En salle à Montréal

Le dernier vice-roi des Indes

1er septembre 2017

Semaine du 1 au 7 septembre 2017

RÉSUMÉ SUCCINCT
Mars 1947. Après 300 ans de domination anglaise, le Palais du Vice-Roi à Delhi ouvre ses portes une dernière fois pour accueillir en grande pompe Lord Mountbatten et sa famille. Petit-fils de la reine d’Angleterre et nommé dernier Vice-Roi des Indes, « Dickie » Mountbatten devra préparer le pays à l’indépendance. Mais la tâche s’avérera bien plus ardue que prévu. Après d’âpres négociations avec Nehru, Gandhi et Jinnah, perturbées par de violents conflits religieux, il n’aura d’autre choix que d’entériner la partition des Indes et la création d’un nouvel état, le Pakistan…

CRITIQUE

SI LA PARTITION DE L’INDE M’ETAIT CONTÉE

★★★

Texte: Anne-Christine Loranger

L’Inde est pays très ancien. Ancien, donc complexe. Un pays où l’âge des traditions se calcule en millénaires. Un pays conquis par la Grande-Bretagne et qui battra en brèche cette puissance mondiale, par la volonté d’un petit homme visionnaire et immensément courageux appelé Gandhi. Mais même ce dernier jamais n’avait pu tendre suffisamment de ponts pour réconcilier les communautés hindoues et musulmanes. ‘Si nous partons’ avait dit Lord Mountbatten à Gandhi, ‘il y aura des problèmes’. ‘Oui’ avait répondu ce dernier, ‘mais alors, ce serons nos problèmes’.

Après l’assassinat de la ‘Grande Âme’, il reviendra à Mountbatten, cousin de la Reine Victoria, d’assumer en 1947 la charge de dernier Vice-Roy de l’Inde et d’opérer la transition vers l’indépendance du 15 août. Coincé entre la Ligue musulmane dirigée par Ali Jinnah et les nationalistes hindous de Nehru, il devra faire face aux problèmes gigantesques présentés par la partition entre l’Inde et le Pakistan et la migration de 10 millions de personnes entre ces deux territoires. Six millions de musulmans quitteront l’Inde et feront route vers le Pakistan, alors que quatre millions d’hindous entreprendront la route inverse, ce qui donnera lieu à des affrontements qui feront 200 000 victimes et des situations logistiques de logement et de nourriture défiant toute description.

Le film de la cinéaste Gurinder Chadha a le mérite incontestable d’exposer les problèmes gigantesques de la partition en utilisant le splendide palais du Vice-Roy et ses 500 serviteurs non seulement comme toile de fond mais aussi comme métaphore pour les jeux de pouvoir qui se déroulent tant dans les salons qu’aux cuisines, tel un Downtown Abbey sauce vindaloo. L’intense conflits entre hindous et musulmans est illustré par la relation amoureuse qui se tisse entre la belle Aalia, suivante musulmane de la progressiste Lady Edwina Mountbatten et Jeet, le charmant butler hindou. Cette romance filmée façon Bollywood irrite un peu au début mais elle permet d’illustrer l’angoisse et le désarroi des deux peuples de l’Inde forcés à une séparation bien trop rapide. Ce sont davantage les personnages de Lord et Lady Mountbatten, menés avec brio par Hugh Bonneville et Gillian Andersen, qui donnent du tonus au film et lui permette de garder l’intérêt du spectateur, fasciné et horrifié qu’il devient par les tractations géo-politiques et le jeu élaboré de traîtrise au milieu duquel se retrouve Mountbatten. Ce dernier sera condamné à tort par l’Histoire pour une partition dont on lui avait dès le départ enlevé les clés. On découvre également l’étonnante Lady Mountbatten, femme d’une intelligence politique remarquable et doté d’une grande humanité.

Il y a un peu du conte dans le film de Chadha, c’est sa qualité en même temps que son défaut. Défaut parce qu’un million de personne moururent sur les routes et durant des affrontements dont l’impact perdure aujourd’hui. Qualité parce qu’il se termine sur une note d’espoir dont ces deux pays ont terriblement besoin. Soixante-dix ans après la partition, les problèmes géo-politiques liés à cette dernière sont plus présents que jamais. Le film de Chadha permet d’en dégager les causes. C’est déjà beaucoup.

V.o. : hindi, anglais ; s.-t.a.
Viceroy’s House

Genre : Drame historique – Origine : Grande-Bretagne, Inde – Année : 2016 – Durée : 1 h 46 – Réal. : Gurinder Chadha – Int. : Hugh Bonneville, Gillian Anderson, Manish Dayal – Dist. : MK2 – Mile End

Horaires
@ Cineplex

Classement
Non classé

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon. ★★ Moyen. Mauvais. ½ [Entre-deux-cotes] – LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

Séquences_Web

2017 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.