En salle à Montréal

Can You Ever Forgive Me?

2 novembre 2018

| PRIMEUR |
Semaine 44
Du 2 au 8 novembre 2018

SYNOPSIS SUCCINCT
Lee Israel écrit des livres dans lesquels elle brosse le profil de femmes qui ont connu une carrière de haut niveau. Toutefois, la nouvelle réalité du monde de l’édition fait que ce genre de publication n’a plus la cote auprès des lecteurs. Sans le sou, pressée par ses créanciers, elle se lance dans la contrefaçon de lettres de célébrités et d’écrivains décédés.

CRITIQUE
| Élie Castiel |

★★★ ½

FAUX ET USAGE DE FAUX

Faussaire à cause d’un talent probablement non reconnu par les experts de l’époque, ou peut-être écrivaine sans talent, qui sait? Qu’importe car malgré ses affres considérées comme criminels, si l’on en juge par le verdict du tribunal, elle s’en est bien tirée; dans le film, grâce aussi au monologue de l’accusée avant la sentence, interprété par une Melissa McCarthy comme jamais vue auparavant.

Dans la vie, Lee Israel a même continué d’écrire, mais sans frauder. D’ailleurs, ces ajouts aux lettres d’auteurs célèbres avaient souvent quelque chose de profond qui rendaient les victimes posthumes encore plus intrigantes et attachantes. Le film de Marielle Heller est triste, mélancolique, portrait d’une femme solitaire qui rêve de reconnaissance, notamment lorsqu’elle est convaincue que parmi les célébrités de l’édition se trouvent des individus qui ont simplement eu de la chance et que dans le milieu, c’est souvent « qui » on connaît qui compte le plus. N’est-ce pas le cas aussi dans notre métier de critique de cinéma, n’en déplaise à certains ?

Quel beau film sur la fragilité de l’acte
d’écriture, un art impulsif et arbitraire.

D’autre part, Can You Ever Forgive Me? est aussi et peut-être surtout un film sur Melissa McCarthy, généralement cantonnée dans la comédie et qui prouve que les rôles dramatiques ajoutent un plus à sa brillante carrière grand public. Sans aucun doute un nouveau tournant qu’elle assume avec délicatesse, grâce et plus que tout, une indifférence bienfaisante qui n’aura pour effet que de la situer parmi les grandes du cinéma.

Quel beau film sur la fragilité de l’acte d’écriture, un art impulsif et arbitraire. Et pour Marielle Heller, d’abord comédienne, une nouvelle carrière dans la réalisation après son charmant et réussi The Diary of a Teenage Girl (2015).

Sortie
Vendredi 2 novembre 2018

Version originale
anglais ; s.-t.f.
Pourras-tu me pardonner un jour ?

Réal.
Marielle Heller

Genre : Drame biographique – Origine : États-Unis
Année : 2018 – Durée : 1 h 46
Dist.
Fox Searchlight

Info. @
Cineplex

Classement
Tous publics

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon.
★★ Moyen. Mauvais. 0 Nul
½ [Entre-deux-cotes]

2018 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.