En salle à Montréal

Jeune Juliette

9 août 2019

PRIMEUR
| Semaine 32 |
Du 9 au 15 août 2019
 

RÉSUMÉ SUCCINCT
Juliette, 14 ans, habite une banlieue tranquille avec son père et son frère aîné, Pierre-Luc, leur mère étant partie il y a longtemps. À l’école, elle se démarque par ses excellents résultats et sa culture générale, tout comme sa seule amie Léane. Tandis que l’année scolaire tire à sa fin, Juliette prend conscience de sa condition et se rebelle doucement.

< CRITIQUE >
Élie Castiel

★★★  ½

L’ADOLESCENCE

Avec Nuit #1, Anne Émond nous faisait découvrir une proposition inspirée par le goût inné du cinéma. Amours au cours desquelles elle et lui négociaient les termes d’une possible relation pourtant vouée à l’échec.

Ici, l’adolescence au féminin prend un tournant décisif dans le cinéma québécois même si Chloé Robichaud s’en était chargée avec des personnages un peu plus âgé(es) dans Sarah préfère la course. Ce qui n’empêche pas la « jeune » Juliette de s’émanciper à travers le récit succulent d’un apprentissage tout à fait original. Effectivement, un âge souvent hostile, où l’on a hâte de grandir, où les hormones circulent à une vitesse incontrôlable, où les amours interdites osent se manifester malgré l’atmosphère régnant dans ces écoles secondaires bourgeoises, où tous semblent contre tous.

Et une fois n’est pas coutume, la cinéaste arbore les drapeaux de la diversité (culturelle) sans nuire à sa propre appartenance québécoise. Au contraire, l’intégration et l’assimilation positive n’ont jamais paru aussi essentielles et si délicatement illustrées.

Pour Anne Émond, c’est la possibilité de filmer quelque chose de rare dans le cinéma d’aujourd’hui : la subtilité. Ou encore l’art de séduire le spectateur intellectuellement en le forçant à sentir, comprendre, saisir le poids des gestes et des émotions. Sortir de la projection avec un nouveau regard sur la vie.

On peut s’étonner devant l’interprétation sentie de tous les comédiens, même ceux et celles dans des rôles secondaires, mais aussi de voir un Robin Aubert (magnifique dans celui du père) et l’excellente Alexane Jamieson, brillante, nouvelle venue qui annonce un proche avenir lumineux pour notre cinéma.

Et une fois n’est pas coutume, la cinéaste arbore les drapeaux de la diversité (culturelle) sans nuire à sa propre appartenance québécoise. Au contraire, l’intégration et l’assimilation positive n’ont jamais paru aussi essentielles et si délicatement illustrées.

FICHE TECHNIQUE
Sortie
Vendredi 9 août 2019

Réal.
Anne Émond

Genre(s)
Comédie dramatique

Origine(s)
Québec [Canada]

Année : 2019 – Durée : 1 h 37

Langue(s)
V.o. : français; s.-t.a.

Young Juliette

Dist. @
Les Films 4tiers

Classement
Tous publics

En salle(s) @
Cinéma Beaubien
Cineplex

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel.  ★★★★ Très Bon.  ★★★ Bon.
★★ Moyen.  Mauvais. 0 Nul.
½ [ Entre-deux-cotes ]

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.