschdy Zem – Int. : Omar Sy, James Thierrée, Clotilde Hesme, Olivier Gourmet, Alice de Lancquesaing, Noémie Lvovsky – Dist./Contact :  A-Z Films.
Horaires : Cinéma Beaubien Cineplex

CLASSEMENT
Tout public

MISE AUX POINTS
★★★★★  Exceptionnel★★★★  Très Bon★★★  Bon★★  Moyen★  Mauvais½  [Entre-deux-cotes]  –  LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

sequences_web

2017 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.