En salle à Montréal

The Equalizer 2

19 juillet 2018

| PRIMEUR |
Semaine 29
Du 20 au 26 juillet 2018

 

RÉSUMÉ SUCCINCT
Habitué à aider les autres, Robert McCall, ancien agent des services secrets américains, aujourd’hui soixantenaire, s’occupe du cas d’une vieille amie qui le replonge dans des souvenirs plutôt pénibles.

CRITIQUE
| Élie Castiel |

★★★

PUNITION DIVINE

Ce détail ne peut échapper au critique : dans ses très rares moments libres, le héros solitaire et mélancoliquement désenchanté est en train de lire une version du Marcel Proust, In Search of Lost Time (À la recherche du temps perdu), œuvre-phare de la littérature française, voire même mondiale. Élément narratif qui prétend apporter quelque chose aux agissements du personnage, mais pas assez élaboré par le réalisateur, du moins selon notre sens de l’observation.

Ce qui n’empêche pas que le film est une réussite dans sa mise en scène, à la limite de l’abstraction, notamment dans la longue séquence finale filmée à la manière d’un plan-séquence (sans l’être) et où la caméra suit la confrontation entre les deux ennemis comme s’il s’agissait d’une chorégraphie de l’affrontement ; suscitant pour ainsi dire chez le spectateur une sorte de mélange entre le malaise et la quasi euphorie et là où la continuité narrative de la violence suggère une condition de mini-récit.

Les silences sont pesants dans EQ2, mais parlent.
Antoine Fuqua n’est pas dupe de certaines critiques associées
à ses films, mais assume néanmoins sa marginalité
en défendant un cinéma  grand public qu’il affectionne
en lui administrant un regard autre sur l’existence.

Il faut mettre une chose au clair : les réactions aux films émanant des critiques professionnels peuvent différer les unes des autres. Cela a à voir avec notre vision du monde, du cinéma, de nos propres sensibilités, de notre éducation, de notre dialogue avec les images en mouvement. Le lecteur est libre, bien entendu, de suivre qui il voudra.

Les silences sont pesants dans EQ2, mais parlent. Antoine Fuqua n’est pas dupe de certaines critiques associées à ses films, mais assume néanmoins sa marginalité en défendant un cinéma grand public qu’il affectionne en lui administrant un regard autre sur l’existence. C’est souvent extrême. Et alors ! Entre western moderne et film d’action standardisé, The Equalizer 2 a reçu les foudres de Metascore, la Bible de l’establishment critique. Justement, en parlant de Bible, on s’aperçoit des liens qui unissent le réalisateur à l’existence de Dieu (séquence du règlement de compte, une sorte de punition tombée du ciel). On peut ne pas partager son affection pour la foi, mais le cinéaste a le mérite d’associer la narration, la mise en scène, le choix de la direction photo et les éléments de la nature à sa conscience.

Par ailleurs, Denzel Washington conserve une humanité qui, mine de rien, a recours à la violence, lorsque le hasard l’impose. Pour Antoine Fuqua, c’est sûrement, le croisement entre la dualité de la Vie et de la Mort, du Bien et du Mal.

Sortie
Vendredi 20 juillet 2018

V.o.
anglais / Version française
Le justicier 2

Réalisation
Antoine Fuqua

Genre
Action

Origine
États-Unis

Année
2018

Durée
2 h 01

Distributeur
Columbia Pictures

Horaires & info.
@ Cineplex

Classement
Interdit aux moins de 13 ans
Violence

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon.
★★ Moyen. Mauvais. 0 Nul / ½ [Entre-deux-cotes]

 

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.