En salle à Montréal

Midsommar

4 juillet 2019

PRIMEUR
| Semaine 27 |
Du 5 au 11 juillet 2019
 

RÉSUMÉ SUCCINCT
Dani et Christian forment un jeune couple dont la relation bat de l’aile. Suite à une tragédie familiale qui les rapprochent, Dani décide d’accompagner Christian et ses amis lors d’un voyage unique au festival Midsommar dans un village éloigné de Suède. Ce qui commence par des vacances d’été sans tracas prend une tournure sinistre.

 < BRÈVE >
Élie Castiel

★★★
Un méchant conte de fées

Nul doute que le réalisateur de Hereditary (2018) a trouvé son public comme le confirme parfois avec insistance Midsommar. L’originalité, qu’on soit adepte ou non du genre abordé, réside avant tout dans la proposition d’Ari Aster : déconstruire le film d’épouvante en lui attribuant des codes, jusque-là, non utilisés. Le film a lieu en pleine compagne, en plein jour (ensoleillé), situant l’horreur plus graphiquement et la rendant encore plus saisissante. Une secte païenne dont les origines se perdent probablement dans la nuit des temps procède à ses rites annuels. La modernité (la bande de jeunes étrangers) se heurte à un ancien monde totalement inventé pour la circonstance. Le cinéaste cède parfois aux effets associés aux genre d’horreur. Certains plans sont vraiment troublants1 – on ne vous dira rien – laissant une sensation de profond malaise. Nous avons également droit à un étude psychologique des personnages qui place les rapports contemporains dans une sphère de total égocentrisme et d’apathie envers l’autre. Le jeu des comédiens, et plus particulièrement celui de Florence Pugh et de Jack Reynor, s’avère assez adroit.

1 Par curiosité, j’ai consulté le classement par catégories de spectateurs des provinces canadiennes comparé à celui du Québec : toutes affichent le film « interdit aux moins de 18 ans ». Le Québec seulement indique « interdit aux moins de 16 ans ». La raison? Localement, une ouverture d’esprit plus alerte à l’air du temps ou simplement… pour des raisons purement économiques (accès à un plus grand nombre de spectateurs)?

FICHE TECHNIQUE
Sortie
Vendredi 5 juillet 2019

Réal.
Ari Aster

Genre(s)
Suspense d’horreur

Origine(s)
États-Unis – Suède

Année : 2019 – Durée : 2 h 09

Langue(s)
V.o. : anglais, suédois; s.-t.a. /

français, suédois; s.-t.f.
Solstice d’été

Dist. @
Entract Films

Classement
Interdit aux moins de 16 ans

En salle(s) @
Cinéma du Parc
Cineplex

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel.  ★★★★ Très Bon.  ★★★ Bon.
★★ Moyen.  Mauvais. 0 Nul.
½ [ Entre-deux-cotes ]

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.