En salle à Montréal

L’Apollon de Gaza

14 juin 2019

PRIMEUR
| Semaine 24 |

Du 14 au 21 juin 2019 

RÉSUMÉ SUCCINCT
En 2013, une statue d’Apollon datant de l’Antiquité est trouvée au large de Gaza avant de disparaître dans d’étranges conditions. Oeuvre de faussaires ou bénédiction des dieux pour un peuple palestinien en mal d’espoir?

< Brève >
Jean Beaulieu

★★★

Le dieu endormi

Le documentaire d’enquête est un sous-genre parfois galvaudé. Toutefois, le Suisse Nicolas Wadimoff, avec L’Apollon de Gaza, retourne dans la Bande du même nom (après L’Accord et Aisheen – Chronique de Gaza) pour appréhender, commentaire philosophique et méditatif à l’appui, un évènement autre que la guerre qui a marqué ce territoire occupé. Exposant les points de vue de multiples intervenants (historiens, archéologues, ecclésiastiques, membres du gouvernement, etc., et même un « fabricant d’antiquités », jamais identifiés à l’image), qui lancent tour à tour leurs hypothèses fort bien étayées, le documentariste tisse une toile historique et géopolitique révélatrice, allant des questionnements sur l’authenticité ou l’origine de la statue au récit candide de l’humble pêcheur qui l’a découverte et sortie des eaux. Si le passé de cet imposant artéfact demeure flou, son présent et son avenir posent également une énigme non résolue à ce jour. Ultimement, par ses fines touches juxtaposées entre témoignages individuels, non-dits et plans d’ensemble des lieux, le film réussit à traduire ce que représente cette divinité de bronze dans la vie et la culture des Gazaouis, rattachant tant bien que mal à la réalité les pièces de ce puzzle incomplet. Mine de rien, tous ces morceaux, y compris ceux qui manquent, en disent long sur le conflit israélo-palestinien actuel, non évoqué de front à l’écran. Symbole de la résilience de ce peuple, ce dernier plan où des pêcheurs, sur les flots de la Méditerranée enténébrés par la nuit, tendent leurs filets dans l’espoir d’une autre pêche miraculeuse.

Ultimement, par ses fines touches juxtaposées entre témoignages individuels, non-dits et plans d’ensemble des lieux, le film réussit à traduire ce que représente cette divinité de bronze dans la vie et la culture des Gazaouis, rattachant tant bien que mal à la réalité les pièces de ce puzzle incomplet. 

FICHE TECHNIQUE
Sortie
Vendredi 14 juin 2019

Réal.
Nicolas Wadimoff

Genre(s)
Documentaire

Origine(s)
Canada

Suisse

Année : 2018 – Durée : 1 h 19

Langue(s)
V.o. : multilingue ; s.-t.a. & s.-t.f.

The Apollo of Gaza

Dist. @
ONF

Classement
Tous publics

En salle(s) @
Cinéma du Musée
Cinémathèque québécoise

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel.  ★★★★ Très Bon.  ★★★ Bon.
★★ Moyen.  Mauvais. 0 Nul.
½ [ Entre-deux-cotes ]

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.