En salle à Montréal

Shadow

9 mai 2019

| PRIMEUR |
Semaine 19
Du 10 au 16 mai 2019

RÉSUMÉ SUCCINCT
Dans un royaume gouverné par un roi jeune et imprévisible, le commandant militaire dispose d’une arme secrète : une  » ombre « , un sosie qui peut duper ses ennemis et le roi lui-même. Il va utiliser cette arme dans un plan complexe qui mènera son peuple à la victoire.

Coup de CŒUR >
Élie Castiel

★★★★ ½

DE SABRES ET DE FOLIE

Après The Great Wall (2016), avec un Matt Damon inhabituel, retour aux sources nationales pour Zhang Yimou. Hommage aux Kobayashi, Kurosawa et autres Imamura de ce monde, de ce cinéma dont l’affect esthétique suffisait pour considérer ces films de chefs-d’œuvre.

Dans Shadow, la mise en scène, théâtrale, non loin de l’opéra épique chinois n’a jamais autant visé sur le dialogue, omniprésent, comme la préparation d’un récit de vengeance, de pouvoir et de violence. D’où la circularité omniprésente de l’ensemble, directement illustrée par ces parapluies d’une esthétique hallucinante qui deviennent des armes à double tranchant et que le cinéaste utilise avec un goût prononcé du raffinement.

En effet, il s’agit d’un film dont l’élaboration se situe à deux niveaux. Le fictionnel, là où les rapports entre les personnages, les différentes formes de dialogue, les us, coutumes et rituels associés au pouvoir deviennent des mises en situation d’une élégance rarement vue ; et puis les scènes de combat, de pures chorégraphies que la caméra capte avec autant d’entrain que de volupté. Ces confrontations ont lieu dans des extérieurs rigides ou des intérieurs sophistiqués, surréalistes et dont le caractère circulaire aux tonalités de noir et surtout de gris opère de mille et une façons.

Une œuvre difficile qui réconcilie intelligemment avec un cinéma rare par les temps qui courent.

Cinéma de genre ou autre? On est en droit de se poser la question. Le sang après un combat est ici un fluide corporel totalement esthétisé, comme en dehors du temps. Seule l’expression du visage montre la côté dramatique de la lutte, la souffrance, le délire avant la mort.

Et puis un récit un peu (trop) alambiqué où il est difficile de retenir ou plutôt saisir les véritables enjeux. Les maîtres Japonais évoqués sont peut-être présents dans ce type de Noh intimement morbide, mais la caractéristique chinoise est intacte et illustre fidèlement ses influences culturelles. Une œuvre difficile qui réconcilie intelligemment avec un cinéma rare par les temps qui courent.

Meilleur(es) Direction photo. Costumes. Direction artistique. Son.
Asian Film Awards 2019

FICHE TECHNIQUE
Sortie
Vendredi 10 mai 2019

Réal.
Zhang Yimou

Origine(s)
Chine
Hong Kong

Année : 2018 – Durée : 1 h 56

Langue(s)
V.o. : mandarin / s.-t.a.

Ying

Genre(s)
Drame historique

Dist. @
A-Z Films

Classement
Interdit aux moins de 13 ans
[ Violence ]

En salle(s) @
Cineplex

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel.  ★★★★ Très Bon.  ★★★ Bon.
★★ Moyen.  Mauvais. 0 Nul.
½ [Entre-deux-cotes]

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.