En salle à Montréal

Maria by Callas

25 octobre 2018

| PRIMEUR |
Semaine 43
Du 26 octobre au 1er novembre 2018

SYNOPSIS SUCCINCT
Encouragée dès le jeune âge à développer son oreille musicale par une mère stricte et ambitieuse, Maria Callas, née Sophia Cecilia Kalos, devient une cantatrice et une tragédienne de renommée internationale, jusqu’à sa mort survenue en 1977, à l’âge de 53 ans.

COUP DE CŒUR
| Élie Castiel |

★★★★ ½

UNE FEMME AMOUREUSE

La première chose qui frappe dans le premier documentaire de long métrage du photographe et artiste Tom Volf, c’est l’utilisation de la pellicule et du grain. Après quelques minutes, on constate qu’elle participe à un choix narratif selon lequel il interroge sa propre intrusion dans la vie de la star. Même morte, ai-je le droit d’entrer dans sa vie privée?, semble-t-il se poser comme question. C’est ce que l’on retire de cette approche où les documents d’archives, les films amateurs (home movies) et le 35 mm se côtoient pour former un tableau exceptionnel à propos d’une femme exceptionnelle.

Crédit photo : © REX/Shutterstock (25089c)

Dans une entrevue qu’il nous accordait et que nous reproduirons bientôt, il avoue qu’il ne connaissait pas si bien l’opéra et que c’est à la suite d’avoir assisté avec un ami à une représentation au Metropolitan Opera de New York qu’il a été envoûté par ces difficiles aspects de l’art lyrique. D’où l’idée de faire un film sur Maria Callas. Cinq longues et belles années de recherches qui ont abouti à un film captivant.

Pour la plus grande cantatrice du XXe siècle, c’est une naissance à New York, de parents grecs, dont le nom véritable est Kaloyeropoulos, mais qu’elle a transformé en Callas, avec un C et non pas un K. De ce simple constat auquel on peut ne pas faire attention et qui est indiqué dans le film, on voit tout de suite que La Callas embrasse particulièrement la culture européenne, qui, en partie grâce à elle, remet un art quasi oublié au rang de la culture. Car avant tout, Maria by Callas (Maria par Callas) n’est pas seulement une confession personnelle, mais également un regard sur l’état des lieux d’une certaine culture d’après-guerre, alors que les grands pays d’une Europe dévastée commencent à pas lents leur ascensions économique et par défaut, culturelle. Il faut se reprendre en mains.

En attendant, Maria by Callas est un geste attendrissant
d’un jeune artiste-cinéaste qui fait connaître l’opéra
à ceux qui, aujourd’hui, le narguent injustement.

Callas fait revivre de vieux opéras, car sa voix s’y prête. La majorité diront que sa Norma est son plus beau triomphe. Populaire? Sans doute que oui. Vocal? Tout en admettons qu’elle illumine la scène par son expression vocale et son interprétation, force est de souligner que l’opéra-comique Médée (Medea) de Luigi Cherubini demeure son plus éclatant. En 1953, il est transformé en tragédie pour une renaissance sur scène; au pupitre, Leonard Bernstein dirige une Callas interprétant une musique aux bords de l’expérimental avec une puissance exceptionnelle, grâce aussi à son grand talent de tragédienne, suivant l’écrit d’Euripide sur le mythe de cette femme sorcière.

Dommage que ce côté grec de Callas ne soit pas exploité dans le film. On le devine dans certains propos. Certaines langues diront qu’entre elle et la Grèce, un froid qu’on a du mal à comprendre s’était installé. Sur ce point, le film de Tom Volf ne va pas aussi loin, mais peut-être qu’une biographie fictionnelle à l’écran pourrait aborder le sujet.

En attendant, Maria by Callas est un geste attendrissant d’un jeune artiste-cinéaste qui fait connaître l’opéra à ceux qui, aujourd’hui, le narguent injustement. Quoi qu’il en soit, La Callas croit en l’amour. Effectivement, une femme amoureuse, d’un homme qui malgré ses faux pas, l’aimait sincèrement, de l’art lyrique, qui lui a quand même bien rendu et de la vie qui, elle, est faite de hauts et surtout de bas. Callas, diva assoluta.

Sortie
Vendredi 26 octobre 2018

Version originale
anglais, français, italien ; s.-t.a. & s.-t.f.
Maria par Callas


Réal.
Tom Volf

Genre
Documentaire musical

Origine
France

Année : 2017 – Durée : 1 h 54

Dist.
MK2 / Mile End

Horaires & info. @
Cinéma Beaubien
Cineplex

Classement
Tous publics

MISE AUX POINTS
★★★★★ Exceptionnel. ★★★★ Très Bon. ★★★ Bon.
★★ Moyen. Mauvais. 0 Nul
½ [Entre-deux-cotes]

2018 © SÉQUENCES - La revue de cinéma - Tous droits réservés.