En salle à Montréal

Le grand bain

8 novembre 2018

| PRIMEUR |
Semaine 45
Du 9 au 15 novembre 2018

SYNOPSIS SUCCINCT
C’est dans les couloirs de leur piscine municipale que Bertrand, Marcus, Simon, Laurent, Thierry et les autres s’entraînent sous l’autorité toute relative de Delphine, ancienne gloire des bassins. Ensemble, ils se sentent libres et utiles. Ils vont mettre toute leur énergie dans une discipline jusque-là propriété de la gent féminine : la natation synchronisée.

CRITIQUE
| Élie Castiel |

★★★ ½

LE CRITIQUE A AUSSI LE DROIT
DE SE LAISSER ÉMOUVOIR

Bizarre ! Depuis le #MoiAussi récent, les revendications sur les médias sociaux se sont multipliées, mais pas autant dans le cinéma. Gilles Lellouche, après son premier long solo satisfaisant Narco (2004), préfère parler des tourments de l’homme ; il signe ici son opera prima, premier essai qui lui ouvre grande la porte du grand public et de certains médias. Film rassembleur, Le grand bain est avant tout une théraphie de groupe, un clan d’hommes réunis sous le même toit aquatique (une piscine municipale locale) pour participer aux Olympiades de la nage synchronisée masculine.

Film également choral dans un sens, ces destins croisés montrent des individus masculins en détresse morale, sexuelle, existentielle. Se dépasser, aller plus loin, tenter de comprendre les vrais enjeux du couple. Savoir vivre et laisser vivre. Se retrouver, se trouver… et surtout lorsque certains n’ont pas de boulot ou l’ont perdu.

Les dialogues, télégraphiés, sont taillés de pierres fines. Solides, sympa, censés rejoindre la majorité des spectateurs, réfléchis sans être intellectuels, parfois un peu trop poussifs. En somme : épater la galerie, mais sans arrière-pensée. Bon rythme, cadence parfaite. Un peu long comme film, mais divertissant à souhait. On soulignera que Le grand bain est une nouvelle catégorie de film hexagonal qui tente par tous le moyens d’équilibrer les rapports entre hommes et femmes… mais aussi ceux dont on ne parle pas assez souvent, les enfants. Ils sont eux aussi leurs mots à dire et leurs maux à exprimer. Mais plus que tout, il se situe là où la vision des choses et du monde du réalisateur se joint au récit. Parfois ce n’est pas trop évident dans le cas de ce Grand bain, mais bon.

Gilles Lellouche confirme que derrière l’objectif de la caméra,
il peut se nourrir d’images saines, de gestes touchants et de récits
ludiques et graves à la fois. Le critique finit par céder à ces deux
heures de bonheur franc. Pourquoi pas ?

Gilles Lellouche n’est pas présent devant la caméra, acte d’humilité que nous apprécions sincèrement. Il semble avoir une confiance aveugle en la personne de Viginie Efira, à la sexualité ambigüe, mais qui disparaît du récit fort longtemps pour réapparaître de nouveau. Idem pour Leila Behti, commédienne épatante, que dire de plus. Essentielle dans le cinéma français d’aujourd’hui qui, quoi qu’en en dise, respecte magnifiquement bien les règles de l’intégralité multiculturelle. Sans oublier un groupe d’hommes magnifiques dans leurs faiblesses, qu’ils essairont de contourner. Tous de acteurs formidables : Amalric, Poelvoorde et les autres.

Gilles Lellouche confirme que derrière l’objectif de la caméra, il peut se nourrir d’images saines, de gestes touchants et de récits ludiques et graves à la fois. Le critique finit par céder à ces deux heures de bonheur franc. Pourquoi pas ?

Sortie
Vendredi 9 novembre 2018

Langue(s)
V.o. français ; s.-t.a.
Sink or Swim

Réal.
Gilles Lellouche

Genre : Drame– Origine : France
Année : 2018 – Durée : 2 h 03

Dist.
MK2 / Mile End

Info. @
Cinéma Beaubien
Cineplex

Classement
 Tous publics

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon.
★★ Moyen. Mauvais. 0 Nul
½ [Entre-deux-cotes]

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.