En salle à Montréal

Revenge

11 mai 2018

| PRIMEUR |
Semaine du 11 au 17 mai 2018

RÉSUMÉ SUCCINCT
Richard, Stan et Dimitri se retrouvent pour leur rendez-vous de chasse annuel dans une région désertique. Mais cette fois, Richard a dérogé à leur rituel immuable car il est venu avec Jennifer, sa maîtresse. Au cours d’une soirée bien arrosée, la jeune femme, aguichante, excite l’envie des associés de son amant. Le lendemain, profitant de l’absence de Richard, Stan viole Jennifer sans que Dimitri intervienne. Au retour de Richard…

CRITIQUE
| Yves Gendron |

★★★ ½

DÉSERT DE SANG

Rape and revenge film (déf .Wikipédia) : […]sous-genre cinématographique, qui peut être affilié au cinéma d’exploitation, au cinéma d’horreur ou au thriller [….] qui repose sur un ou plusieurs viol(s), suivi de la vengeance de la victime ou de ses proches. […] (C’est)l’un des genres les plus controversés, accusé de voyeurisme et de complaisance par ses détracteurs […]. Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Rape_and_revenge

Revenge est un thriller du genre rape and revenge qui a la particularité d’avoir été écrit et mis en scène par une femme, Coralie Fargeat, dont c’est le premier long métrage. À l’ère du mouvement #MeToo, c’est une particularité intéressante.

Grâce à une cinématographie, saturée le jour,
ténébreuse la nuit, cet environnement
propose une ambiance quasi-hallucinée.

Revenge n’en reprend pas moins grosso modo le schéma typique du « rape film »; une trame en trois actes : viol, survie, vengeance, avec une représentation très graphique de la violence. Le regard féminin que porte la réalisatrice sur le genre se manifeste d’abord par une représentation plus authentiquement « féministe » de la protagoniste jouée avec beaucoup de cran par Mathilda Lutz. Chacune des crapules mâles se voit également attribuer des tares machistes distinctes ainsi qu’une graine d’humanité afin de les rendre moins caricaturaux. Le Bad Guy en chef est un bel Apollon dont le corps musclé est sujet à une objectivation clairement érotique à quelques moments clés du film.

L’ensemble se déroule en plein désert.  Grâce à une cinématographie, saturée le jour, ténébreuse la nuit, cet environnement propose une ambiance quasi-hallucinée. Un score électro accentue cet aspect alors que le gore exagéré des blessures et l’étalement copieux de sang rouge et gluant ajoutent une dimension surréaliste à la violence. C’est particulièrement évident dans le dénouement, une poursuite mémorable alors que deux corps patinent sur des flaques d’hémoglobine écarlate.

Coralie Fargeat derrière la caméra et Mathilda Lutz devant ont, chacune à leurs façons, beaucoup de présence et Revenge exploite superbement leurs talents respectifs. On pourrait reprocher à l’ensemble quelques facilités ou invraisemblances assez évidentes, mais mis à part, Revenge est un thriller stylisé aussi intense que viscéral qui met à jour de façon pertinente et inusitée un genre sulfureux. À voir si vous avez le cœur bien accroché.

Sortie : vendredi 11 mai 2018
V.o. : anglais, français; s.-t.a.
Revenge

Réalisation
Coralie Fargeat

Genre : Suspense – Origine : France – Année : 2017 – Durée : 1 h 48 – Dist. : Métropole Films.

Horaires & info.
@ Cinéma du Parc

Classement
Interdit aux moins de 16 ans
(Violence)

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon. ★★ Moyen. Mauvais. ½ [Entre-deux-cotes]

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.