Entrevues

Sveva Alviti

28 avril 2017

TÊTE À TÊTE /
Questions et transcription
Élie Castiel

JE CROIS AVOIR RÉUSSI MA DALIDA

Télé, quelques courts métrages et en 2014, premier long, Cam Girl, de Mirca Viola, pour ensuite un grand rôle dans Dalida, de Lisa Azuelos. Brefs moments avec une femme séduisante, élégante et sûre de son talent.

Sveva AlvitiJouer le rôle d’une chanteuse que vous n’avez pas connue, d’une autre génération a dû être un travail acharné, et en plus en français, que vous ne parliez pas.

C’est évident, même si mes parents écoutaient certaines de ses chansons . De plus, au départ, je ne parlais pas français. Ce fut donc pour moi un travail énorme de recherche et d’apprentissage de la langue , même si une grande partie du film est en italien.

Quels sont les traits de caractère qui vous ont séduit dans le personnage ?

Chez Dalida, il y avait un mélange de fragilité, de séduction, de charisme, de féminité et de tristesse en même temps. Ce mélange m’a beaucoup influencé pour accepter le rôle, des caractéristiques qu’on retrouve chez beaucoup de femme et dans le même temps, propres à la chanteuse.

Pour son époque, Dalida était une femme libre. Vous vous êtes probalement indentifié à elle.

Pas totalement, si on compare aux femmes d’aujourd’hui, car elle aspirait à une forme de normalité qui aurait sans doute mettre fin a sa carrière. C’est ma façon de voir les choses.

Et travailler avec Lisa, c’est comment ?

C’est un labeur d’amour. Il y a chez Lisa une disponibilité, une complicité de tous les instants, une confiance qu’elle partage avec les comédiens. Elle a compris mon for intérieur de femme sensible et savait fortement que j’allais accomplir un travail sérieux. Somme toute, je n’ai pas essayé d’imiter Dalida. Je crois avoir réussi ma Dalida.

[ Critique du film ici. ]

[ Entrevue avec Lisa Azuelos ici. ]

Séquences_Web

2018 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.