En salle à Montréal

Pavarotti

6 juin 2019

PRIMEUR
| Semaine 23 |

Du 7 au 13 juin 2019

RÉSUMÉ SUCCINCT
Ron Howard propose une exploration de The Voice … The Man … The Legend. Luciano Pavarotti a donné sa vie à la musique et une voix au monde.

< Critique >
Anne-Christine Loranger

★★★ ½

MOSAÏQUE AUTOUR D’UNE ROCK STAR DE L’OPÉRA

Le réalisateur Ron Howard est connu mondialement pour ses films à grands déploiements portant sur des personnages historiques : Apollo 13 (1995), A Beautiful Mind (2001), Frost/Nixon (2008) ainsi que toute la série des romans de Dan Brown mettant en vedette Tom Hanks dans le personnage de Robert Langdon. Petit génie du film ‘à contenu’, Howard n’en demeure pas moins un cinéaste hollywoodien qui réalise des films pour le grand public. On pourrait donc être surpris par son choix de tourner un documentaire sur un chanteur d’opéra. Mais voilà, il s’agit de Luciano Pavarotti, le chanteur classique ayant le plus ouvert les portes de son art à un plus large public et celui ayant le plus mêlé les genres avec, entre autres, sa série des Pavarotti and Friends et les concerts The Three Tenors en compagne de José Carreras et Plácido Domingo.

De son enfance de très modeste fils d’un boulanger à Modène jusqu’à ses triomphes sur les plus grandes scènes du monde, Ron Howard dessine, à force de photos d’archives et de nombreuses entrevues, le portrait d’un bon vivant au cœur tendre, parfois difficile à vivre, adorant être bichonné par les femmes et respectant profondément son travail d’artiste. Si le voyage est parfois un peu rapide (on aurait voulu des entrevues approfondies), il permet de compléter un tour d’horizon en abordant quelques îles peu connues de l’archipel pavarottien, celui de sa famille, de ses filles et de ses nombreuses activités caritatives. Lady Diana, Angela Georghiu, Nelson Mandela émaillent le parcours des célébrités apparaissant à l’écran. Une remarquable entrevue avec Bono explique la genèse de la chanson Miss Sarajevo et la façon dont Pavarotti poussa le chanteur rock à écrire cette chanson en vue d’un concert de charité pour les enfants de Bosnie.

… le chanteur classique ayant le plus ouvert les portes de son art à un plus large public et celui ayant le plus mêlé les genres avec, entre autres, sa série des Pavarotti and Friends et les concerts The Three Tenors en compagne de José Carreras et Plácido Domingo.

C’est Bono, finalement, qui aura les meilleurs mots pour décrire ‘l’effet Pavarotti’: «Il est immense parce qu’il a vécu toutes ces chansons. Tu entends cela dans les fissures de sa voix. Bien sûr, ce sont des chansons très connues, alors la seule façon de les interpréter est d’y mettre toute sa vie, ses erreurs, ses espoirs et ses désirs. C’est ce qu’il fait et, ce faisant, il te brise ton putain de cœur!»1

Une belle occasion de revisiter la vie de la plus grande star de la fin du XXe siècle. Et aussi, peut-être d’avoir le cœur un petit peu brisé.

1 Nous pouvons témoigner qu’après avoir entendu le chant final de Caravadossa dans Tosca au MET et au Semperoper de Dresde ; c’est en l’écoutant chanté par Pavarotti sur notre ordinateur dans un bureau surchauffé que nous avons fondu en larmes.

FICHE TECHNIQUE
Sortie
Vendredi 7 juin 2019

Réal.
Ron Howard

Genre(s)
Documentaire

Origine(s)
États-Unis

Grande-Bretagne

Année : 2019 – Durée : 1 h 54

Langue(s)
V.o. : multilingue / s.-t.a.
Pavarotti

Dist. @
Métropole Films

En salle(s) @
Cineplex

Classement
Tous publics

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel.  ★★★★ Très Bon.  ★★★ Bon.
★★ Moyen.  Mauvais. 0 Nul.
½ [ Entre-deux-cotes ]

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.