En salle

Honeyland

19 septembre 2019

Semaine 38
du 20 au 26 septembre 2019

RÉSUMÉ SUCCINCT
Dans un village situé dans une région désertique montagneuse, Hatidze, une femme dans la cinquantaine, porte un regard attentif sur des ruches gorgées de miel construites par les abeilles dans les rochers. Un jour, son mode de vie routinier se voit passablement perturbé par l’arrivée d’une famille nombreuse qui s’intalle dans une maison voisine abandonnée.

< PRIMEUR >
Critique
LUC CHAPUT

★★★ ½

Les travaux et les jours d’une pauvre monarque

Dans un plan très large pris à vol d’oiseau ou plutôt de drone, une paysanne marche dans une vallée et monte un escarpement pour cheminer à pas lents sur un rebord étroit. Elle atteint un coffre-fort qu’elle seule connaît. C’est une ruche cachée derrière une pierre plate qu’elle ouvre. Utilisant un fumigène ancestral, elle récolte la moitié des alvéoles de miel qu’elle place dans un récipient conique. Sa voix accompagne cette cueillette, parlant à ses abeilles avec lesquelles elle vit en harmonie précaire.

Hatidze Muratova et Nazife, sa mère paralytique, vivotent dans une petite maison sans eau courante ni électricité des maigres produits de la terre dans un village abandonné de cette Macédoine du Nord, pays qui a changé quelquefois de nom depuis la fin de la Yougoslavie. Des visites épisodiques à Skopje, la capitale et la plus grande ville de cette contrée, constituent les rares moments où elle voit plus de gens et peut vendre ce miel.

Les réalisateurs Tamara Kotevska et Ljubomir Stefanov ont passé trois ans dans ce village et ont récolté plus de quatre cents heures de tournage par les cameramen Fejmi Daut et Samir Ljumas. Cet accompagnement lent et précis a permis de capter également de nombreuses séquences à la lumière de chandelles et des scènes en presque obscur où deux femmes conversent laconiquement et qui ont transmis l’une à l’autre le sens de l’échange avec ces ruches.

L’alternance entre les plans à contre-jour de deux êtres d’âge différent escaladant une forte pente et des scènes intérieures nous a fait côtoyer, pendant un temps court mais fourni cette existence aux changements lents de ruraux dans une région pas si éloignée des métropoles européennes.

Hussein Sam, son épouse Ljutvie et leurs sept enfants habitant une caravane dégingandée conduisent un troupeau de bovins dans le village de Hatidze et s’y installent. Hussein est un homme frustre qui mène le plus souvent à la dure sa famille et qui s’aperçoit des possibilités commerciales de ce miel. Sa volonté du profit à court terme aura de mauvaises conséquences et les réalisateurs accompagnent cette confrontation plus ou moins feutrée donnant à certains des enfants une place plus grande.

L’alternance entre les plans à contre-jour de deux êtres d’âge différent escaladant une forte pente et des scènes intérieures nous a fait côtoyer, pendant un temps court mais fourni cette existence aux changements lents de ruraux dans une région pas si éloignée des métropoles européennes.

F I C H E
TECHNIQUE

Sortie
Vendredi 20 septembre 2019

Réal.
Tamara Kotevska
Ljubovir Stefanov

Genre(s)
Documentaire

Origine(s)
Macédoine du Nord

Année : 2019 – Durée : 1 h 26

Langue(s)
V.o. : turc; s.-t.a. ou s.-t.f.

Le royaume des abeilles
Medena Zemja

Dist. @
MK2 | Mile End

Classement
Tous publics

En salle(s) @
Cinéma du Parc
Cineplex

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel.  ★★★★ Très Bon.  ★★★ Bon.
★★ Moyen.   Mauvais. 0 Nul.
½ [ Entre-deux-cotes ]

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.