En salle à Montréal

Roma

6 décembre 2018

| PRIMEUR |
Semaine 49
Du 7 au 13 décembre 2018

RÉSUMÉ SUCCINCT
Chronique d’une année tumultueuse dans la vie d’une famille de la classe moyenne à Mexico au début des années 1970.

 COUP DE COEUR
| Élie Castiel |

★★★★★

TRANSCENDER L’INTIME

Se classe indéniablement parmi les meilleurs films de l’année. Inspirant, captivant, hommage au cinéma (les Rossellini, Pasolini et Buñuel d’une certaine époque ne sont pas loin) et au quotidien comme sources d’inspiration et d’imaginaire. Un simple récit au cours d’une année au sein d’une famille de la classe moyenne de Mexico. Les années 70 du siècle dernier, un tournant pour ce pays, une nouvelle façon de voir le monde, mais aussi une modernité issue des autres pays de l’Amérique latine, la bourgeoise, et les États-Unis, si proches. Un monde qui ne semble pourtant pas s’avancer vers le nouveau siècle. Car de l’autre côté, sans murs, les habitants des favelas mexicaines voient les gratte-ciels comme des vaisseaux extraterrestres menaçants. Deux mondes à part.

Pour Alfonso Cuarón, une façon de se raconter, de mettre en évidence des menus détails routiniers de la vie de tous les jours par le biais d’une domestique autochtone, comme faisant partie de la famille, intégrée au groupe, délaissée par son petit ami, celui qui l’a mise enceinte et refuse de prendre ses responsabilités. Bref, le machisme ordinaire.

C’est à travers le regard de cette femme, véritable madone du bien, mère courage à la fois combattante et sensible que le récit avance, lentement, prenant son temps comme c’est le cas dans ces pays latins, et encore plus à cette époque.

C’est aussi, pour Cuarón, la possibilité de donner à la grande Yalitza Aparicio un premier rôle troublant, magnifique, illuminant l’écran d’un noir et blanc scintillant, savourant chaque scène où elle apparaît comme si le monde lui appartenait. Photogénique, exceptionnelle, on a du mal à dégager son visage de notre esprit bien longtemps après la projection.

Inspirant, captivant, hommage au cinéma (les Rossellini,
Pasolini et Buñuel d’une certaine époque ne sont pas loin)
et au quotidien comme sources d’inspiration et d’imaginaire.

Oui, projection, car le puissant Netflix (devenu depuis, également distributeur) a donné la permission à quelques salles de grandes villes de projeter le film, gagnant du Lion d’or à Venise cette année. Le cas Roma n’est pas seulement une question de film, mais s’inscrit aussi dans une perspective plutôt sombre entre Cinéma et Économie. À l’heure où tout est question de fric, même les grands noms comme Scorsese, les frères Coen et autres grands faiseurs d’images succombent à la tentation. Mais ne faut-il pas également blâmer un certain public qui n’a point d’égard pour le cinéma en salle? En anglais, le terme « gaze » est puissant et revêt une signification esthétique (cinématographique), social et politique déterminante. Les nouvelles formes de visionnage, si minces soient-elles changent justement ce gaze, ce « regard » autrefois innocent qui nous faisait succomber à la magie de l’immense toile blanche. Le cinéma, aujourd’hui, un produit de consommation.

Film-poème, film personnel où l’intime, transcendant, se confond à la fiction. Film sensoriel car les bruits font partie du quotidien. Et pourtant Cleo, la domestique ne dit presque rien. Les gestes, les intentions, la sagesse et la compassion valent mille et un mots. Épuré et bouleversant.

Sortie
Vendredi 7 décembre 2018

Langue(s)
V.o. : espagnol; s.-t.a. & s.-t.f.
Roma

Réal.
Alfonso Cuarón

Genre
Drame

Origine(s)
Mexique
États-Unis

Année : 2018 – Durée : 2 h 15

Dist.
Equinoxe Films
[ Netflix ]


Info. @
Cinéma Moderne 

Classement
Interdit aux moins de 13 ans

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon.
★★ Moyen. Mauvais. 0 Nul
½ [Entre-deux-cotes]

2018 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.