En salle

Virus tropical

31 janvier 2019

| PRIMEUR |
Semaine 05
Du 1er au 7 février 2019

RÉSUMÉ SUCCINCT
Née d’un père prêtre et d’une mère qui ne peut plus avoir d’enfants, Paola grandit entre l’Équateur et la Colombie dans une famille haute en couleurs. Entourée de personnalités féminines fortes, elle développe une vision du monde singulière et trouve peu à peu sa place dans un monde qui ne l’attendait pas. Adapté de la bande dessinée de Powerpaola.

CRITIQUE
| Élie Castiel |

★★★★

FEMMES AU BORD DE LA CRISE DE NERFS

L’ARTISTE DE BANDES DESSINÉES POWERPAOLA Paola Gaviria) a une imagination fertile. Son roman autobio(graphique) respire quelque chose qui relève de l’aventure humaine, et plus particulièrement de ce qui mène de la naissance à la maturité, tout en soulignant la richesse du dessin. Pour une raison qui nous échappe, ou plutôt si, en ce qui touche la narration, on peut penser au récent Roma d’Alfonso Cuarón qui, lui, opte pour des personnages réels.

Quoi qu’il en soit, Santiago Caicedo a eu la main heureuse dans cette adaptation, apparemment, porteuse de nombreuses années de travail et qui constitue son premier long métrage. Humour, cynisme, tendresse, condition des femmes dans une Amérique latine encore et toujours machiste, réflexion sur la religion; mais le tout assaisonné d’une approche décomplexée qui s’en fiche de la morale. C’est alerte, sur le qui-vive, spontané et peut se targuer de posséder un dialogue magnifiquement maîtrisé où le pince-sans-rire sert de liaison entre deux générations. Film-culte sans aucun doute, on a droit aux comportements les plus conventionnels d’une génération qui ne cesse de changer et, justement, aux soudaines transformations qui refondent aussi le langage. Si on possède la langue espagnole, les échanges verbaux et ce qu’on appelle communément les one-liners sont d’une originalité à la fois spirituelle et provocante, défiant toutes conventions établies.

Mais derrière ce tableau familiale, une âme latino-américaine qui prend conscience du reste de l’Occident en adaptant certaines de ces coutumes d’ailleurs; mais tout en conservant quelque chose qui appartient à l’ADN de ce continent qui vibre sans cesse. Drolatique, surprenante, attachante, la classe moyenne équatorienne n’aura jamais été aussi proche des rapports entre individus et enjeux psychologiques.

Si on possède la langue espagnole, les échanges verbaux
et ce qu’on appelle communément les one-liners
sont d’une originalité à la fois spirituelle et
provocante, défiant toutes conventions établies.

Sortie
Vendredi 1er février 2019

FICHE TECHNIQUE

Réal.
Santiago Caicedo

Origine(s)
Colombia

Équateur

Année : 2017 – Durée : 1 h 37

Genre(s)
Drame historique

Langue(s)
V.o. : espagnol ; s.-t.f.
Vírus tropical

Dist. @
Cinémathèque québécoise
[ Ikkis Films / Timbo Estudio ]


Classement
Interdit aux moins de 14 ans

Info. @
Cinémathèque québécois

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel.  ★★★★ Très Bon.  ★★★ Bon.
★★ Moyen.   Mauvais. 0 Nul.
½ [Entre-deux-cotes]

2022 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.