AccèsCulture

Cité Mémoire

21 mai 2016

URBANITÉ
Texte : Luc Chaput

PARCOURS MÉMORIEL MÉMORABLE

 Si hier, au temps de la Révolution tranquille, les affiches hurlaient comme le dit le poème de Paul Chamberland L’afficheur hurle, aujourd’hui les murs nous parlent et s’animent de personnages qui feront redécouvrir aux Montréalais et aux touristes voisins ou éloignés leur Histoire à travers leurs histoires.

La femme-arbre

La femme-arbre ( © Cité Mémoire)

Pour le 375e anniversaire de la ville, la corporation Montréal en histoires, dirigée par Martin Laviolette, a eu la bonne idée de s’associer au tandem Michel Lemieux et Victor Pilon dont Séquences a parlé à plusieurs reprises des réalisations que ce soit au théâtre et au planétarium.  Dans le Vieux-Montréal si cher à Guy Coulombe qui continue encore à veiller à son développement, des murs aveugles donnant sur des stationnements ou dans des ruelles reprennent vie grâce à une application numérique pour téléphone cellulaire. Dix-neuf lieux sont ainsi mis à contribution dans un parcours mémoriel mémorable où des anonymes et des célébrités anciennes (Kondarionk) ou récentes (Éva Circé-Côté) nous parlent.

Au départ de chaque épisode de ce film ambulatoire à plusieurs épisodes nocturnes, les personnages semblent sortir de l’ombre par la magie de la caméra et de la mise en scène. Des voix et une musique de Maxim Lepage accompagnent cette recréation sur des textes de Michel Marc Bouchard qui nous amènent selon les lieux par une gamme élargie d’émotions que ce soit le rire et l’étonnement devant le déménagement comme sport national illustré par une journée célèbre de la vie de Maurice Richard et joué par des artistes de cirque des 7 Doigts de la main. Soir d’hiver d’Émile Nelligan revit ailleurs par la voix et la musique de Claude Léveillé où les lignes de texte deviennent des flocons de neige avant que le poète ne soit enfermé dans un cadre trop petit.

La longueur du parcours nocturne et la variété des événements décrits, où de nombreux acteurs et danseurs sont mis à contribution, risquent d’amener plusieurs visiteurs à faire par tranches cette visite seul ou avec d’autres. Le cinéphile que je suis s’est d’ailleurs amusé à découvrir où étaient dans chaque cas les projecteurs qui devront travailler automatiquement dix mois par année jusqu’en 2019.

De Marie-Josèphe à Jackie Robinson

De Marie-Josèphe à Jackie Robinson ( © Cité Mémoire)

Ce parcours ludique et informatif, où la pierre revit dans quatre langues et divers atours, peut être complété par une visite du volet éducatif qui contient de nombreux liens dans les versions PDF des textes d’accompagnement. Cela pourra aider à plusieurs de retrouver le goût de l’histoire que le cursus éducatif a fortement négligé dans ces  trente dernières années.

Séquences_Web

2017 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.