En salle à Montréal

Paul à Québec

16 septembre 2015

RÉSUMÉ SUCCINCT
En 1999, Paul et sa conjointe, Lucie, sont à la recherche d’une première maison à Montréal. Le défi est de taille pour cet employé d’un atelier d’imprimerie qui vit « accoté » depuis 16 ans. La valeur du marché immobilier a considérablement augmenté sur l’île. À l’occasion de la Saint-Jean-Baptiste, ils vont visiter les parents retraités de Lucie, Roland et Lisette, à Saint-Nicolas, près de Québec. C’est là que Lucie et ses sœurs apprennent une nouvelle familiale.

LE FILM DE LA SEMAINE

Paul à Québec_En salle

LA VIE TELLE QUELLE

Patricia Robin
CRITIQUE
★★★

Le très encensé bédéiste Michel Rabagliati, dont Paul est l’alter ego depuis 1999 avec Paul à la campagne, troque la table à dessin pour se transposer au grand écran. Loin de s’afficher comme un super héros à la Marvel ou DC Comics, Paul s’avère un Québécois moyen sans pouvoir surnaturel, qui ne défend ni veuve ni orphelin, ne dispose que de son sens de l’observation, de sa sensibilité et de ses facultés d’évocation pour s’inscrire dans des histoires personnelles rappelant le Québec de l’après-Révolution tranquille. Témoin des changements de notre société, il passe en revue les événements qui l’ont marquée depuis cinquante ans. Pour les besoins du film, il a pigé avec François Bouvier dans les précédents albums pour étoffer son personnage principal qui, pour une fois, ne retourne pas dans son propre passé, mais bien dans celui de son beau-père agonisant.

Ce qui touche surtout, c’est la représentation
lumineuse et dynamique de cette famille
tissée serrée au cœur de laquelle Paul s’insère.

Les puristes de l’œuvre initiale constateront que le roman graphique a été modifié pour son passage au cinéma ; on n’insiste pas sur les espoirs nationalistes des jeunes, on donne surtout la place aux deux maisonnées, celle de la conjointe de Paul et la sienne, que l’autoroute 20 et la défunte halte du réputé Madrid séparent. L’animation et la facture scripturale de Rabagliati ponctuent la chronique qui débute à la fête de la Saint-Jean de 1999. Ce qui touche surtout, c’est la représentation lumineuse et dynamique de cette famille tissée serrée au cœur de laquelle Paul s’insère. Malgré les opinions et les faits qui les opposent, Paul et son beau-père développent une complicité père-fils par procuration touchante sans être larmoyante. La dégaine de François Létourneau, tel un Pierrot la Lune, contraste avec les idées bien arrêtées du père de sa blonde, et ce duo Sicotte-Létourneau évolue sur la pointe des pieds, tout en nuances, alors que les filles (Julie Le Breton, Brigitte Lafleur et Myriam Leblanc) entourent leur mère (Louise Portal) avec dévotion. L’intérêt du travail de Bouvier consiste à établir efficacement et avec très peu de répliques le caractère de chaque personnage.

Bien qu’énergique, le film n’est pas verbeux ; les informations livrées de façon fluide permettent de dresser le portrait de cette famille bouleversée par la maladie du patriarche. On assiste doucement au départ du père mais aussi à la construction des existences de chacun, parce que la vie doit continuer. Et non seulement elle se poursuit, mais elle pousse Paul à réaliser son destin de bédéiste. Cette plongée dans l’univers en noir et blanc de Michel Rabagliati s’avère une réussite cinématographique grand public très colorée. La distribution, les sujets sensibles abordés, la mise en scène efficace, les réparties tant acérées qu’humoristiques, la musique de Benoît Charest et les rappels d’animation caractéristiques de l’auteur en font une production qui saura plaire au plus grand nombre tout en mettant la table pour le prochain tome de la série, Paul dans le Nord, dont la sortie est prévue pour le mois d’octobre, toujours aux éditions La Pastèque.

 revuesequences.org

Sortie : vendredi 18 septembre 2015
Version originale  :  français

Genre : Comédie dramatique – Origine : Canada [Québec] – Année : 2015 – Durée : 1 h 38 – Réal. : François Bouvier – Int. : François Létourneau, Gilbert Sicotte, Julie LeBreton, Brigitte Lafleur, Myriam Leblanc, Louise Portal –  Dist. / Contact : Remstar.
Horaires : @ Beaubien Cineplex Excentris

CLASSIFICATION
Tout public

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon. ★★ Moyen. Mauvais. ½ [ Entre-deux-cotes ] – LES COTES REFLÈTENT UNIQUEMENT L’AVIS DES SIGNATAIRES.

2017 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.