En salle

Kokoschka, Œuvre-Vie

16 mai 2019

| PRIMEUR |
Semaine 20
Du 17 au 23 mai 2019

RÉSUMÉ SUCCINCT
Peintre, écrivain, amoureux, dramaturge, voyageur, et libre-penseur, Oskar Kokoschka (1886-1980) est un être rare, demeuré lucide et passionné sa longue vie durant. À travers le portrait exceptionnel de cet homme attachant, témoin et acteur de son siècle, ce documentaire, parsemé d’éclats de fictions, nous fait découvrir le destin mouvementé d’un homme extraordinaire

CRITIQUE
< Sophie Leclair-Tremblay >
★★★★

LES MULTIPLES VISAGES DE L’EXISTENCE

Kokoschka, Oeuvre-Vie, de Michel Rodde (entre autres, l’inédit Impasse du désir, 2010) nous ouvre les portes de la vie du peintre expressionniste Oskar Kokoschka, artiste multidisciplinaire dont l’impressionnant parcours fut marqué par la lugubrité de son temps, le sanglant XXe siècle. Il s’agit d’une oeuvre dynamique et ludique dont les accents fictionnels lui confèrent une puissance métaphorique importante, à l’image de la grande imagination de l’artiste. Kokoschka, artiste plutôt méconnu mais non pour le moins important, peintre et écrivain ayant énormément voyagé, surtout à travers l’Europe, et dont l’existence est indissociable des grands tourments de son époque.

Le monde intérieur de Kokoschka, univers riche et complexe, est représenté grâce à un amalgame d’images d’archives, d’oeuvres et de photos, et une énergique narration de l’actrice Aurélia Lüscher et de Michel Rodde lui-même, étant la voix d’Oskar Kokoschka. Mais le récit se distingue par ses séquences fictives, là où par exemple Lüscher personnifie certaines femmes ayant fait partie de la vie d’Oskar. Ces moments à saveur burlesque installent une atmosphère bien particulière dans l’ensemble du film, venant à la fois pallier et maintenir l’intensité de ce dernier. L’utilisation versatile de la musique ajoute à la singularité du cheminement narratif et exprime à merveille les nombreuses bifurcations que prirent la route de Kokoschka. De Vienne à Dresde en passant par Berlin, allant du théâtre à l’écriture ou encore à l’enseignement, il semblait s’intéresser aux individus et aux moeurs avec une vigueur inépuisable malgré l’ère chaotique dans laquelle il évoluait.

Le film arrive à trouver un brillant équilibre entre l’illustration des conflits qui déchiraient la société, du désordre qui en résulta dans la vie du peintre et de l’impact que ce dernier pouvait avoir. Ses toiles avaient une façon de déshabiller son sujet, de retirer le masque des apparences qui suscitait l’ahurissement. Le caractère exhaustif du documentaire se veut bien à l’image de cette mise à nu, de cette justesse à l’égard des nombreuses composantes de la vie et de la personnalité de Kokoschka.

Oskar Kokoschka, dont la vision et l’expérience du monde se nourrissaient mutuellement de façon infinie, est un artiste ayant admirablement poursuivi son chemin et son art à travers les profonds changements et les grandes découvertes qui ont caractérisé son époque. Avec Kokoschka, Oeuvre-Vie, Michel Rodde aura levé le voile sur l’un des artistes les plus fascinants et éclectiques de son temps, offrant un portrait vivifiant de cet infatigable vivant, explorant avec originalité la richesse de son parcours et les tréfonds de son esprit.

Avec Kokoschka, Oeuvre-Vie, Michel Rodde aura levé le voile sur l’un des artistes les plus fascinants et éclectiques de son temps, offrant un portrait vivifiant de cet infatigable vivant, explorant avec originalité la richesse de son parcours et les tréfonds de son esprit.

FICHE TECHNIQUE
Sortie
Vendredi 17 mai 2019

Réal.
Michel Rodde

Origine(s)
Suisse

Année : 2017 – Durée : 1 h 31

Langue(s)
V.o. : français / s.-t.a.

Kokoschka, Life-Work

Genre(s)
Documentaire biographique

Dist. @
K-Films Amérique

Classement
Tous publics

En salle(s) @
Cinéma du Musée

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel.  ★★★★ Très Bon.  ★★★ Bon.
★★ Moyen.   Mauvais. 0 Nul.
½ [Entre-deux-cotes]

2020 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.