En salle à Montréal

Matthias et Maxime

14 octobre 2019

Semaine 41
du 11 au 17 octobre 2019

RÉSUMÉ SUCCINCT
Matthias et Maxime sont amis depuis l’enfance. La famille du premier a toujours accueilli à bras ouverts le second, fils d’une mère toxicomane de condition modeste. Malgré leurs différences, ils ont su rester proches, formant un noyau dur au sein d’une petite bande hétéroclite et festive. Mais…

Primeur
LE FILM de la semaine
Texte : Élie Castiel

★★★★ 

La cicatrice intérieure

Le récent film de Xavier Dolan aurait pu être une œuvre sournoisement écorchée, captive des sentiments amoureux qui n’osent s’exprimer au grand jour. Mais Dolan le transforme en film sur l’amitié, même si la séquence du baiser volontaire et non pas celui « joué » contient l’essence même du film et les masques qui finissent par tomber. Jamais film québécois n’aura filmé aussi esthétiquement et avec une subtilité sans pareille des moments de baiser amoureux homosexuel.

Si le Québec se prétend être ouvert d’esprit sur les questions LGBTQ , le cinéma, lui, est encore frileux, contrairement, par exemple, aux productions ontariennes. Le réalisateur de l’ambigu The Life and Death of John F. Donovan ose se prononcer et il est souhaitable qu’il ouvre la voie vers la bonne direction. La direction photo d’André Turpin se sent à chacun des instants que partagent ces amis de longue date, à chaque scène intime, à chaque plan. La présence du réalisateur, sorte d’effet miroir sur sa filmographie, repose aussi sur un rapport au cinéma qui tient de la sémantique, car il est fait de signes, de métaphores, de liens particuliers, comme la présence d’Anne Dorval en « mère indigne », référence à ses autres rôles dans les films de Dolan, mais également aux thèmes chers au réalisateur.

On pourra émettre des réserves quant au français utilisé. Heureusement, les sous-titres anglais aident à la compréhension du récit. Mais ce phénomène est d’ordre mondial. Il y a là, chez quelques individus d’une certaine génération, un problème d’articulation. Mais bon!

… c’est au puissant Gabriel D’Almeida Fretas qu’en revient la Palme. Si les choses se passent comme elles le devraient, on est tenu de voir ce comédien plus souvent. Il habite chaque instant, se donne aux exigences du métier et, mine de rien, nous laisse un sentiment de grâce, rarement atteint. Nul doute que Matthias et Maxime est un film amoureux.

Effectivement, Matthias et Maxime, titre qui trace la ligne de démarcation entre les autres personnages et ceux évoqués, souligne en quelque sorte une histoire d’amour qui tient sur une corde raide. La séquence finale montre, malgré un semblant de happy-end, les zones grises qui alimentent nos sentiments. Effectivement, le film de Dolan aurait pu faire transparaître un récit heurté, égratigné; il finit par être une cicatrice qu’on tente de guérir.

Dolan, comme toujours, assure son jeu par sa présence charismatique. Mais c’est au puissant Gabriel D’Almeida Fretas qu’en revient la Palme. Si les choses se passent comme elles le devraient, on est tenu de voir ce comédien plus souvent. Il habite chaque instant, se donne aux exigences du métier et, mine de rien, nous laisse un sentiment de grâce, rarement atteint. Nul doute que Matthias et Maxime est un film amoureux.

FICHE TECHNIQUE
Sortie
Vendredi 11 octobre 2019

Réal.
Xavier Dolan

Genre(s)
Drame

Origine(s)
Canada [Québec]

Année : 2019 – Durée : 2 h

Langue(s)
V.o. : français; s.-t.a.

Matthias & Maxime

Dist. @
Les Films Séville

Classement
Tous publics
[ Déconseillé aux jeunes enfants ]

En salle(s) @
Cinéma Beaubien
Cinéma du Parc
Cineplex

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel.  ★★★★ Très Bon.  ★★★ Bon.
★★ Moyen.   Mauvais. 0 Nul.
½ [ Entre-deux-cotes ]

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.