En salle à Montréal

Le cygne de cristal

19 septembre 2019

Semaine 38
du 20 au 26 septembre 2019

RÉSUMÉ SUCCINCT
En 1996, Velya dépose sa demande de visa auprès de l’ambassade américaine de Minsk. Son document contient une fausse information sur son passé et, pour ne pas essuyer un refus, elle se rend dans le petit village de Khrystal.

< PRIMEUR >
Critique

ÉLIE CASTIEL

★★★ ½

Mi-figue mi-raisin

Après quelques courts sujets, un premier long métrage, Le cygne de cristal, gagnant de plusieurs récompenses, dont le Golden Duke à l’Odessa International Film Festival 2018. L’époque, fin des années 1990. Le lieu : une Union soviétique devenue Russie et en pleine transition vers la liberté et la prise de soi des individus.

Une jeune fille, belle et charmante, qui rêve d’aller en Amérique car elle croit encore à ce rêve mythique. De toute façon, c’est dans un ailleurs rigoureux et paternaliste qu’elle a vécu. Des personnages qu’on ne voit que dans les films des pays de l’Est. Pour la sensibilité occidentale, libre celle-ci, du moins en principe, un effort doit être fait pour comprendre ces nouvelles mentalités qui, finalement, prennent le soin de s’affirmer comme des individu(es) à part entière.

Mais Le cygne de cristal, c’est aussi conserver ces bonnes vieilles habitudes de la débrouille, comme pour essayer d’obtenir des papiers qui pourront permettre d’avoir un visa de séjour dans un ailleurs libre. Entre le drame et la comédie existentielle, le premier essai de Darya Zhuk est avant tout un devoir de mémoire, une œuvre essentielle dans sa filmographie à peine émergente, une carte de visite qui sans doute donnera à ses futurs projets un véritable sens narratif et un style formel. À moins qu’elle ne soit digérée, comme de nombreux étrangers, par la machine hollywoodienne.

Il n’y a là que la métaphore d’une société qui tout en se brisant, peut très bien se rebâtir. Pour le meilleur ou pour le pire, ou encore pour le meilleur et pour le pire.

En attendant, nous ne pouvons que louer sa mise en scène alerte, son amour des personnages et plus que tout, un désir de cinéma qui transparaît à chaque instant. On ne peut que louer le jeu impeccable de la jeune Alina Nasiboullina, charmante, prise entre deux modes de pensée, l’occidental et le local, prête à tout pour affronter les défis et créant des stratèges rusés pour détourner un système qui a du mal à disparaître.

Mais que vient faire ce cygne de cristal? On ne le verra qu’un seule fois à l’intérieur d’une sorte de canasta transparente. Il n’y a là que la métaphore d’une société qui tout en se brisant, peut très bien se rebâtir. Pour le meilleur ou pour le pire, ou encore pour le meilleur et pour le pire.

F I C H E
TECHNIQUE

Sortie
Vendredi 20 septembre 2019

Réal.
Darya Zhuk

Genre(s)
Drame

Origine(s)
Russie / Biélorussie

Allemagne / États-Unis

Année : 2018 – Durée : 1 h 33

Langue(s)
V.o. : russe; s.-t.f.

Krustal

Dist. @
K-Films Amérique

Classement
Tous publics

En salle(s) @
Cinéma Beaubien
Cineplex

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel.  ★★★★ Très Bon.  ★★★ Bon.
★★ Moyen.  Mauvais. 0 Nul.
½ [ Entre-deux-cotes ]

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.