En salle

Tristesse Club

30 juillet 2015

RÉSUMÉ SUCCINCT Léon, tennisman retraité, vivote après une âpre séparation. Aussi se réjouit-il d’apprendre le décès d’Arthur, son père, avec qui il avait coupé les ponts et dont il espère un héritage substantiel. Son frère Bruno, également brouillé avec Arthur, est plus ambivalent. Au volant de la vieille Porsche de Léon, les deux frères font route vers la région qui les a vus grandir.

Tristesse Club

LOOSERS SYMPATHIQUES

Charles-Henri Ramond
CRITIQUE
★★★ ½ 

Après quelques courts remarqués, le jeune réalisateur de 35 ans Vincent Mariette réussit avec Tristesse Club à franchir le difficile passage vers le long métrage. Un responsable de site de rencontre incapable de parler à une fille, une jeune femme au passé trouble et un ancien joueur de tennis arrogant et aigri se réunissent dans une improbable quête pour retrouver la trace de leur père qu’ils ne connaissent que très peu. Ces trentenaires noyés dans les doutes existentiels et l’incommunicabilité profiteront de cette providence pour se reconstruire et se trouver une famille.

Porté par un trio de comédiens impeccables,
Tristesse Club marque donc les débuts prometteurs
d’un jeune cinéaste que l’on suivra attentivement.

Autour de cette intrigue à priori simpliste, Mariette a construit une comédie noire subtile qui propose une vision profondément humaniste de personnages en marge de la société, tout en proposant un univers cinématographique abondant de clins d’œil et de références. C’est indéniable, Mariette sait jongler avec les codes de divers genres cinématographiques et parvient à les imbriquer de manière à donner un univers original et décalé.

Comédie romantique (l’amour impossible entre le frère et la soeur), drame social (la famille désunie), film fantastique ou même d’horreur (la maison solitaire au bord d’un lac), le scénario de Tristesse Club s’en donne à cœur joie. On dit souvent que les premiers films de jeunes auteurs sont chargés de références et celui-ci n’échappe pas à la règle. Le mystère et les faux-semblants abondent, transformant sans cesse l’intrigue en un jeu de pistes farfelu, destiné à tester les résistances de ses personnages… et la perspicacité du spectateur. Porté par un trio de comédiens impeccables, Tristesse Club marque donc les débuts prometteurs d’un jeune cinéaste que l’on suivra attentivement.

 revuesequences.org

Sortie : Vendredi 31 juillet 2015
Version orginale : français

Genre :  Comédie dramatique  – Origine :   France  – Année :  2014 – Durée :  1 h 30  – Réal. : Vincent Mariette – Int. : Laurent Lafitte, Vincent Macaigne, Laudivine Sagnier, Noémie Lvovsky, Philippe Rebbot, Dominique Reymond – Dist. / Contact :  Axia. Horaires :  @ Beaubien

CLASSIFICATION Tout public

MISE AUX POINTS ★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon. ★★ Moyen. Mauvais. ½ [ Entre-deux-cotes ] – LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

2022 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.