En salle à Montréal

Premières armes

17 janvier 2019

| PRIMEUR |
Semaine 03
Du 18 au 24 janvier 2019

RÉSUMÉ SUCCINCT
Lancés dans une formation intensive de 12 semaines, de jeunes civils se voient progressivement transformés en soldats des Forces armées canadiennes. Novice et disparate, cette cohorte d’hommes et de femmes s’adapte tant bien que mal à la rigidité d’un monde régi par ses propres règles et valeurs.


CRITIQUE
| Sophie Leclair-Tremblay |

★★★★

LES YEUX IMPRÉGNÉS DU DRAPEAU

Jean-François Caissy, quatre ans après la touchante incursion à travers les tourments de l’adolescence dans La marche à suivre, revient avec fougue en nous présentant la réalité que vivent les soldats enrôlés dans les Forces armées canadiennes avec le documentaire Premières armes. Le cinéaste nous ouvre les portes d’une base militaire où nous assistons aux péripéties que vivent ces recrues alors qu’ils sont confinés à une routine stricte qui, néanmoins, ne laisse aucune place à la perte de motivation.

Au travers diverses péripéties de leur quotidien, le réalisateur filme les regards complexes de ces jeunes où s’installe, petit à petit, le point invisible qu’ils semblent tous fixer, qui est celui de leur mission : défendre leur pays. Là où ils se trouvent, c’est le Canada qui passe avant eux-mêmes. La mise en scène de Caissy s’appuie fortement sur l’idée du sens collectif, ayant souvent recours au hors-champ, là où résonne l’écho des ordres et des règles que ces soldats doivent respecter, alors que le cadre nous propose une forte contemplation de leurs regards.

Force est de souligner que ces plans suggèrent aussi l’idée selon laquelle le point commun de leur démarche, qu’ils ne doivent jamais perdre de vue, est de faire partie de tout ce qui se passe autour d’eux.

L’humanité cachée derrière les soldats ainsi que les instructeurs se veut camouflée, la personnalité étant reléguée au second plan. Néanmoins, ce conflit intérieur lié à l’identité, celui où tous ces êtres délaissent leur propre au profit de celle collective, est illustré de façon adroite et subtile tout le long du film. Lors de brefs moments où les soldats vont manifester un laissez-aller, ils se font rappeler à l’ordre, confirmant que de joindre les Forces armées canadiennes signifie également tirer une croix sur de nombreux moments et de nombreuses étapes importantes de l’existence.

L’humanité cachée derrière les soldats ainsi que les instructeurs se veut camouflée, la personnalité étant reléguée au second plan. Néanmoins, ce conflit intérieur lié à l’identité, celui où tous ces êtres délaissent leur propre au profit de celle collective, est illustré de façon adroite et subtile…

Sortie
Vendredi 18 janvier 2019

FICHE TECHNIQUE

Réal.
JEAN-FRANÇOIS CAISSY

Origine(s)
Canada

Année : 2018 – Durée : 1 h 46

Genre(s)
Documentaire

Langue(s)
V.o. : français
Premières armes

Dist. @
ONF

Classement
Tous publics

Info. @
Cinémathèque québécoise


MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel.  ★★★★ Très Bon.  ★★★ Bon.
★★
Moyen.   Mauvais. 0 Nul.
½
[Entre-deux-cotes]

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.