En salle à Montréal

Le chantier des possibles

14 octobre 2016

RÉSUMÉ SUCCINCT
Pointe-Saint-Charles, autrefois quartier industriel défavorisé de l’ouest de Montréal, est menacé par l’embourgeoisement. Des résidents luttent pour conserver un ancien atelier du CN, aux fins d’un projet d’agriculture urbaine, doublé d’un centre sportif et culturel.

le-chantier-des-possibles

EN QUELQUES MOTS
★★
Texte : Charles-Henri Ramond

Avec Le chantier des possibles, Ève Lamont (Le commerce du sexe, 2015) documente les temps forts la lutte populaire entourant la réappropriation sociale d’un bâtiment industriel patrimonial dans un quartier de Montréal en pleine mutation. Caméra au poing, la cinéaste a suivi durant plusieurs années la lutte active de nombreux résidents afin de se réapproprier une petite part de leur quartier.

Avec un parti pris évident, notable dans ses commentaires lus hors-champ, la réalisatrice rend compte de cet exemple frappant de ténacité dans un film aussi inspirant que son titre le suggère. Si l’ensemble gagne d’emblée les faveurs du spectateur, cette production visiblement taillée pour la télévision souffre de quelques répétitions (affichage de pancartes, réunions de travail, redondance des interventions) et peine à garder intact l’intérêt initial et l’importance de son sujet.

Sortie : mardi 18 octobre 2016
V.o. :  français

Genre : DOCUMENTAIRE  – Origine : Canada [Québec] – Année :  2016 – Durée :  1 h 19– Réal. :  Ève Lamont – Dist./Contact :  Rapide-Blanc.
Horaires :  @ 
  Cinémathèque québécoise

CLASSEMENT
Non classé

MISE AUX POINTS
★★★★★  Exceptionnel★★★★  Très Bon★★★  Bon★★  Moyen★  Mauvais½  [Entre-deux-cotes]  –  LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

Séquences_Web

Cliquez sur « Watch on Vimeo » pour accéder à la bande-annonce

 

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.