En salle à Montréal

The Art of Self-Defense

18 juillet 2019

PRIMEUR
| Semaine 29 |
Du 19 au 25 juillet 2019

RÉSUMÉ SUCCINCT
Après s’être fait attaquer dans la rue en pleine nuit par un gang de motards, le timide comptable Casey décide de s’inscrire à des cours de karaté afin de pouvoir se protéger en cas de nouvelle agression.

< BRÈVE >
Élie Castiel

★★★

Il suffit simplement d’appuyer

Trois courts métrages depuis 2011 et un premier long (Faults) en 2014, film, entre autres, sur le thème de la manipulation. Sujet bien aiguisé dans The Art of Self-Defense grâce à une mise en scène minimaliste guidée en partie par un dialogue quasi-récitatif, ne s’embarrassant guère de cette approche surréaliste et inusitée de la fiction. Comme candidats au jeu sournois de l’interprétation, deux hauts calibre, Jesse Eisenberg – il donne l’impression qu’il est comme ça dans la vraie vie –, distant, pour certains, irrésistible, pour d’autres, irritant, et tout particulièrement Alessandro Nivola rendant son personnage à la masculinité ambigüe aussi pathétique que sensuel. Il y a, il faut l’admettre, une puissante charge érotique dans ce film sur les glissements progressifs de l’état des lieux du mâle contemporain ne cessant maladroitement de se chercher et se retrouvant parfois dans un rituel à la testostérone faussement salutaire qui le et nous dépasse. Au centre de tout cela, une petite souris (Eisenberg/Casey) essayant d’échapper à tous ces gros chats… et redonnant finalement le droit à la seule femme du groupe (très convaincante Imogen Poots (Anna) de s’affranchir dans cet art inusité de l’autodéfense. Finalement, Casey aura eu raison : « un petit tour et puis s’en va… ».

Il y a, il faut l’admettre, une puissante charge érotique dans ce film sur les glissements progressifs de l’état des lieux du mâle contemporain ne cessant maladroitement de se chercher et se retrouvant parfois dans un rituel à la testostérone faussement salutaire qui le et nous dépasse.

FICHE TECHNIQUE
Sortie
Vendredi 19 juillet 2019

Réal.
Riley Stearns

Genre(s)
Comédie dramatique

Origine(s)
États-Unis

Année : 2019 – Durée : 1 h 44

Langue(s)
V.o. : anglais / Version française

L’art de l’autodéfense

Dist. @
TVA Films

Classement
Interdit aux moins de 13 ans
[ Violence ]

En salle(s) @
Cineplex

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel.  ★★★★ Très Bon.  ★★★ Bon.
★★ Moyen.  Mauvais. 0 Nul.
½ [ Entre-deux-cotes ]

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.