AccèsCulture

Rubberband

6 décembre 2018

CRITIQUE
| DANSE |

Élie Castiel

★★★★

Vraiment doucement

LE SOL COMME POINT D’ANCRAGE

Des origines mexicaines de ses parents et de ses premières années à Los Angeles, le chorégraphe Victor Quijada conserve une latinité frénétique, passionnée et, pragmatiquement, pour se défouler ou encore apprendre, une curiosité pour le street dance si populaire dans cette Ville des anges, un hip-hop alimenté par le besoin de s’exprimer au son de raps libérateurs.

C’est ce qu’on constate dans ce premier essai chorégraphique, première incursion également dans un grand théâtre montréalais – l’émotion de Quijada se fait sentir et nous touche profondément. Vraiment doucement, titre d’autant plus émouvant qu’il affranchit le chorégraphe, le libère de toute contrainte, comme s’il nous demandait de lui pardonner, si visibles, ses petites failles lors du spectacle, alors que l’ensemble est courageusement contrôlé (no te preocupes, Víctor!), tant l’improvisation se mêle amoureusement à la chorégraphie, faite de plusieurs parties. Qu’importe, l’ensemble transcende la danse.

Crédit photo : © Sacha Onyshchenko

Bien entendu, la tendance au sol, à l’asphalte de la rue est omniprésente dans les pas et gestes, comme si les danseurs et danseuses se devaient un hommage au chorégraphe, conscients aussi de ses points de départ qui l’ont conduit à aujourd’hui. Rapprochements entre humains, ruptures, amitiés, accolades, accrochages, émotions tout à fait naturelles de notre condition qu’un peu plus d’une heure de performance nous renvoit aux yeux et à l’ouïe grâce, bien sûr, aux deux musiciens, sur piédestal, à la droite de la scène, là où Jasper Gahunia et William Lamoureux s’éclatent en un tourbillon qui allie divers sons (rock, street et autres effets de style). À un moment, la parole se libère quelques secondes pour projeter des sons qu’on ne comprend pas très bien, mais qui conjuguent l’inaccessibilité des êtres et convoquent une humanité qui cherche encore son devenir.

 C’est donc à une œuvre pieuse que nous assistons, là où
le langage du coeur se joint à celui de la danse et de l’émotion,
souvent en ramenant le geste au sol, plateforme de tous les possibles.

Quijada, en tant que chorégraphe qui se respecte, cherche à puiser dans les méandres de la condition humaine, ses contradictions, ses certitudes, ses fautes, ses rédemptions, sa présence sur Terre et sa relation avec la Nature. Approche chrétienne? Par vraiment puisque l’artiste puise, indiciblement, aux sources non seulement des trois croyances monothéistes, mais lorgne un peu du côté des autres religions pour les unir toutes plutôt que les diviser. C’est donc à une œuvre pieuse que nous assistons, là où le langage du coeur se joint à celui de la danse et de l’émotion, souvent en ramenant le geste au sol, plateforme de tous les possibles.

Après le spectacle, nous rencontrons les artistes et le chorégraphe, tous assis au bord de la scène. Excellentes réponses à d’intéressantes questions. Chacun(e) se présente. Mais aussi quel bonheur de voir des performants de diverses nationalités nous prouvant une fois pour toutes que les artistes issus des communautés culturelles ne doivent pas s’exprimer grâce à des programmes conçus spécialement pour eux, mais être totalement intégrés à la mouvance culturelle. Avouons tout de même que dans le domaine de la danse, cela est déjà une réalité depuis longtemps. Maintenant, c’est aux autres disciplines de s’ajuster.


Chorégraphie
Víctor Quijada,
en collaboration avec les interprètes

Dramaturgie
Mathieu Leroux

Interprètes
Amara Barner, Jean Bui
Daniela Jezerinac, Sydney McManus
Dana Pajarillaga, Brontë Poiré-Brest
Jerimy Rivera, Zack Tang
Ryan Taylor, Paco Ziel

Musique
Jasper Gahunia, William Lamoureux

Direction musicale
Jasper Gahunia

Éclairages
Yan Lee Chan

Costumes
Cloé Alain-Gendreau

Production
Danse Danse
Place des Arts
Théâtre Hector-Charland
World Music/CRASHarts

Diffusion
Danse Danse

Représentations
Jusqu’au 8 décembre / 20 h
Place des Arts
(Théâtre Maisonneuve)

Durée
1 h 10 approx.

(sans entracte)

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon.
★★ Moyen. Mauvais. 0 Nul

½ [Entre-deux-cotes]

2018 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.