Fantasia 2019

16 août 2019

< ÉVÈNEMENT >
Sophie Leclair-Tremblay

LES PERLES

Cette année encore, les cinéphiles furent propulsés au coeur des montagnes russes que proposaient cette 23e édition du Festival international de films Fantasia. Malgré une sélection pléthorique à l’allure inégale, tout était en place pour combler les indéfectibles, et certaines œuvres s’avérèrent être les secrets bien gardés du festival. Toutefois, plusieurs de ces perles ne furent présentées qu’une fois, engendrant possiblement une certaine frustration chez les cinéphiles désireux de visionner le chef-d’œuvre louangé par des amis.

Dare to Stop Us

En premier lieu, ​Dare to Stop Us (Tomerareru ka, oretachi o), long métrage de Kazuya Shiraishi – récipiendaire du prix Séquences – est sans conteste l’une des plus belles trouvailles de cette édition. Biopic éclaté relatant le sillage du cinéaste Koji Wakamatsu, le film se veut un puissant hommage à l’impact qu’eut le cinéma de ce dernier, révolutionnaire, profondément ancré dans la contre-culture japonaise. Il s’agit d’un portrait incisif de l’état d’âme d’un cinéma prenant place au cœur d’une société en pleine transformation, et ce, par l’entremise du regard d’une femme, venant aborder la place qu’une assistante-réalisatrice pouvait avoir dans cet univers contestataire où les réflexions politiques et existentielles ne viennent jamais sans miroir cinéphilique passionnel.

The ​Miracle of the Sargasso Sea​

Il est impossible de ne pas faire mention de la perle de cinéma grec The ​Miracle of the Sargasso Sea (To thávma tis thálassas ton Sargassón), de Syllas Tzoumerkas. Cette brillante proposition porte un regard sur une communauté énigmatique dont les tourments semblent provenir de la complexité des lieux, des mythes et des vestiges de leur passé. Bercé par la présence environnante de la mer des Sargasses, le spectateur se retrouve immergé dans la noirceur de l’affaire criminelle prenant place dans le récit – et surtout dans celle des deux principales protagonistes, personnages féminins dont l’intensité et le mal-être se révèlent inoubliables.

Enfin, le long-métrage House of Hummingbird(Beol-sae), de Kim Bora, est une autre grande découverte de 2019. Le film propose une incursion poétique à travers le parcours initiatique d’une adolescente grandissant à Séoul en 1994 au coeur d’une famille dysfonctionnelle. La maîtrise formelle de l’œuvre épouse avec exception la délicatesse du propos, exprimant avec intelligence l’univers intérieur du personnage principal, dans sa découverte du monde et d’elle-même.

House of Hummingbird

P R I X
SÉQUENCES

« Pour son évocation complexe d’une époque révolutionnaire du cinéma nippon, pour son personnage féminin central qui donne une autre vision du milieu et pour sa mise en scène expressive », le Jury de la revue Séquences à Fantasia 2019 remet son prix à Dare to Stop Us (Tomerareru ka, oretachi o) de Kazuya Shiraishi.

Une mention est accordée au film grec The Miracle of the Sargasso Sea (To thávma tis thálassas ton Sargassón) de Syllas Tzoumerkas.

Le jury de cette revue qui fêtera en 2020 son 65e anniversaire était composé de Pascal Grenier, Sophie Leclair-Tremblay et Luc Chaput. Le jury remercie l’équipe du festival pour son soutien attentionné.

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.