En salle à Montréal

Impetus

17 janvier 2019

| PRIMEUR |
Semaine 03
Du 18 au 24 janvier 2019

RÉSUMÉ SUCCINCT
Une cinéaste vient de perdre l’être qu’elle aimait le plus au monde. Souhaitant mettre en images la sensation de vide causée par cette séparation douloureuse, elle rassemble ses économies et se lance dans la production d’un film autobiographique auquel participeront certaines de ses connaissances.


CRITIQUE
| Julie Vaillancourt |

★★★

L’ÉLAN LIBÉRATEUR DU MOUVEMENT

Présenté en compétition officielle aux Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM), le plus récent film de la cinéaste Jennifer Alleyn (ayant notamment réalisé la fiction collective Cosmos en 1996 et le documentaire Dix fois dix en 2011) se présente comme une œuvre hybride oscillant entre le documentaire, la fiction, l’expérimentation, l’autoportrait et l’essai. De Montréal à New York, la réalisatrice et scénariste s’interroge sur la création, les relations humaines puis leur mise en scène pour donner suite à une rupture amoureuse avec l’homme de sa vie. Entre le réel et l’imaginaire, Alleyn propose aux acteurs Emmanuel Schwartz et Pascale Bussières de mettre en scène le vide et la perte, aux côtés d’acteurs non professionnels, dont le musicien canadien J. Reissner, la pianiste russe Esfir Dyachkov, le chauffeur de taxi Besik Kazarian, sans oublier des passants dans le métro de New York.

Grandement méditatif, Impetus interroge le mouvement de l’être. Truffé de questionnements sur la vie et le cinéma, le regard de Jennifer Alleyn sur la création fait écho, ou du moins, rappelle brillamment la  démarche et l’écriture de certaines œuvres d’Agnès Varda.

À travers sa narration, la cinéaste guide le processus créatif de son film et sa réflexion : si les incertitudes s’installent, le sentiment de liberté qu’elles procurent est indéniable. Le titre de l’opus prend ainsi tout son sens. L’impetus se réfère par définition à l’élan, l’impulsion et la force de mouvement. 

Il en résulte un film aux allures de cinéma-vérité, une expérimentation sur le regard, le mouvement et l’image, où le spectateur est invité à réfléchir sur la création et les relations humaines. Grandement méditatif, Impetus interroge le mouvement de l’être. Truffé de questionnements sur la vie et le cinéma, le regard de Jennifer Alleyn sur la création fait écho, ou du moins, rappelle brillamment la démarche et l’écriture de certaines œuvres d’Agnès Varda.

Sortie
Vendredi 18 janvier 2019

 FICHE TECHNIQUE

Réal.
JENNIFER ALLEYN

Origine(s)
Canada
États-Unis

Année : 2018 – Durée : 1 h 35

Genre(s)|
Essai expérimental

Langue(s)
V.o. : multilingue ; s.-t.f. & s.-t.a.
Impetus

Dist. @
La Distributrice de Films

Classement
Tous publics

Info. @
Cinéma Beaubien
Cinéma du Musée
Cinéma du Parc


MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel.  ★★★★ Très Bon.  ★★★ Bon.
★★ Moyen.  Mauvais. 0 Nul.
½
[Entre-deux-cotes]

2019 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.