En salle à Montréal

Duelles

4 juillet 2019

 

PRIMEUR
| Semaine 27 |
Du 5 au 11 juillet 2019

RÉSUMÉ SUCCINCT
Face à face angoissant entre deux femmes, Alice et Céline, qui étaient les meilleures amies du monde jusqu’à ce qu’un évènement tragique vienne bouleverser leur quotidien.

< CRITIQUE  >
Élie Castiel

★★★

LE MIROIR AUX ALOUETTES

L’ombre d’Alfred Hitchcock plane sur le troisième long métrage d’Olivier Masset-Depasse, dont on avait apprécié Illégal (2010) à sa juste valeur. Ici, les ficelles du suspense psychologique suivent une tangente parfois excessive, mais on est prêt à savourer ces légers faux pas tant le récit abonde en rebondissements fructueux. Il y a, dans le montage de Mathieu Keyeux – Les chevaux de feu (2012), de Nabil Ayouch – une économie qui n’alourdit pas le récit, s’en tenant aux détails importants.

Le duel entre les deux protagonistes principales n’est pas seulement une question de jeu solide, à la fois introverti et son contraire, mais également le résultat d’une mise en image signée Hichame Alaouie – Nu propriété (2006), de Joachim Lafosse – qui, à l’instar de Keyeux, privilégie l’essentiel, même dans une dernière partie caricaturant dans un sens le film d’horreur, version soft, mais efficace.

Deux comédiennes nées qui se regardent et enchaînent à tour de rôle des moments de pure bravoure. Comme chez Hitchcock, ici aussi, les apparences sont quelquefois trompeuses. Jouissivement perfide.

Dans l’ensemble, il y a un raffinement agréable aux évocations cinéphiliques évidentes, comme celles rappelant Douglas Sirk, le récit ayant lieu au très début des années 1960 dans une France indéterminée, tant le lieu rappelle le meilleur d’un certain mélodrame des petites villes embourgeoisées américaines de ces années.

Le jeu des interprètes va également dans ce sens. Les maris (très convaincants Mehdi Nebbou et Arieh Worthaler), ainsi que le jeune Jules Lefebvre qui illumine l’écran par son cynisme candide et à la fois éclatant. Si la tendance se maintient, il est promis à un bel avenir. Et puis Veerle Baetens et Anne Coesens dans une lutte d’égale à égale, somptueuses, préférant la complicité à la rivalité. Deux comédiennes nées qui se regardent et enchaînent à tour de rôle des moments de pure bravoure. Comme chez Hitchcock, ici aussi, les apparences sont quelquefois trompeuses. Jouissivement perfide.

FICHE TECHNIQUE
Sortie
Vendredi 5 juillet 2019

Réal.
Olivier Masset-Depasse

Genre(s)
Suspense

Origine(s)
France / Belgique

Année : 2018 – Durée : 1 h 37

Langue(s)
V.o. : français

Duelles

Dist. @
Axia Films

Classement
Interdit aux moins de 13 ans

En salle(s) @
Cinéma Beaubien

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel.  ★★★★ Très Bon.  ★★★ Bon.
★★ Moyen.  Mauvais. 0 Nul.
½ [ Entre-deux-cotes ]

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.